AccueilFemmesLes cours de «science des femmes» s'attaquent au patriarcat dans le nord-est...

Les cours de «science des femmes» s’attaquent au patriarcat dans le nord-est de la Syrie sous contrôle kurde

« Maintenant, je vois que même la femme a une vie. »
 
SYRIE / ROJAVA – Par une journée d’été étouffante dans une académie militaire juste à l’extérieur d’al-Hasakah, des combattants masculins ont grommelé à propos d’un cours obligatoire appelé « Jinéologie » , ou « la science des femmes » . Elles avaient déjà passé plusieurs jours à apprendre les rudiments de l’histoire et de la mythologie des femmes ainsi que les méfaits du patriarcat dans leur région.
 
Les 102 hommes rassemblés étaient tous membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de milices du nord-est de la Syrie soutenue par les États-Unis et dirigée par les Kurdes, un peuple apatride originaire du Moyen-Orient. Le cours de jinéologie faisait partie d’une académie de 18 semaines qui comprendrait également une formation militaire. La plupart des hommes étaient arabes et venaient de communautés conservatrices. Le conférencier, qui portait le nom à consonance dure « Roken 23 Doshka » , un clin d’œil à la mitrailleuse de l’ère soviétique, était une femme.
 
Alors que Doshka parlait à la classe, certains des hommes se sont endormis. Un combattant masculin s’est plaint qu’après qu’une femme qu’il connaissait avait rejoint une milice entièrement féminine, elle avait coupé ses cheveux courts, ce qui était considéré comme honteux dans la communauté arabe. Puis Dilbrin Rumailan, un jeune combattant aux cheveux noirs de jais et aux manières confiantes, a levé la main pour dire que les cours avaient déjà changé sa façon de penser.
 
« Avant, je n’étais pas d’accord si ma sœur voulait quitter la maison parce que je voyais comment les filles sortaient et comment elles se comportaient », a déclaré Rumailan, ajoutant qu’il n’avait pas laissé sa femme rendre visite à sa famille plus longtemps que une heure à la fois. « Mais maintenant, je vois que même la femme a une vie, une idéologie et sa propre personnalité indépendante. … Je me rends compte que je me suis mal comporté et que je l’ai offensée. »
 
Bien que tout le monde n’ait pas été aussi réceptif que Rumailan aux enseignements de la jinéologie, les cours ont continué à se répandre dans l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES). La région autonome à majorité kurde, à peu près de la taille du Danemark, est sortie du chaos de la guerre civile syrienne. Il s’est déclaré démocratique, égalitaire et féministe, et la philosophie de la jinéologie est au cœur de la révolution sociale des Kurdes.
 
La jinéologie – dont le nom est une combinaison de « jin », le mot kurde pour « femme » et du mot grec « logos », qui signifie « mot » ou « raison » – n’est pas seulement un apprentissage obligatoire pour la plupart des 100 000 membres du SDF. . Les cours se multiplient également aux niveaux collégial et de la maîtrise ainsi qu’au secondaire pour la première fois cette année. Personne ne semble savoir combien d’instituts ou de cours de jinéologie existent, mais il est maintenant enseigné dans au moins huit villes du nord-est de la Syrie, de Derik (également connu sous le nom d’al-Malikiyah) au nord à Deir al-Zour au sud, de Kobanê à l’ouest à Qamishli à l’est.
 
La prolifération des cours de jinéologie survient trois ans après que les FDS ont proclamé la victoire « totale » sur l’État islamique en Syrie, avec des batailles cruciales remportées contre les militants islamistes par la milice entièrement féminine, les Unités de protection des femmes (YPJ), qui fait partie des FDS.
 
Cette victoire a donné aux forces dirigées par les Kurdes un contrôle incontesté sur le nord-est de la Syrie, mais cela a également signifié le déclin du soutien des alliés internationaux qui n’avaient plus besoin de leur aide pour combattre l’État islamique. Ce changement a rendu l’AANES beaucoup plus vulnérable aux ennemis de longue date et démesurés, comme la Turquie, avec laquelle les Kurdes sont en guerre depuis des décennies et dont les frappes de drones sur des cibles militaires dans l’AANES sont un problème permanent. Fin mai, le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé une nouvelle incursion militaire dans le nord-est de la Syrie.
 
Malgré son avenir précaire, les Kurdes ont poursuivi leurs efforts pour transformer les attitudes patriarcales dans la région. La région est depuis longtemps régie par des codes tribaux et religieux fondés sur l’honneur qui autorisent les mariages forcés et précoces, la violence domestique et sexuelle, la polygamie et d’autres pratiques néfastes.
 
Pour lutter contre ces coutumes, le chef idéologique des Kurdes, Abdullah Ocalan – qui a dit : « Un pays ne peut être libre que si les femmes sont libres » – a été un ardent défenseur des enseignements de la jinéologie. Les cyniques soulignent que l’égalité radicale des sexes a également signifié doubler le potentiel de recrutement des milices dirigées par les Kurdes ; les YPJ comptent actuellement 5 000 femmes, selon la commandante des FDS Newroz Ahmed. Les forces militaires kurdes ont également inclus des mineurs dans leurs rangs : un rapport des Nations Unies de l’année dernière a révélé le recrutement et/ou l’utilisation de 119 mineurs dans les forces dirigées par les Kurdes en l’espace d’environ un an. (Ahmed a dit que beaucoup de filles « viennent nous voir et disent qu’elles veulent nous rejoindre, et nous les refusons. »)
 
Safaa Noori, une combattante des YPJ de 35 ans aux longs cheveux noirs attachés en une tresse en désordre, a déclaré qu’elle avait rejoint les YPJ en 2019 après avoir entendu parler de sa lutte pour les droits des femmes, une notion radicale pour elle à l’époque. Elle a dit qu’elle avait été mariée à 13 ans à un homme de 30 ans son aîné avec plusieurs épouses, qui l’enfermait dans leur maison en terre chaque fois qu’il quittait la maison et la battait lorsqu’elle ne préparait pas les repas de manière adéquate. « Parce que je n’avais que 13 ans, je ne pouvais même pas lui faire cuire un œuf. Tous les voisins m’entendaient crier » , a déclaré Noori.
 
Le mariage n’a duré que deux ans avant qu’elle ne fuie chez elle pour vivre avec sa famille à Deir al-Zour ; ils ont ensuite été déplacés vers al-Hasakah. Depuis qu’elle a rejoint la milice en 2019, Noori a étudié la jinéologie lors de deux sessions de formation. Elle a appris que de nombreuses cultures primitives étaient matriarcales jusqu’à il y a environ 5 000 ans, lorsque le pouvoir est passé aux mains des hommes (une idée que de nombreux historiens occidentaux contestent ). « Mais la chose la plus importante que j’ai apprise en jinéologie est de savoir comment se débarrasser de la mentalité masculine, qui a été plantée dans l’esprit [des hommes] par le parti Baas » , a déclaré Noori, citant le parti du président syrien Bashar. al-Assad.
 
Bien que l’AANES ait interdit le mariage des enfants après avoir pris le contrôle de la région, Noori a déclaré que la pratique reste répandue dans son village, où « une femme est toujours empêchée d’aller à l’école ; elle n’a pas de caractère et ne peut même pas s’exprimer. Mais voir des femmes porter des armes a lentement commencé à changer les attitudes, tout comme les idées fondamentales de la jinéologie » , a-t-elle déclaré.
 
Tous les étudiants en jinéologie du nord-est de la Syrie ne sont pas des miliciens. Roz Abdulbaki Ali, une diplômée universitaire de 22 ans vêtue d’un chemisier rose vif à la voix douce et insistante qui a étudié la jinéologie à l’Université du Rojava à Qamishlo, a déclaré que le cours avait commencé par la philosophie et l’histoire. Elle a appris « comment me reconnaître et compter sur moi-même en tant que femme » , a-t-elle dit, et comment les femmes ont été traitées par différentes religions, y compris les représentations négatives des femmes dans le Coran, la Torah et la Bible.
 
Mais ensuite, les cours de jinéologie ont fait quelque chose de nouveau : ils ont enseigné à Ali et aux autres étudiants l’autodéfense physique, y compris la boxe et le maniement du couteau, et leur ont donné une formation aux armes, dont plusieurs jours de cours de tir à balles réelles dans un village voisin.
 
« Nous faisons cela parce que nous sommes dans une zone de guerre, et nous ne savons pas quand il y aura des combats » , a déclaré Ali. Mais le changement soulève également des questions quant à savoir si les YPJ envisagent d’utiliser les cours de jinéologie comme outil de recrutement, ce qui deviendrait plus urgent si l’incursion turque se produisait.
 
Ali a déclaré qu’elle ne prévoyait pas de devenir une combattante à moins que cela ne soit nécessaire. Au lieu de cela, elle envisage d’obtenir une maîtrise en jinéologie afin de pouvoir enseigner le sujet à d’autres. Elle a déjà rêvé de se marier mais a dit que ce n’était plus son objectif. « Après avoir étudié la jinéologie, mes rêves ne sont plus liés au mariage, à la maison et à l’homme » , a-t-elle déclaré.
 
Le cours n’a pas eu le même impact sur ses camarades de classe, dont beaucoup, selon Ali, ont abandonné pour se marier ou se sont mariées immédiatement après l’obtention de leur diplôme en raison de la pression parentale. Newroz Sabah Sheikmus, professeur de jinéologie à l’Université de Rojava, a confirmé que les décrocheuses sont un problème permanent : « Les parents ne veulent pas que leurs filles étudient ce genre de science [féminine] », a déclaré Sheikmus. L’année dernière, quatre des 15 étudiantes de Sheikmus n’ont pas terminé le cours.
 
Mais la jinéologie est maintenant enseignée à un plus jeune âge – aux garçons – et c’est obligatoire. Zachariah Ahmad Haider, un élève de 18 ans du lycée pour garçons Arabstan de Qamishli, suit cette année la jinéologie en plus de la physique, de la chimie et de l’anglais. Il fait partie de la première génération de lycéens du nord-est de la Syrie à le faire. Haider a déclaré que tous ses amis n’étaient pas ravis de devoir étudier la science des femmes.
 
« Certains des camarades de classe disent : ‘Pourquoi ne lisent-elles pas sur nous alors que nous devons lire sur elles?' » , a déclaré Haidar, qui s’arrêtait souvent pour réfléchir avant de parler. « Mais je ne suis pas d’accord avec mes amis parce que sans les femmes, il n’y a pas de vie. Ce sont elles qui enfantent et construisent la société. Ou c’est ce qu’on m’a appris à l’école. »
 
Par Elizabeth Flock, journaliste, auteure et réalisatrice de documentaires primée aux Emmy Awards qui se concentre sur le genre et la justice. Son prochain livre, Conversations with Athena (Conversations avec Athena), traite de l’autodéfense féminine.
 
Des reportages supplémentaires ont été réalisés par Solin Muhammed Amin et Obeid Sheikhi.
 
Ce reportage a été soutenu par le Fonds Howard G. Buffett pour les femmes journalistes de l’International Women’s Media Foundation.
 
La version originale à lire sur le site Foreign Policy : ‘Science of Women’ Classes Take on the Patriarchy in Kurdish-Held Northeast Syria

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici