Comment la guerre en Ukraine affecte la lutte kurde

0
123
Syrie
 
Lorsque le représentant européen pour l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie, Abdulkarim Omar, a rencontré des députés européens au Parlement européen cette semaine, la guerre en Ukraine était une présence constante. Pour commencer, comme de nombreuses personnes l’ont fait remarquer, il a évincé bien d’autres choses de l’agenda international. La Turquie a également été en mesure d’utiliser la guerre pour se mettre dans une position où les pays occidentaux et la Russie sont soucieux de la garder à ses côtés et de ne rien faire qui pourrait l’offenser.
 
Omar était venu à Strasbourg pour informer les eurodéputés de la situation dans le nord et l’est de la Syrie. Au centre de son message se trouvait la menace continue posée par l’État islamique (DAECH / ISIS), et la façon dont cela est aggravé par les attaques de la Turquie. Il n’y a pas si longtemps, l’Etat islamique dominait l’actualité, et la violence de son bref règne inspirait l’horreur mondiale. Grâce en grande partie aux Forces démocratiques syriennes (FDS) de l’administration autonome du Rojava, l’EI ne contrôle plus aucun territoire, mais il est loin d’être vaincu. Maintenant, cependant, les caméras d’information ont évolué, tout comme l’intérêt politique.
 
Omar a souligné que l’administration autonome a été laissée pour garder des milliers de prisonniers de l’EI et des dizaines de milliers de membres de la famille de l’EI, y compris une génération d’enfants élevés pour se venger. (Une vidéo récente montre ces enfants réagissant à l’arrivée des services de sécurité en mimant des décapitations.) Les camps et les prisons qui abritent les combattants de l’EI et leurs familles n’étaient censés être qu’une solution temporaire. Les logements sont insuffisants et précaires et l’Administration n’a pas les moyens d’y remédier ni même d’assurer la sécurité nécessaire. Dans le camp d’Al Hol, qui abrite des familles de l’EI, le régime de l’EI est en vigueur et ceux qui s’y opposent risquent d’être punis, voire assassinés, par les autres détenus.
 
Des organisations internationales protestent contre cette incarcération massive sans procès. Omar a expliqué qu’ils avaient raison de le faire, mais que l’Administration n’étant pas officiellement reconnue, elle n’est pas en mesure d’organiser un tribunal international, même si elle en avait les moyens. Ils ont longtemps cherché une aide internationale pour cela, mais rien n’a été obtenu. Et ils ont appelé à plusieurs reprises les pays européens à rapatrier ces combattants de l’EI et leurs familles venus de leur pays, mais très peu ont été repris. Les gouvernements européens se cachent derrière des affirmations selon lesquelles leurs électeurs n’accepteraient pas de tels rapatriements et qu’ils donneraient des munitions à l’extrême droite – et s’attendent à ce que le nord et l’est de la Syrie continuent à porter le fardeau.
 
Depuis un peu plus de trois semaines, l’Administration autonome procède à un ratissage sécuritaire du camp d’Al Hol. Cette semaine, une deuxième jeune femme yézidie a été découverte. Les femmes et les filles yézidies qui ont été emmenées par l’EI comme esclaves sexuelles ont peur de révéler leur identité dans le camp au cas où les femmes de l’EI détenues avec elles les attaqueraient. Les parties de la Syrie qui étaient sous le contrôle de l’EI contiennent toujours des cellules dormantes de l’EI. Cette semaine a également vu l’arrestation de deux hommes soupçonnés d’organiser le financement de ces cellules et l’évasion d’un combattant de l’EI capturé qui avait été transporté à l’hôpital, où il a tué ses deux gardes.
 
Donnant l’exemple de l’évasion de la prison de l’Etat islamique à Hassaké au début de l’année, Omar a souligné les risques d’une évasion des prisons et des camps de l’Etat islamique, et les dangers que cela entraînerait, non seulement pour la région, mais pour le monde entier. Et il a demandé si les pays européens attendraient d’agir jusqu’à ce que l’Etat islamique ait mené une autre frappe en Europe.
 
Comme Omar l’a dit aux députés, l’agression turque rend un tel scénario plus probable. Les attaques de la Turquie – qui sont dirigées contre les civils mais aussi contre les personnes qui combattent l’EIIL – visent à rendre la région peu sûre. Ils augmentent la menace de l’Etat islamique en augmentant les chances d’une évasion massive lorsque les forces de sécurité sont occupées ailleurs, et aussi en perturbant généralement tout le travail qui est fait pour construire une société qui fonctionne bien. Lorsque les gens ne trouvent pas de sécurité, ils sont plus facilement recrutés par des groupes extrémistes. L’Etat islamique reçoit également une aide directe de la Turquie et trouve refuge dans les zones occupées par la Turquie.
 
Mais, avec la guerre en Ukraine, les gouvernements occidentaux sont devenus encore moins susceptibles de tenter de retenir la Turquie, car le gouvernement turc joue sur leurs craintes que la Turquie puisse passer complètement du côté russe. Pendant ce temps, le président Poutine et le président Erdoğan ont conclu des accords mutuellement avantageux. Il a été soutenu que la seule chose qui empêche la Russie de permettre à la Turquie de mener une autre invasion majeure dans les zones contrôlées par l’administration autonome est l’Iran, avec lequel la Russie entretient également une relation mutuellement bénéfique. L’Iran ne veut pas voir davantage de Syrie passer sous le contrôle de ses rivaux turcs. Cependant, la Russie ne fait rien pour empêcher les attaques quotidiennes de la Turquie contre le nord de la Syrie, qui rendent la vie presque impossible pour ceux qui vivent dans les zones frontalières, tuent des personnalités clés qui mènent la lutte contre l’Etat islamique et ciblent les services essentiels, y compris l’approvisionnement en eau pour des millions de personnes. de personnes.
 
Le plan de la Russie est de réunir Erdoğan avec le président syrien Assad. Il a été rapporté qu’il y a eu des rencontres entre les chefs des renseignements des deux pays, mais, pour le moment, Erdoğan semble montrer plus d’enthousiasme qu’Assad, qui veut voir la Turquie mettre fin à son occupation des terres syriennes. Erdoğan a exprimé sa déception de ne pas avoir pu rencontrer Assad lors du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai cette semaine en Ouzbékistan, car le président syrien n’y a pas participé ; et Sputnik News ont rapporté que la Turquie avait coupé l’herbe sous le pied des groupes d’opposition syriens qu’ils soutenaient et leur avait dit qu’ils devaient fermer leurs bureaux en Turquie d’ici la fin de l’année. Si les deux autocrates s’unissent, cela anéantirait tout espoir d’autonomie et de démocratie. En renforçant les liens entre la Russie et la Turquie, l’Ukraine a rapproché la possibilité d’une telle issue.
 
Suède et Finlande
 
L’impact le plus flagrant de la guerre d’Ukraine sur la politique kurde et la vie des Kurdes découle de la possibilité qu’elle a offerte à la Turquie d’utiliser son veto sur l’adhésion à l’OTAN et de tenter de contraindre la Suède et la Finlande à réprimer les Kurdes dans leurs pays respectifs. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a de nouveau rappelé aux deux pays nordiques que la Turquie ne ratifiera pas leurs demandes d’adhésion à l’OTAN à moins qu’ils ne prennent les « mesures nécessaires ». Celles-ci incluent la restriction de l’activité politique kurde et l’extradition d’une liste d’individus nommés. Il y a une semaine, le ministère finlandais de la Justice a clairement indiqué qu’en l’absence de preuves entièrement nouvelles, la loi finlandaise n’autorisait pas la possibilité de rouvrir les demandes d’extradition rejetées, comme l’avait exigé Ankara. Cependant, dans la politique suédoise, l’élection de cette semaine s’est avérée un tournant dangereux. Les partis de droite disposent désormais d’une légère majorité et devraient former un gouvernement qui sera soutenu par les démocrates suédois – un parti d’extrême droite, aux racines néonazies – qui a obtenu plus de 20% des voix. Ce sera un gouvernement fermement pro-OTAN, et l’immigration et la criminalité – et les liens supposés entre les deux – étaient au centre des débats électoraux. Il est peu probable que les droits et libertés kurdes soient traités comme une priorité.
 
Arménie et Azerbaïdjan
 
La Turquie n’est pas le seul pays pour qui l’Ukraine s’est avérée une guerre utile. Leurs proches alliés en Azerbaïdjan ont également sauté sur les opportunités offertes par la guerre en Ukraine. Après la capture par l’Azerbaïdjan de l’enclave contestée du Haut-Karabakh à l’Arménie il y a deux ans, avec l’aide des armes turques et même de certains mercenaires syriens turcs, la Russie a négocié un cessez-le-feu. La Russie a un accord de défense avec l’Arménie. Ces derniers mois, l’Union européenne a joué un rôle de médiateur dans les négociations de paix, mais il semble que lundi soir, le président dictatorial azerbaïdjanais, Ilham Aliev, ait profité de la préoccupation de la Russie à l’égard de l’Ukraine pour renforcer sa main, avec de nouvelles frappes dans la partie principale de l’Arménie. Outre l’histoire brutale de racisme anti-arménien de la Turquie, le gouvernement turc soutient l’ambition de l’Azerbaïdjan de se tailler un couloir de liaison le long de la frontière iranienne de l’Arménie. Un tel couloir serait un lien vital pour leurs propres rêves de pouvoir néo-ottoman et pan-turc.
 
En juillet dernier, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a célébré un accord avec Aliev pour doubler les importations de gaz d’Azerbaïdjan afin de remplacer les importations de gaz de Russie. Comme on le protestait à l’époque, cet accord mettait l’Union européenne dans une relation de dépendance avec un autre État belligérant. Dans son discours sur l’état de l’Union devant le Parlement européen mercredi, von der Leyen, vêtue de bleu et de jaune ukrainiens, n’a fait aucune mention de l’Arménie, ni du droit arménien de résister à l’invasion, bien que la question ait été soulevée par les députés.
 
Mercredi soir, Moscou avait négocié un nouveau cessez-le-feu. Même si, comme en Syrie, la Russie et la Turquie sont dans des camps opposés, elles ont démontré que cela ne les empêcherait pas de négocier. Moscou a déclaré que les deux parties devraient revenir à leurs positions antérieures, mais Ankara espère sans aucun doute que la dépendance mutuelle croissante entre la Turquie et la Russie dans d’autres domaines servira également à favoriser la position de négociation turque dans le Caucase.
 
Irak
 
Il est plus difficile d’affirmer que la guerre en Ukraine a détourné l’attention des incursions de la Turquie dans la région du Kurdistan d’Irak puisque le reste du monde a depuis longtemps montré son intention de les ignorer, mais l’Ukraine n’a pas facilité la diffusion de ce qui se passe.
 
La Turquie a utilisé l’excuse de mener des attaques préventives contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qu’elle qualifie de «terroristes», afin d’établir un réseau croissant de bases militaires dans les montagnes du nord de l’Irak. Cette guerre dont on ne parle pas a tué des dizaines de civils, déplacé des milliers de villageois et détruit des vergers et des ruchers ainsi que des milliers d’hectares de terres agricoles et de forêts.
 
Les États-Unis, qui ont toujours tenu à manifester leur soutien à la Turquie – et aussi à soutenir les attaques contre les mouvements populaires de gauche – soutiennent pleinement les actions de la Turquie. La semaine dernière, l’ambassade des États-Unis en Turquie a tweeté « ses plus sincères condoléances aux familles et aux amis des soldats turcs qui ont perdu la vie lors d’un affrontement avec des terroristes dans le nord de l’Irak», ajoutant « Nous sommes aux côtés de notre allié de l’OTAN, la Turquie, dans la lutte contre le terrorisme.”
 
La Turquie est aidée dans son invasion par le Parti démocratique du Kurdistan (PDK), qui, dans sa soif de pouvoir et de richesses, abandonne effectivement son autonomie kurde durement acquise pour travailler avec son puissant voisin. L’agence de presse Firat a partagé une vidéo censée montrer les forces du PDK construisant des positions militaires pour l’armée turque.
 
Dans une démonstration très visuelle de la soumission du PDK à la Turquie, une carte géante du Kurdistan qui avait été accrochée à la Faculté des sciences sociales de l’Université de Zakho a été remplacée après seulement trois semaines par une nouvelle version. Cela ne montre que la partie contrôlée par le gouvernement régional du Kurdistan, et non les zones qui font partie des pays voisins. Le remplacement a été effectué après la visite d’un ministre du PDK.
 
L’ingérence turque dans la politique irakienne s’est plus généralement traduite par la visite dimanche dernier du chef du National Intelligence Organisation (MIT) turc, Hakan Fidan. Choisir un chef du renseignement pour entreprendre une mission essentiellement diplomatique – tant ici qu’en Syrie – n’envoie pas de messages très rassurants. Fehim Taştekin commente que « le rôle de Fidan dans les relations extérieures de la Turquie a augmenté ces dernières années, en particulier sur les questions liées à la sécurité».
 
Turquie
 
Les libertés et les droits de l’homme turcs vont de mal en pis, mais la politique de la guerre en Ukraine fait en sorte que d’autres pays préféreraient ne pas voir ce qui se passe. Alors que les pays occidentaux craignent que la Turquie ne fasse défection et se retourne contre l’OTAN, Poutine travaille avec Erdoğan sur des arrangements évitant les sanctions qui profitent aux deux gouvernements. Amberin Zaman affirme que « l’amitié d’Erdogan devient de plus en plus importante pour Poutine » et que cela s’est manifesté dans le coup de pouce que la Russie a donné aux réserves de devises étrangères de la Turquie.
 
Poutine ne voudrait pas voir Erdoğan perdre les prochaines élections, qui doivent avoir lieu d’ici juin prochain. De nombreux politiciens occidentaux pourraient également se contenter de sa victoire, ne serait-ce que par crainte de ce qu’il pourrait tenter s’il perdait. Pas que quiconque se soucie des droits de l’homme, et en particulier des droits des Kurdes, puisse non plus faire confiance à la principale alliance d’opposition, qui est fermement ancrée dans la tradition nationaliste ethnique de la Turquie. Le plus grand parti, le Parti républicain du peuple, était responsable de nombreux abus passés, et son plus grand partenaire, le parti İYİ, est une dissidence des alliés d’extrême droite d’Erdoğan, le MHP.
 
La persistance de la persécution est démontrée dans le cas de l’assassinat en 1992 de l’écrivain et militant politique kurde Musa Anter, qui aurait été tué par l’organisation paramilitaire turque JİTEM, responsable des milliers de morts et de disparitions dans les années 1990. L’affaire vient d’être renvoyée au 21 septembre, un jour après avoir atteint son délai de prescription. Le fils d’Anter, Dicler Anter, a déclaré, « Le meurtre de Musa Anter [l’affaire] sera abandonné en raison du délai de prescription le 20 septembre. Cependant, il n’y a pas de délai de prescription pour les crimes contre l’humanité. Notre lutte pour faire la lumière sur le meurtre va se poursuivre. » Et il a ajouté: « Nous ne savons pas si justice sera rendue si le [gouvernement] change, car les autorités de l’époque sont actuellement dans l’opposition. »
 
La résistance
 
Chaque action contre les Kurdes a tendance à se heurter à une résistance – même dans les circonstances peu propices d’aujourd’hui. Les gens résisteront comme ils le pourront, et pour ceux qui sont déjà en prison, cela peut signifier mettre leur propre santé et leur vie en jeu et entamer une grève de la faim. Pour revendiquer leurs droits fondamentaux, trois détenues sont en grève de la faim à Kilis, six détenues sont en grève de la faim à Kırıklar et quatre journalistes en détention provisoire mènent une grève de la faim de cinq jours à la prison pour de Diyarbakır. Sibel Balaç a été hospitalisée après neuf mois grève de la faim afin d’exiger un procès équitable.
 
A Afrîn, dans le nord-ouest de la Syrie, occupée par Erdoğan depuis mars 2018 et sous le contrôle brutal de gangs de mercenaires concurrents, un groupe de résistance qui se fait appeler les Forces de libération d’Afrîn entreprend des attaques contre les occupants. Ils affirment qu’entre le 23 août et le 9 septembre, ils ont mené six opérations, tuant quatre soldats turcs et douze mercenaires turcs.
 
La résistance prend également la forme de manifestations et de marches – cette semaine, de jeunes militants militant pour la liberté d’Abdullah Öcalan ont participé à une marche de 6 jours à travers l’Allemagne – et de célébrations culturelles, comme le festival qui se tient aujourd’hui aux Pays-Bas. .
 
Cette semaine a également vu l’annonce d’une importante action de solidarité de l’extérieur avec la communauté kurde. Trois cent cinquante avocats de 22 pays différents ont demandé à représenter Öcalan et les trois autres prisonniers d’Imrali, et à visiter la prison de l’île. Cela fait suite à une demande de 775 avocats de Turquie qui a été déposée en juin. Les avocats ne s’attendent peut-être pas à ce qu’on leur dise de faire leurs valises et de se préparer pour une visite, mais ils aident à construire un mouvement qu’il devient plus difficile pour les autres d’ignorer.
 
Par Sarah Glynn
 
Texte d’origine publié en anglais ici: How the Ukraine war affects the Kurdish struggle

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici