AccueilDroits de l'HommeIRAN. Manifestants et activistes détenus dans des conditions sordides

IRAN. Manifestants et activistes détenus dans des conditions sordides

IRAN / ROJHILAT – La situation des prisons iraniennes surpeuplées ont toujours étaient un enfer pour les dizaines de milliers de prisonniers politiques, dont presque la moitié sont des Kurdes, qui subissaient torture, viols, conditions sordides de détention… s’est encore aggravée alors que depuis le meurtre de Jina Mahsa Amini le 16 septembre 2022, près de 20 000 manifestants et activistes ont été arrêtés. A cause de la manque de place dans les prisons, de nombreux détenus, dont des adolescents, sont internés dans des hôpitaux de psychiatrie où ils sont drogués, torturés, violés…

Manifestants et activistes arrêtés détenus dans des conditions sordides

Les manifestants et les militants emprisonnés en Iran souffrent de conditions désastreuses, notamment un accès limité à l’eau potable, une hygiène sordide, peu ou pas d’accès à l’air libre, privations de soins et d’autres violations des droits fondamentaux. Pendant ce temps, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré que le Canada avait introduit des sanctions contre quatre individus et cinq entités iraniens « pour leur rôle dans les violations flagrantes et systématiques des droits humains par le régime ».

Les manifestantes détenues dans la prison iranienne d’Evine et dans d’autres établissements pénitentiaires souffrent de conditions désastreuses, notamment un accès limité à l’eau potable, une hygiène sordide, peu ou pas d’accès à l’air frais et d’autres dégradations des droits fondamentaux.

Les prisons sont surpeuplées et ne peuvent fournir de l’eau dans les douches que deux jours par semaine, ce qui entraîne la perte de cheveux et le risque d’avoir des poux, a rapporté la militante iranienne des droits humains Atena Daemi.

« L’administration pénitentiaire ne fournit pas de produits de nettoyage pour l’auto-hygiène, les toilettes ne sont pas nettoyées et la plupart des détenus souffrent déjà d’infections », a-t-elle ajouté.

En guise de punition, les gardiens de prison refusent de laisser les détenus utiliser les toilettes, ce qui entraîne des problèmes rénaux. Pendant ce temps, une mauvaise ventilation provoque la propagation rapide de la maladie.

Les détenus ont droit à 10 minutes à l’extérieur au soleil par semaine, malgré la loi stipulant l’accès à l’air frais sur une base quotidienne. Si le temps imparti pour sortir entre en conflit avec tout autre événement prévu, y compris les interrogatoires, la petite fenêtre d’opportunité allouée est rétractée.

Il y a aussi des problèmes majeurs concernant l’hygiène des médicaments, les détenus ont été forcés de prendre leurs pilules après que l’emballage hygiénique a été brisé. Certains ont signalé des cas de réception de pilules de couleurs différentes pour le même médicament, suggérant une falsification.

Ces violations sont signalées par des prisonniers en attente de jugement, arrêtés pour avoir protesté contre la mort de Jîna Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans qui a perdu la vie alors qu’elle était détenue par la police des mœurs de la République islamique.

La militante iranienne des droits humains Narges Mohammadi, également actuellement derrière les barreaux à Evin, a appelé le rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l’homme en Iran Javaid Rehman à enquêter sur les agressions sexuelles commises par les autorités contre des femmes détenues.

« Agresser les femmes dans les centres de détention et d’incarcération fait partie du plan du régime visant à réprimer les manifestantes et les combattantes », a déclaré Mohammadi dans un post Instagram.

Arash Sadeghi a été emprisonné à Evine après avoir été menacé par le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Il est détenu à l’isolement alors qu’il souffre d’un grave cancer des os. La mère de Sadeghi a été tuée chez elle par des agents de sécurité alors qu’il était derrière les barreaux pour son activisme, a rapporté Iran Wire. Les experts de l’ONU ont appelé à sa libération immédiate.

Le gouvernement canadien « ne restera pas les bras croisés alors que les violations des droits humains par le régime augmentent en ampleur et en intensité contre le peuple iranien », a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly.

La semaine dernière, le Canada a introduit de nouvelles sanctions contre quatre individus et cinq entités iraniens « pour leur rôle dans les violations flagrantes et systématiques des droits humains et les actions du régime qui continuent de menacer la paix et la sécurité internationales », a déclaré Joly.

Les personnes sanctionnées comprennent un responsable du CGRI, un juge principal anciennement en poste au tribunal pénitentiaire d’Evin et le chef des unités spéciales d’application de la loi iraniennes. Safiran Airport Services coordonne les vols militaires russes entre l’Iran et la Russie, la filiale de l’IRGC, la Compagnie Baharestan Kish, toutes deux impliquées dans la production et l’exportation de drones armés iraniens, et l’agence de presse Javan pour la diffusion de la propagande du régime.

« Alors que le régime iranien continue de réprimer violemment la société iranienne, nous affirmons notre solidarité avec le peuple iranien, qui a courageusement dénoncé le régime pour ses violations des droits humains, en particulier ceux des femmes et des filles. Le régime iranien continue d’utiliser la peur et la violence pour supprimer les droits et les libertés de tous les Iraniens. Aujourd’hui, nous réitérons notre soutien à ceux qui refusent de subir plus longtemps cette répression », a déclaré Joly.

Medya News: Iranian prisons force dire conditions on protesters

Image : Zeynab Jalalian, prisonnière politique kurde gravement malade privée de soins par le régime iranien. Réalisée par Ribwar Parwizi. 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici