Erdogan, l’OTAN, la Suède, la Finlande, les Kurdes et les élections turques…

0
111
A un an des élections générales et présidentielles turques, le président turc Erdogan s’oppose à la candidature de la Suède et de la Finlande qui veulent rejoindre l’OTAN. Il annonce également que la Turquie va attaquer de nouvelles zones kurdes en Syrie. Pour de nombreux commentateurs, tous ces événements sont liés. D’une part, Erdogan veut s’attirer le vote des nationalistes en s’en prenant aux Kurdes, d’autre part, il veut pouvoir envahir le Rojava en échange de l’entrée de la Suède et de la Finlande dans l’OTAN.
 
On ne sait pas si Erdogan réussira dans ses calcules, mais pour le journaliste Kamal Chomani l’Occident et l’OTAN se rendent complices de la guerre turque au Kurdistan et cela n’est pas près de changer.
 
Chomani a écrit sur Twitter:
 
« Erdogan craint de perdre les élections de 2023. Une offensive contre le Rojava sert à plaire à sa base anti-kurde. Pour faire en sorte que les Kurdes ne votent pas pour l’opposition, qui n’est pas très différente de l’AKP, il a besoin de l’opposition pour soutenir sa prochaine offensive contre le Rojava.
 
Les États-Unis, l’UE et l’OTAN soutiennent la guerre turque contre les Kurdes depuis les années 1980, et ils fermerons peut-être les yeux sur une autre offensive turque contre le Rojava en échange, la Turquie ne bloquera pas les candidatures de la Suède et de la Finlande pour entrer dans l’OTAN. Cela a toujours été ainsi !
 
Le soutien le plus fort de l’OTAN, de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis à l’État fasciste turc a été de criminaliser le mouvement de libération kurde.
 
Dans la mesure où le PKK reste sur les listes terroristes de l’OTAN, de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis, ces pays et organisations jouent un rôle majeur dans la guerre turque contre la nation kurde. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici