AccueilKurdistanBakurTURQUIE. 34 députés menacés de perdre leur immunité parlementaire 

TURQUIE. 34 députés menacés de perdre leur immunité parlementaire 

TURQUIE – La Commission constitutionnelle a reçu des demandes de levée de l’immunité de 34 députés, dont la majorités sont des députés kurdes d’HDP, mais aussi des députés du CHP qui avait pourtant soutenu l’AKP face au HDP.

Le pouvoir judiciaire, contrôlé par le régime AKP/MHP, utilise la privation de l’immunité des députés et leur incarcération subséquente comme une arme politique contre toute opposition, mais surtout contre le Parti démocratique des peuples (HDP) et son parti frère Parti des régions démocratiques (DBP). Les listes de demandes de levée d’immunité reçues par la Commission constitutionnelle sont maintenant publiées. La Commission se prononcera sur la levée de l’immunité de 34 députés dans 65 affaires, dont 22 députés du HDP, un député du DBP et un député du TIP (Parti des travailleurs turcs).

La collaboration du CHP ne paie pas

Le CHP kémaliste a soutenu à plusieurs reprises de tels plans par le gouvernement d’AKP-MHP. Mais, apparemment cela ne protège pas le CHP pour autant. Parmi les députés menacés de perdre leur immunité figurent cinq députés du CHP, dont le chef du parti Kemal Kılıçdaroğlu.

La majorité des députés HDP visés

La répartition des 65 procédures, à l’aide desquelles l’immunité des députés doit être levée, rend une fois de plus clair l’objectif d’éliminer l’opposition démocratique. Saliha Aydeniz (DBP) et Remziye Tosun (HDP) arrivent en tête avec six motions chacune, suivies des députés HDP Semra Güzel (cinq motions) et Berdan Öztürk (quatre procédures). Les députés HDP Dirayet Dilan Taşdemir, Murat Sarısaç et le député TİP Ahmet Şık sont chacun concernés par trois motions, tandis que contre Engin Özkoç (CHP), Utku Çakırözer (CHP), Alican Önlü (HDP), Ayşe Acar Başaran (HDP), Ömer Öcalan ( HDP) et Imam Taşçıer (HDP) sont visés chacun par deux motions.

Des députés AKP impliqués dans des activités criminelles

Le député AKP Ismail Ok doit également être déchu de son immunité. Le politicien entretient des liens étroits avec le milieu du crime organisé. Le député nationaliste de droite « indépendant » a rejoint l’AKP en avril, vraisemblablement en raison de menaces de poursuites pour escroquerie, corruption et création d’une organisation criminelle.

1 600 motions de levée d’immunité dans une législature

Dans la législature actuelle, le nombre de demandes de levée d’immunité a explosé et, selon les médias, dépasse désormais les 1 600. Au cours des douze derniers mois seulement, 317 demandes de ce type ont été déposées. Le HDP a été le plus touché.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici