Demirtas: Le régime turc n’a ni l’intention ni la capacité de reprendre les pourparlers de paix

0
181
TURQUIE – Le politicien kurde emprisonné, Selahattin Demirtaş déclare que le gouvernement turc n’a ni l’intention ni la capacité de reprendre les pourparlers de paix engagés avec le PKK qu’il a interrompus en 2015 après deux ans de négociations.
 
Selahattin Demirtaş, l’ancien co-président du Parti démocratique des peuples (HDP), a écrit depuis la prison sur les rumeurs concernant la probabilité d’un nouveau « processus de paix » lancé par le gouvernement turc en réponse à la question kurde, et sur celles qu’Abdullah Öcalan, le dirigeant emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), pourrait être autorisé à recevoir des visites de sa famille et de ses avocats.
 
« L’AKP n’a actuellement aucune intention, ni capacité et qualification pour une résolution. Cela signifie une volonté politique épuisée qui est en train de se dissoudre, enlisée dans les injustices, l’oppression et la corruption. Les mesures qu’il prendra n’auront pas plus de sens que des manipulations triviales et bon marché pour les élections.
 
Cela arriver-a-t-il ? Bien sûr. La question kurde sera tôt ou tard résolue pacifiquement par le dialogue et les négociations.
 
Je dis cela non pas par référence à des rumeurs soulevées encore récemment, mais comme une approche principale.
 
Chère Pervin Buldan [co-présidente actuelle d’HDP] a exprimé très clairement dans son dernier discours au groupe parlementaire que l’AKP [Parti de la justice et du développement] ne cherche pas une résolution, mais au contraire, est en train de se dissoudre.
 
Regardons les faits.
 
Une discussion animée a commencé après la campagne « Marche vers Gemlik » pour protester contre l’isolement [d’Abdullah Öcalan], déclenchée par la rumeur selon laquelle certaines visites à İmralı [l’île-prison où Öcalan est maintenu dans un isolement total] seront autorisées.
 
Y aura-t-il une nouvelle lettre d’Öcalan concernant les prochaines élections ? Le HDP et l’AKP vont-ils s’entendre ? Le processus de résolution va-t-il reprendre ? Les Kurdes resteront ils neutres lors des élections ?
 
Il y a eu récemment une succession rapide de telles questions et réponses.
 
Malgré les déclarations claires et complètes du HDP, les discussions ne s’arrêteront apparemment pas. C’est très bien; tout le monde a le droit de discuter, et ce n’est que commode qu’ils le fassent de toute façon. Cependant, les discussions ne porteront pas leurs fruits si certains faits ne sont pas pris en considération et si certaines appréciations ne sont pas faites.
 
Allons étape par étape et voyons ce que c’est.
 
– L’isolement est une pratique de torture qui est à la fois anarchique et contraire à l’éthique. Défendre l’isolement, c’est défendre la torture. M. Öcalan a le droit légal, comme tout autre prisonnier, de rencontrer sa famille et ses avocats. Appeler à la « fin de l’isolement » n’est ni une offense, ni quelque chose de mal. Prétendre le contraire est à la fois contraire à l’éthique et constitue une complicité dans une infraction.
 
– L’isolement est aussi une mauvaise politique. Permettre à Öcalan d’être entendu augmente non pas les conflits mais la probabilité d’une résolution. N’avons-nous pas été témoins qu’il a essayé de le faire plusieurs fois à chaque occasion, qu’il a lancé des appels à la paix ?
 
– S’opposer à un processus de résolution relève carrément du bellicisme. Parler du processus de résolution comme s’il s’agissait d’une sorte de peste, c’est plaider pour la mort. Pourtant, chacun a le droit de critiquer les méthodes et les moyens du processus de résolution et de faire des suggestions.
 
– Créer l’impression qu’Ocalan est susceptible de soutenir l’AKP, ou le soutient, est absolument faux et injuste. M. Öcalan profitera de la moindre opportunité de paix. D’un autre côté, il a suffisamment d’expérience pour ne pas laisser les espoirs de paix être exploités pour le succès des élections.
 
– Öcalan n’a pas encore donné une seule instruction à HDP, et il n’en donnera jamais non plus. Ce n’est pas son style. Il ne fait que des suggestions et des appels, accompagnés d’une justification. Ces suggestions et appels de sa part ont toujours été minutieusement discutés et évalués par les responsables du HDP, alors qu’ils ont également été pris en considération par les responsables de chaque parti politique ; et pourtant, les décisions ont finalement et librement été prises par les responsables du HDP.
 
– Öcalan est une figure pacificatrice de la plus haute influence dans le contexte du conflit armé tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières de la Turquie. Il ne peut y avoir de progrès sans son soutien et sa contribution. Le PKK ne prendra en compte que Öcalan.
 
L’adresse pour la démocratisation et la résolution ultime est le parlement turc, et les interlocuteurs sont le HDP, les autres partis politiques et le peuple lui-même.
 
L’AKP n’a actuellement aucune intention, ni capacité et qualification pour une résolution. Cela signifie une volonté politique épuisée qui est en train de se dissoudre, enlisée dans les injustices, l’oppression et la corruption. Les mesures qu’il prendra n’auront plus de sens que des manipulations triviales et bon marché pour les élections.
 
Les partisans du HDP et les électeurs kurdes représentent un pouvoir expérimenté, politiquement conscient et organisé. Ils sont au courant de tout, et ils agiront en conséquence le jour venu. Toutes les manœuvres de l’AKP pour tromper et tromper sont vouées à l’échec devant la volonté du peuple.
 
– L’opposition, au lieu de s’engager dans des discussions spéculatives sur le fait que l’AKP lancera un nouveau processus de résolution ou s’il ne s’agit que d’une ruse, devrait présenter sa propre stratégie pour la résolution de la question kurde. L’administration politique continuera à exploiter la question kurde et le processus de résolution tant que l’opposition ne précisera pas sa stratégie. Je parle de l’opposition qui explique clairement en termes généraux quel type de processus de résolution elle projette dans le cas d’une victoire électorale ; pas sur un processus impliquant AKP. Il est crucial pour l’avenir de la Turquie qu’un consensus sur une stratégie de résolution soit atteint entre les partis d’opposition, y compris le HDP, si la question kurde doit être résolue pacifiquement et dans le contexte d’une Turquie unifiée.
 
C’est comme ça que je vois la situation » , a écrit Demirtaş dans une tribune publié par le journal Yeni Yaşam.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici