Comment mettre en place une zone d’exclusion aérienne pour le Rojava?

0
144
Devant la recrudescence des massacres commis par des drones turcs dans les zones kurdes du Rojava, dans le nord de la Syrie, les habitants ainsi que les responsables politiques et militaires de la région demandent à la communauté internationale de fermer l’espace aérien du Rojava aux drones et avions turcs. Mais que signifie cette demande, politiquement et militairement, et existe-t-il une voie possible pour y parvenir ? Réponses apportées par le journaliste Matt Broomfield.
 
« Le fait est qu’une zone d’exclusion aérienne pour le Nord et l’Est de la Syrie (NES) serait une déclaration politique, pas une nécessité légale. Les États-Unis et la Russie s’engagent déjà dans une déconfliction (désescalade) de l’espace aérien de la région et n’autorisent actuellement pas la Turquie à lancer un assaut terrestre ou aérien important car cela ne convient pas à leurs intérêts politiques. D’un autre côté, aucun des deux pays ne serait susceptible d’abattre des avions turcs si le président Erdoğan (…) lançait malgré tout une invasion.
 
Les demandes d’une « zone d’exclusion aérienne » pour les régions dirigées par les Kurdes du nord et de l’est de la Syrie (NES) sont monnaie courante. Les militants ont lancé la campagne hashtag #NoFlyZone4Rojava, tandis que les dirigeants politiques et militaires de la région répètent régulièrement la demande dans des déclarations publiques et des réunions avec des responsables occidentaux. Les habitants ont manifesté devant les bases des militaires russes et américains dans la région avec la même demande. Mais que signifie cette demande, politiquement et militairement, et existe-t-il une voie possible pour y parvenir ?
 
Le concept de zone d’exclusion aérienne est un concept relativement moderne qui a évolué à l’époque de l’hégémonie militaire américaine et de la « police mondiale » à partir de 1990. En effet, le concept a d’abord été déployé au Kurdistan, après la guerre du Golfe de 1991. Les États-Unis sont intervenus dans la région kurde de Bashur, dans le nord de l’Irak, dans le but déclaré d’empêcher de nouveaux génocides et l’utilisation d’armes chimiques contre le peuple kurde par le dictateur Saddam Hussein. Bien sûr, cela a également permis aux États-Unis de prendre pied dans ce qui allait devenir la région du Kurdistan d’Irak, ce qui jouerait un rôle déterminant dans leur invasion ultérieure de l’Irak et le renversement de Saddam en 2003.
 
D’une part, les souvenirs persistants de l’intervention américaine contribuent à la poursuite de la recherche d’une protection internationale pour le Kurdistan. D’autre part, l’intervention américaine en Irak illustre la vérité selon laquelle toute intervention des États-Unis – ou d’autres acteurs internationaux – masquera la realpolitik et des objectifs stratégiques qui n’ont rien à voir avec la défense du peuple kurde.
 
Peu importe à quel point ils sont vrais, ni les arguments éthiques ni juridiques ne suffiront jamais à promouvoir un changement dans la politique américaine ou internationale. L’action militaire et les bombardements américains le long du 33e parallèle de l’Irak ont ​​été condamnés par les Nations Unies, mais sont rapidement devenus une réalité de facto – et la région du Kurdistan (KRI) officiellement reconnue dans la nouvelle constitution irakienne.
 
Aujourd’hui, les États-Unis, l’ONU et d’autres acteurs internationaux utilisent des arguments légalistes pour justifier leur manque de soutien à la NES dans un certain nombre de domaines. Il n’y a aucun moyen d’établir un tribunal international pour juger les combattants de l’Etat islamique car la région n’est pas internationalement reconnue, déplorent-ils – malgré le fait que ce sont ces mêmes puissances qui pourraient reconnaître unilatéralement la région si elles le voulaient. Il n’y a aucun moyen de surmonter le veto russe qui empêche l’aide de l’ONU d’entrer dans le NES, soupirent-ils – malgré le fait que toutes ces puissances agissent unilatéralement en Syrie quand cela leur plaît.
 
Il en va de même pour la zone d’exclusion aérienne proposée. Le fait est qu’une zone d’exclusion aérienne pour NES serait une déclaration politique, pas une nécessité légale. Les États-Unis et la Russie se sont déjà engagés dans une déconfliction de l’espace aérien de la région et n’autorisent actuellement pas la Turquie à lancer un assaut terrestre ou aérien important, car cela ne correspond pas à leurs intérêts politiques. D’un autre côté, aucun des deux ne serait susceptible d’abattre des avions turcs si le président Erdoğan jetait la prudence aux vents et lançait malgré tout une invasion.
 
La déclaration d’une zone d’exclusion aérienne serait un acte politique, une déclaration publique d’opposition aux politiques de nettoyage ethnique et d’occupation du gouvernement turc dans le nord de la Syrie. Dans des circonstances aussi délicatement équilibrées, ni les garants américains ni russes n’ont d’appétit pour une déclaration aussi audacieuse et préfèrent poursuivre leur politique d’apaisement envers la Turquie – notamment en fermant les yeux sur la campagne croissante de frappes aériennes.
 
Comme l’a récemment déclaré la journaliste italienne Benedetta Argentieri à Medya News : « Je ne pense pas que [l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne] se produira… S’il y a un grand mouvement de personnes, comme des personnes qui descendent dans la rue, cela pourrait peut-être arriver. Je n’ai pas vraiment confiance que la communauté internationale se lèvera et fera ce qui est nécessaire. »
 
En l’absence de toute volonté politique de la part des puissances internationales, les communautés internationales doivent continuer à se tenir aux côtés de la NES et de ses résidents kurdes, arabes, chrétiens, yézidis et autres. Ils ne peuvent eux-mêmes protéger les habitants de NES des frappes de drones turcs qui ont tué des dizaines de personnes cette seule année, ni de toute invasion à venir. Mais bien qu’ils ne puissent pas fermer le ciel, ils peuvent se tenir aux côtés du peuple et continuer à demander des comptes aux pouvoirs garants par tous les moyens à leur disposition. »
 
Article à lire en anglais sur Medya News : How could a no-fly zone for Rojava actually be achieved?

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici