AccueilFemmesROJAVA. Les YPJ sauvent une femme yézidie esclave de DAECH

ROJAVA. Les YPJ sauvent une femme yézidie esclave de DAECH

SYRIE / ROJAVA – Les forces féminines kurdes (YPJ) ont sauvé une femme yézidie esclave des membres de DAECH, lors de la campagne anti-terroriste menée dans le camp d’al-Hol abritant les familles de DAECH ainsi que des déplacés syriens et irakiens.

Wafaa Ali Abbas, (18 ans) a été capturée par DAECH dans son village de Kocho, à Shengal, Wafaa n’avait que 9 ans ans.

Elle et sa sœur faisaient partie des milliers de fillettes yézidies enlevées. « Les membres de l’Etat islamique nous ont d’abord emmenées à Mossoul, puis nous avons été transférées à Raqqa où nous avons été violées, réduites en esclavage et vendues sur les marchés aux esclaves » , a déclaré Waffa.

Les deux sœurs ont été séparées à Raqqa et réduites en esclavage par deux terroristes différents de l’Etat islamique.

« Malgré le fait qu’elle soit sourde, ma sœur a été vendue et réduite en esclavage par un membre de l’Etat islamique » a-t-elle a ajouté.

Wafaa a été réduite en esclavage à plusieurs reprises par des membres de l’Etat islamique. « Le premier terroriste m’avait asservie pendant 15 jours avant de me vendre à un autre. Après une série de mariages, j’ai épousé le septième quand je suis arrivée au camp » , dit-elle.

Waffa a été détenu par des cellules dormantes de l’EI dans le camp.

À la fin, Waffa a déclaré : « Les unités de protection des femmes YPJ m’ont aidée et ont réussi à me libérer pendant l’opération Humanité et sécurité, et maintenant j’aimerais retourner dans ma ville natale à Kocho et retrouver ma famille. »

Inutile pour nous [le mouvement féminin Kongra Star] d’insister sur l’importance de l’opération qui se déroule actuellement dans le camp al-hol. Bien sûr, beaucoup d’autres femmes et filles sont forcées de rester et réduites en esclavage.

De plus, elles sont terrifiées à l’idée de mentionner leur vie ancienne et leurs origines, comme Waffa qui a déclaré dans l’interview qu’elle a faite avec les YPJ qu’elle ne pouvait pas dire qu’elle était yézidie, ayant trop peur de se faire décapiter.

Nous sommes heureuses de voir une autre femme sortir de la terreur de DAECH, mais nous n’oublions jamais les milliers de filles et de femmes portées disparues, soumises à un lavage de cerveau et réduites en esclavage chaque jour.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici