IRAN. Le prisonnier politique kurde Shaker Behrouzi menacé d’exécution

0
156

IRAN / ROJHILAT – La condamnation à mort de Shaker Behrouzi, prisonnier politique kurde, qui a été confirmée par une Cour en septembre 2021, a été réaffirmée par la Cour suprême et lui a été notifiée le samedi 25 juin, dans la prison d’Ourmia.

Selon une source bien informée à la prison centrale d’Ourmia, la condamnation à mort a été notifiée à Shaker Behrouzi le 25 juin, et ce prisonnier politique n’a que 20 jours pour demander un appel.

Compte tenu de l’ordre spécial du chef du pouvoir judiciaire d’exécuter toutes les condamnations à mort et de l’exécution secrète de Firouz Musa Lou, un prisonnier politique kurde de la prison d’Ourmia, l’organisation des droits de l’homme Hengaw exprime sa profonde préoccupation face à l’exécution imminente de Shaker Behrouzi et appelle toutes les institutions et organisations des droits humains à accorder une attention particulière à cette affaire afin de faire pression sur le gouvernement de la République islamique d’Iran pour qu’il n’exécute pas la peine.

Shaker Behrouzi originaire de Dezej Margavar, qui était membre du Parti démocratique du Kurdistan d’Iran depuis trois mois, est retourné en Iran après avoir quitté le parti et a été arrêté par le service de renseignement d’Ourmia le mardi 12 mars 2019. Il a été transféré à la prison centrale d’Ourmia au printemps 2020, après un an et neuf jours de détention et l’achèvement des interrogatoires au centre de détention du bureau de renseignement d’Ourmia.

En août 2020, Shaker Behrouzi a été condamné à mort par la branche 2 du tribunal révolutionnaire d’Ourmia, dirigé par le juge Sheikhlou, pour « insolence » et « appartenance au parti Komala ».

Le verdict a été rendu pour « appartenance au Komala », alors que Shaker Behrouzi était auparavant membre du Parti démocratique du Kurdistan d’Iran (PDK-I), et a été condamné par le même tribunal à cinq ans de prison pour « appartenance au PDK-I ».  La peine mentionnée a été violée par la Cour suprême en juillet 2021 et a été renvoyée devant le tribunal révolutionnaire d’Ourmia pour réexamen.

Le prisonnier politique a également été condamné à mort par la branche Une du tribunal pénal pour mineurs d’Ourmia en décembre 2020 pour le meurtre d’un membre des gardiens de la révolution, ce qui a été confirmé par la branche 31 de la Cour suprême basée à Qom en septembre 2021

Hengaw a rapporté qu’après que Shaker Behrouzi s’est opposé à l’approbation de la peine par la Cour suprême, la peine a de nouveau été renvoyée à la Cour suprême et a été réaffirmée.

Une source proche de la famille de Shakeri a déclaré au journaliste de Hengaw : « Shaker Behrouzi avait demandé la présence de témoins lors du procès, mais le juge les a empêchés d’y assister. »

Selon la source, « Shaker Behrouzi a été contraint d’avouer sous la torture, et les agents du renseignement du CGRI ont utilisé une grande tablette pour reconstituer la scène du meurtre de Mamel Mohammadi Bavan, un membre du CGRI, pour ce prisonnier politique et ont fait pression sur lui en détention quels mouvements doit-il faire pour reconstituer la scène. »

Le service de renseignement du CGRI a également fait pression sur les plaignants dans l’affaire du prisonnier politique kurde et les a menacés de ne pas consentir à cette affaire en aucune circonstance, et Shaker Behrouzi a déjà entamé plusieurs grèves de la faim en raison de cette pression.

Une personne proche de M. Behrouzi avait précédemment déclaré à Hangaw que Shaker avait été torturé à l’isolement pendant un an et neuf jours pour avouer l’assassinat d’un membre des Gardiens de la Révolution appelé Mamel Mohammadi.

Mamel Mohammadi, membre des Gardiens de la révolution, a été assassiné par des inconnus armés dans le district de Margavar à Urmia le mardi 13 mars 2018. La responsabilité du meurtre a ensuite été acceptée par le groupe « Eagles de Zagros » .

Hengaw

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici