A la Suède qui sacrifie les Kurdes: Vous ne pouvez pas combattre le terrorisme en laissant les terroristes décider qui sont les terroristes

0
331

Dans une Europe piégée par l’invasion russe en Ukraine et qui tente de faire bloque face à la Russie, la trahison des Kurdes – qui ont sacrifié plus de 12 000 femmes et hommes dans la guerre contre DAECH pour protéger le monde du terrorisme – par la Suède et la Finlande à la demande de la Turquie pour rejoindre l’OTAN est une tache noire sur l’Histoire nationale de ces deux pays mais aussi celle de l’Europe toute entière.

Lors du sommet de l’OTAN en Espagne ce mardi, la Suède et la Finlande ont annoncé (détails ci-dessous) officiellement qu’elles acceptent les demandes de la Turquie en décidant de criminaliser les Kurdes que la Turquie veut rayer de la carte et qu’elles vont également lui livrer des armes pour mener à bien ses projets génocidaires.

La députée suédoise d’origine kurde qui est dans le viseur d’Ankara, Amineh Kakabaveh s’est insurgée devant la capitulation de son pays face à Erdogan et déclaré qu’on ne pouvait pas « combattre le terrorisme en laissant les terroristes décider qui sont les terroristes » . Kakabaveh a critiqué son pays qui « s’incline face aux exigences de la Turquie, une dictature islamique qui [ne respecte pas] les droits humains et qui a violé le droit international par son agression militaire illégale et l’occupation de la Syrie » .

Amineh Kakabaveh a critiqué le gouvernement de pays hier soir sur son compte Facebook ainsi:

« La Suède et la Finlande se sont mis d’accord sur les exigences que la Turquie s’est fixée pour approuver le président finlandais Sauli Niinistö a déclaré que les pays avaient trouvé une « bonne solution » et se sont entendus sur l’exportation d’armes et les efforts accrus contre le terrorisme.

Il est alarmant que la Suède s’incline face aux exigences de la Turquie, une dictature islamique qui [ne respecte pas] les droits humains et qui a violé le droit international par son agression militaire illégale et l’occupation de la Syrie (…) permet de contrôler la politique étrangère [de la Suède]. Le gouvernement [va] complètement à l’encontre de la ligne de politique étrangère, qui a également reçu un large soutien au Parlement.

Vous ne pouvez pas combattre le terrorisme en laissant les terroristes décider qui sont des terroristes. YPG et YPJ sont des combattants de la liberté qui ont libéré le monde du califat de Daesh / ISIS. Ainsi, [ils ont assuré également la sécurité de la Suède et le monde entier].

Ce sont les femmes kurdes qui sont allées en enfer dans cette lutte. La Suède trahit maintenant ces femmes et négocie les droits des minorités. Les forces démocratiques dans le nord de la Syrie ont également été soutenues par les États-Unis et d’autres pays de l’OTAN.

Jens Stoltenberg ne semble pas s’en soucier. Une politique triste et cynique qui ne renforce pas le travail pour la paix et la démocratie – une solution pacifique pour les Kurdes.

Je soumettrai demain une question écrite au ministre des affaires étrangères Linde au sujet des détails de l’accord (…).

Le gouvernement doit indiquer clairement au peuple suédois quelles concessions la Suède fait exactement pour une adhésion à l’OTAN ! »

Voici ce que la Turquie a obtenu de la Suède et de la Finlande d’après la déclaration conjointe signée par les ministres des affaires étrangères des trois pays :

• La Suède/la Finlande lèveront leur embargo sur les armes
• Les deux soutiendront la Turquie dans sa guerre visant le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), arrêteront le soutien aux YPG / YPJ du Rojava
• Ils modifieront leurs lois sur le terrorisme
• Ils partageront leurs renseignements entre eux
• Ils extraderont les terroristes présumés
• La Finlande et la Suède soutiendront la participation de la Turquie à la coopération structurée permanente (CSP ou PESCO en anglais Permanent Structured Cooperation) de l’EU
• La Turquie, la Finlande et la Suède établiront un mécanisme conjoint permanent de consultation sur la justice, la sécurité et le renseignement

Accord tripartite signé entre la Turquie, la Suède et la Finlande:

 

image.png

image.png
image.png

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici