#NoFlyZone4Rojava. Les Kurdes demandent l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne pour le Rojava

0
178
Alors que la Turquie a intensifié les massacres des Kurdes du Rojava, le Congrès national du Kurdistan (KNK) a lancé un appel urgent à la communauté internationale demandant l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne pour le Rojava / Syrie du Nord et de l’Est.
 
Le Conseil exécutif du Congrès national du Kurdistan (KNK) a lancé un appel urgent à l’ONU, à la Coalition mondiale contre l’EI, à l’UE, au Conseil de l’Europe et à la Ligue des États arabes.
 
Intitulé « Appel immédiat pour une zone d’exclusion aérienne pour le nord et l’est de la Syrie/Rojava », l’appel du KNK se lit comme suit :
 
« Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est depuis longtemps engagé à établir unilatéralement une soi-disant » zone de sécurité « dans le nord et l’est de la Syrie/Rojava, et ses actions ont clairement montré que son véritable objectif est d’envahir, de conquérir et de nettoyer ethniquement ces zones. Le 24 septembre 2019, Erdogan a annoncé ses plans d’invasion lors de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Ceux qui connaissent l’autocrate et ont observé ses différentes campagnes d’agression militaire sont conscients que la zone de sécurité d’Erdogan, qu’il a tracée à la vue du monde, serait un terrain vague de charniers pour les Kurdes et les autres peuples de la région.
 
Depuis 2019, la communauté internationale est restée silencieuse sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre d’Erdogan, et le manque d’intérêt de l’ONU, de la Coalition mondiale contre l’Etat islamique, de l’OTAN, de l’UE et du Conseil de l’Europe l’a énormément renforcé. Même lorsque les forces armées d’Erdogan ont tué 9 civils et en ont blessé 30 autres dans le complexe touristique de Perekh près de Zakho, dans le sud du Kurdistan (nord de l’Irak), le 21 juillet 2022, les gardiens du droit international sont restés silencieux.
 
Avec l’approbation implicite de la communauté internationale, Erdogan poursuit la mise en œuvre de sa stratégie de nettoyage ethnique, comme il le fait aujourd’hui. Ce matin, l’armée turque a bombardé Kobanê dans le nord-est de la Syrie depuis les airs et au sol, et ces attaques font suite à un certain nombre de meurtres de civils par des drones militaires turcs ces dernières semaines. L’objectif d’Erdogan et de l’État turc est clair : le nettoyage ethnique des Kurdes. De plus, ces attaques ont également ciblé les chrétiens syriaques de la région. »
 
Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait brandit une carte alors qu’il s’adressait à la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies au siège de l’ONU à New York, New York, États-Unis, le 24 septembre 2019.
 
Les zones attaquées dans le nord et l’est de la Syrie/Rojava sont toutes incluses dans la soi-disant « zone de sécurité » sur la carte qu’Erdogan a tristement affichée à l’Assemblée générale des Nations Unies en 2019 :
 
Kobanê : centre-ville de Kobanê ; les villages de Boban, Siftek, Selim et Asme, les villages occidentaux de Kobanê à la frontière turco-syrienne, et le village du Haut Sheikhler sur l’Euphrate, en face de la ville occupée par la Turquie de Jarablus, sont tous bombardés. Un enfant nommé Abid Mohammed Haji (12 ans) a été tué dans ces attaques.
 
Manbij : Les villages d’al-Jat et de Masi au nord de Manbij sont attaqués au mortier depuis une base occupée par les Turcs à al-Tokhar al-Kabir.
 
Afrin (Efrin), district de Sherawa : Les villages Bênê, Sonxanekê et Qinêtirê ont été attaqués par des obusiers plus de 30 fois.
 
Région de Girê Spî (Tel Abyad) : Les villages d’Arida, Leqleqo, Sewan, Khirbet Beqer et Kopirlek ont ​​été bombardés et attaqués à l’arme lourde par l’armée turque en coopération avec l’Etat islamique.
 
Canton d’Hasakah : Le district de Zirgan a été attaqué et un enfant du nom de Tamim Faisal Hamad (11 ans) a été blessé.
 
Tel Temir : Les villages de Gozeliyê, Tel Leben, Umm Khair, Til Tewîla Asûran et Selmase ont été attaqués.
 
Tirbe Sipiyê : Des zones proches de l’Académie des forces syriaques de Sutoro dans le village de Rotan ont été attaquées.
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici