Amnesty International: Les soutiens d’Osman Kavala et du mouvement du parc Gezi sont des prisonniers d’opinion

0
134
Le mécène Osman Kavala et ses sept coaccusés dans le procès Gezi, Mücella Yapıcı, Tayfun Kahraman, Can Atalay, Mine Özerden, Çiğdem Mater, Hakan Altınay Yiğit Ekmekçi ont été désignés par l’Amnesty International comme des prisonnières et prisonniers d’opinion.
Cette décision intervient deux mois après la condamnation de ces militants, dont l’éminent philanthrope et défenseur des droits humains Osman Kavala, à l’issue d’un simulacre de procès ; une cour d’appel a annulé de précédentes décisions d’acquittement. Elle intervient également une semaine après que ce tribunal a rendu public son « jugement argumenté » qui ne justifie aucunement le verdict qui a été rendu par la majorité des juges.
« Le fait d’attribuer à ces sept personnes le statut de prisonnier ou prisonnière d’opinion constitue une reconnaissance de la série d’injustices qu’elles ont subies, qui ont commencé avec leur arrestation arbitraire et des poursuites judiciaires motivées par des considérations politiques et ont abouti à un procès pour l’exemple et à leur condamnation » , a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International.
Osman Kavala travaillait à faire reconnaitre le génocide arménien et à la résolution pacifique de la question kurde en Turquie. Deux crimes impardonnables aux yeux du président Erdogan qui lui ont prévalu un tel châtiment…

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici