AccueilKurdistanRojavaHRW: Les frappes turques exacerbent la crise humanitaire dans le nord de...

HRW: Les frappes turques exacerbent la crise humanitaire dans le nord de la Syrie

Les frappes aériennes turques causent des dommages aux zones densément peuplées et aux infrastructures essentielles du nord-est de la Syrie et exacerbent une crise humanitaire déjà catastrophique pour les Kurdes, Arabes et autres peuples de la région, écrit l’ONG Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué publié aujourd’hui.

HRW alerte sur la situation humanitaire catastrophique dans les régions syriennes administrées par la coalition arabo-kurde qui sont soumises à des bombardements turcs et l’embargo du régime syrien pour mettre fin à la révolution du Rojava.

Infrastructure critique ciblée ; Droits fondamentaux menacés

Les frappes turques ont déplacé des familles, provoqué d’importantes coupures de courant et pénuries de carburant, contraint les organisations humanitaires à suspendre temporairement certaines activités et entraîné des perturbations dans les écoles et le travail, ont déclaré à Human Rights Watch des travailleurs des ONG internationales et des résidents locaux. Le forum des ONG de la Syrie du Nord et de l’Est, le principal organe de coordination des ONG travaillant dans la région, a mis en garde contre les dommages que le ciblage des infrastructures énergétiques pourrait avoir sur l’environnement et sur la crise actuelle de l’eau dans la région.

Human Rights Watch s’est entretenu avec six résidents vivant dans les villes de Kobanê / Ayn al-Arab, Qamishlo, Derik et la ville de Cil Axa (Al-Jawadiyah) dans le gouvernorat d’al-Hasakeh, qui ont toutes subi des dommages, ainsi que des ONG dont deux sont dans le nord-est de la Syrie.

Le forum des ONG du Rojava a déclaré qu’au moins 10 civils sont morts dans les frappes aériennes de la Turquie. Il s’agit notamment d’un journaliste tué alors qu’il interviewait des habitants de Derik (al-Malikiyah en arabe), une ville du gouvernorat d’al-Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie. La zone dont il rendait compte avait été la cible d’une frappe aérienne turque distincte au même endroit quelques heures auparavant, a rapporté le Comité pour la protection des journalistes.

Human Rights Watch a également abordé les implications pour les Syriens et les étrangers membres présumés de l’État islamique (DAECH / ISIS) dans son document. Il a souligné les obligations juridiques internationales de toutes les parties au conflit de prendre toutes les mesures possibles pour protéger les civils et minimiser les dommages aux infrastructures civiles.

« La Turquie peut et doit veiller à ce que ses actions militaires n’aggravent pas davantage les crises humanitaires et de déplacement dans le nord-est de la Syrie », a déclaré Adam Coogle, directeur adjoint pour le Moyen-Orient à Human Rights Watch. « Les alliés internationaux de la Turquie devraient faire pression sur le gouvernement pour qu’il s’assure que sa campagne ne mette pas en danger les droits fondamentaux des Syriens. »

Rapport complet à lire sur HRW: Northeast Syria: Turkish Strikes Exacerbate Humanitarian Crisis

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici