La guerre psychologique de la Turquie détruit des vies [kurdes]

0
154

Depuis la rencontre entre Erdoğan et Poutine à Sotchi, les frappes de drones turcs dans le nord-est de la Syrie [Rojava] ont considérablement augmenté. Il est difficile de savoir quelle cible a été touchée, quand et où exactement, et combien de personnes ont été tuées ou blessées. Cela me rappelle le nombre scandaleux d’affaires judiciaires contre les Kurdes en Turquie, qui sont également impossibles à suivre. Cette composante psychologique de la guerre contre les Kurdes est voulue par Ankara.

La guerre psychologique est une tactique utilisée dans la guerre pour réduire le bien-être moral ou mental de l’adversaire en instillant la peur, l’anxiété et la terreur. Il est utilisé dans toutes les guerres par toutes les parties, et il est également très courant de l’utiliser contre des civils. En général, les civils sont ciblés par la propagande, positive ou négative, sur les parties en guerre, ou, en d’autres termes, en peignant une meilleure image d’un côté de la guerre et une pire de l’autre. Cependant, la Turquie l’a porté à de nouveaux niveaux pendant des décennies, ciblant les civils non seulement avec de la propagande, mais avec diverses tactiques visant à détruire leur vie.

(…)

Il y a des années, probablement en 2011 ou 2012, j’ai décidé que je voulais enfin avoir une bonne idée des affaires judiciaires en cours contre les Kurdes en Turquie. Je voulais savoir combien de membres du Parti démocratique des peuples (HDP) étaient en prison, combien étaient poursuivis, combien avaient été condamnés et combien de procès étaient en cours au total. Je me suis rendu à Ankara et j’ai rencontré l’un des avocats qui travaillait pour le HDP. Il m’a dit que personne ne savait combien de membres du HDP étaient poursuivis, personne ne savait combien de procès étaient en cours et personne ne savait combien de membres étaient en détention, avaient déjà été officiellement arrêtés ou avaient été libérés.

Il a essayé de brosser un tableau de la situation pour me faire comprendre à quel point la guerre judiciaire contre les Kurdes était d’une ampleur époustouflante. Il y avait, et il y a, des perquisitions et des détentions à domicile presque tous les jours. Il n’était même pas possible de garder une trace des membres du HDP en difficulté, et encore moins des Kurdes politiquement actifs en général. Il y a des journalistes, des avocats et des militants pour un large éventail d’ONG impliquées dans le travail culturel, social et politique et dans les droits de l’homme, toutes les personnes qui ne sont peut-être pas membres du parti mais qui sont actives pour leurs communautés et très susceptibles d’être détenues, poursuivies et emprisonnées aussi bien.

Aysel Tugluk

Cela fait des dizaines de milliers de personnes en difficulté, et la majorité d’entre elles ont non pas une mais plusieurs poursuites judiciaires contre elles, toutes à des stades différents devant des tribunaux différents. Comme dans le cas actuel d’Aysel Tuğluk, la politicienne kurde chevronnée qui est en prison mais qui devrait être libérée parce qu’elle a été diagnostiquée avec une démence : un tribunal a ordonné sa libération au début du mois, mais elle est restée en prison parce qu’elle a déjà été condamnée dans une autre affaire et le l’ordre de libération n’a pas affecté l’affaire pour laquelle elle a été emprisonnée. L’ancien co-dirigeant du HDP, Selahattin Demirtaş, en est un autre exemple : je suis sûre que ses avocats savent combien de procès il y a contre lui, mais cela leur prendrait trop de temps pour tout vous expliquer, temps dont ils ont désespérément besoin pour jongler avec toutes les affaires. sans perdre le fil, et d’essayer de le faire sortir de prison.

Si ce n’est pas un cas clair non seulement de guerre judiciaire mais aussi de guerre psychologique, je ne sais pas ce que c’est. Imaginez ce que cela fait non seulement aux personnes impliquées, mais aussi à leurs familles et amis, et à la communauté kurde dans son ensemble.

Divers noms

L’intense campagne de bombardements dans le nord-est de la Syrie, et dans la région du Kurdistan en Irak d’ailleurs, a le même genre d’effet. Et si vous voulez garder une trace appropriée? Vous voudriez savoir quand la Turquie a bombardé où, et quoi et qui était la cible. Des gens meurent dans des attaques et il n’est pas toujours clair immédiatement, voire jamais, s’il s’agit de combattants ou de civils, ce qui est particulièrement pertinent dans une guerre. Les personnes blessées peuvent récupérer, mais certaines d’entre elles succombent à leurs blessures plus tard. Certains sont des mineurs, d’autres des enfants. Ce qui n’aide pas non plus, c’est que certaines personnes sont connues sous différents noms.

Cibler des combattants est légitime dans une guerre. Il y a quand même des règles à respecter. Théoriquement, la Turquie est autorisée à tuer des combattants avec des drones dans le nord-est de la Syrie parce qu’elle a l’autorisation du pays où le meurtre a lieu – indirectement, c’est-à-dire en obtenant le feu vert de Poutine, qui parle au nom d’Assad. Mais cette théorie se désintègre dans la pratique, car la Turquie ne cible pas seulement les combattants, mais bombarde également explicitement des zones civiles, faisant ainsi des victimes civiles. Pour que les règles théoriques de la guerre soient applicables en pratique, il faut que les parties aient l’intention de respecter les règles et s’efforcent, par exemple, de protéger au mieux les civils. Regardez maintenant les trois hommes impliqués ici, théoriquement responsables du maintien des règles de la guerre : Poutine, Assad et Erdoğan. Ai-je besoin d’en dire plus ?

Brigades antiterroristes

Les victimes parmi les civils suscitent bien sûr beaucoup de peur et d’anxiété dans la population, tout comme la guerre judiciaire en Turquie intimide des millions de personnes, qui doivent toujours être prêtes à ce que des brigades antiterroristes fassent irruption chez elles, à ce que des procureurs ouvrent encore une autre affaire contre eux et pour que les juges ordonnent leur libération ou le renouvellement ou le maintien de leur détention. La guerre judiciaire en Turquie et les attaques aveugles de drones dans le nord-est de la Syrie montrent une fois de plus très clairement qui la Turquie considère comme son adversaire : pas seulement des combattants armés, mais aussi explicitement des civils.

Par Fréderike Geerdink, journaliste indépendante

Article à lire en anglais sur Medya news: Turkey’s psychological warfare destroys lives 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici