AccueilKurdistanBakurTURQUIE. Deux maires kurdes condamnés à 11 ans de prison chacun

TURQUIE. Deux maires kurdes condamnés à 11 ans de prison chacun

TURQUIE / KURDISTAN – Les anciens co-maires kurdes d’Hakkari, Dilek Hatipoğlu et Nurullah Çiftçi ont été condamnés chacun à 11 ans de prison.

Dilek Hatipoğlu et Nurullah Çiftçi, anciens co-maires de Hakkari, sont en procès après que la Cour constitutionnelle (AYM) a jugé que leur droit à un procès équitable avait été violé.

Hatipoğlu et Çiftçi ainsi que leurs avocats ont assisté lundi à l’audience qui s’est tenue devant la 2e Haute Cour pénale de Hakkari. Le député du Parti démocratique des peuples (HDP) Sait Dede et l’ancienne co-maire HDP d’Erciş, Diba Keskin, ainsi que de nombreuses personnes ont assisté à l’audience.

Dans son plaidoyer, Dilek Hatipoğlu a rappelé qu’un procès équitable n’avait pas eu lieu depuis 8 ans. Elle a déclaré : « Les conditions d’un procès équitable sont un droit fondamental qui doit être respecté. Le tribunal doit garantir des conditions et un délai appropriés pour exercer mon droit à la défense. Les conditions carcérales ne sont pas propices à un procès équitable. Suite à la décision de la Cour constitutionnelle, j’ai été amené de la prison, qui est à 1 300 kilomètres, pour l’audience. Mon transport par un véhicule de transfert de prisonniers et mon isolement pendant 15 jours dans la prison où j’ai été transféré, ont constitué des obstacles à ma défense. J’exige des conditions appropriées pour un procès et une défense équitables et ma libération. »

Prenant la parole après, Nurullah Çiftçi a souligné qu’il était privé de son droit à la défense car il avait été détenu pendant 8 ans.

Çiftçi a déclaré : « Le transport par un véhicule circulaire depuis la prison, qui se trouve à des centaines de kilomètres, est un obstacle à mon droit à la défense. La distance de la route et les conditions carcérales m’empêchent de me défendre mentalement et physiquement. J’exige le sursis à exécution d’une peine, des conditions de procès équitables et ma libération. »

Le tribunal a considéré le plaidoyer en faveur d’un procès équitable comme une utilisation du « droit de garder le silence ».

Dans son avis sur le fond, le procureur a demandé que la décision de justice antérieure soit confirmée et qu’il soit conclu qu’il n’y a pas lieu de surseoir à l’exécution de la peine.

Le tribunal a rejeté la demande de libération, confirmant la peine précédente de 11 ans et 3 mois pour chaque élu.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici