AccueilEuropeAllemagneUne Germano-kurde privée de passeport pour sauver la "réputation" de l'Allemagne

Une Germano-kurde privée de passeport pour sauver la « réputation » de l’Allemagne

ALLEMAGNE – Les autorités allemandes ont confisqué le passeport de Solîn G., une Germano-Kurde de 18 ans, car elle « met en danger la réputation internationale de l’Allemagne et les relations germano-turques » . Acte efficace qui vient de sauver la réputation de l’Allemagne, collabo de la Turquie colonialiste qui dépeuple le Kurdistan de ses habitants.

Le passeport d’une citoyenne allemande d’origine kurde de 18 ans, Solîn G., a été confisqué en septembre lors d’une fouille policière de l’appartement de sa famille à Oberhausen. Le journaliste Serhat Ararat a rendu compte de l’affaire dans le quotidien Yeni Özgür Politika la semaine dernière. Solîn dit que, comme sa mère, elle est punie pour avoir défendu son identité kurde. Elle a grandi dans des institutions kurdes et participe à des activités culturelles telles que le folklore au Centre kurde de Duisburg depuis environ sept ans. Vous pouvez les voir à toutes les actions et événements organisés pour la liberté et les droits des Kurdes dans la région.

Passeport confisqué après une visite en Turquie

Lorsqu’elle s’est rendue en Turquie pour rendre visite à sa famille au début de l’année, la police allemande l’a arrêtée à l’aéroport et lui a demandé pourquoi elle s’envolait pour la Turquie. Solîn déclare : « Je suis restée en Turquie pendant environ un mois. Quand je suis rentrée en Allemagne en juillet, notre domicile a été perquisitionné et mon passeport a été confisqué. »

La visite familiale se transforme en entraînement aux armes

Solîn décrit ses expériences comme suit : « La police est venue à la porte de l’appartement et m’a demandé mon passeport. Quand j’ai demandé pourquoi, ils ont dit : « Tiens, lis la lettre ». La lettre mentionnait des festivals, des manifestations et des événements kurdes auxquels j’avais assisté. La lettre disait même que j’avais voyagé deux fois en Turquie pour m’entraîner aux armes et que j’étais donc considérée comme un danger pour ceux qui m’entouraient. »

Mise en danger des relations germano-turques

Les accusations sont allées encore plus loin, dit Solîn : « Ils ont également dit : ‘Vous gâchez nos relations avec la Turquie.’ Et c’est pourquoi ils ont confisqué mon passeport. Je ne peux plus quitter l’Allemagne, sauf pour la Turquie. »

On lui a demandé de rester à l’écart de la lutte pour la liberté kurde. Elle ne récupérera son passeport que lorsque les autorités seront convaincues qu’elle ne met pas en danger les relations internationales allemandes. Solîn déclare : « Ce n’est pas la première fois. Ils ont pris des mesures contre ma mère il y a trois ans. Ils voulaient nous éloigner de ma mère, ma sœur et moi. Mais grâce à une intense bataille juridique et à la publicité qui en a résulté, ils ont reculé. Maintenant, ils s’en prennent de nouveau à nous. »

« Vous devriez laisser ma famille tranquille »

Solîn est né et a grandi en Allemagne : « Je suis une citoyenne allemande, j’ai passé mon Abitur et j’étudierai la psychologie à l’université l’année prochaine. Je ne suis pas aussi dangereuse qu’on le dit. Toute notre famille s’inquiète de ce que nous traversons. Ma mère est celle dont ils veulent vraiment se venger. Vous devriez arrêter de jouer avec notre famille. Nous attendons le soutien du public. »

La mère de Solîn, Zozan G., vit en Allemagne depuis 42 ans. Elle est mère de cinq enfants et est active politiquement depuis 2014. En 2019, la sécurité de l’État l’a accusée de mettre en danger le bien-être des enfants car l’une des filles avait participé à des manifestations du mouvement kurde et ses coordonnées personnelles y avaient été identifiées. Les autorités se sont alors senties obligées de porter plainte au bureau de la protection de la jeunesse, apparemment dans le but d’intimider la famille et de la dissuader d’activités politiques. Bien que l’office de la jeunesse n’ait expressément constaté aucune atteinte au bien-être de l’enfant, une procédure a été engagée qui s’est terminée en janvier 2020 par une déclaration d’engagement [de la part de la mère]. Le procès a révélé que les téléphones de la famille étaient sur écoute depuis 2017.

« Nous ne nous laisserons pas intimider »

Zozan pense qu’elle n’a gagné l’affaire de garde à vue que grâce à une forte pression publique. « L’État allemand considère le procès que j’ai gagné en 2020 comme une défaite et veut maintenant se venger de moi à travers ma fille. Nous essayons de récupérer le passeport de Solîn par les voies légales. Vous ne pouvez pas nous intimider avec une telle pression. Nous croyons en ce combat et nous n’abandonnerons pas », déclare Zozan.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici