La Suède et la Finlande prêtes à criminaliser les Kurdes pour rejoindre l’OTAN

0
292
Alors que la Suède et la Finlande font des déclarations favorables en réponse aux chantages de la Turquie leur demandant de criminaliser les Kurdes sur leur sol pour pouvoir rejoindre l’OTAN, la députée kurdo-suédoise visée par Erdogan, Amineh Kakabaveh déclare que « L’OTAN n’a jamais apporté la sécurité au monde » .
 
Après s’être entretenu avec le président Turc Erdogan, le ministre finlandais des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, a déclaré qu’il s’attendait à ce que les problèmes entre Helsinki et Ankara concernant l’adhésion de son pays à l’OTAN soient résolus d’ici quelques semaines.
 
La ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde a également fait une déclaration sur Twitter en réponse aux accusations d’Erdogan qui déclarait que la Suède et la Finlande étaient des « foyers de terrorisme » . Plutôt que de dénoncer le chantage turc, Linde a préféré aller dans le sens d’Erdogan, en écrivant sur Twitter qu’ « En raison de la #désinformation largement répandue sur (la Suède) et le PKK, nous voudrions rappeler que le gouvernement (suédois) d’Olof Palme a été le premier après (la Turquie) à inscrire le PKK sur la liste des organisations terroristes, déjà en 1984.L’UE a emboîté le pas en 2002… Cette position reste inchangée. » 
 
La semaine dernière toujours, l’ambassadeur de Turquie en Suède, Hakki Emre Yunt, a demandé aux autorités suédoises d’extrader la politicienne suédoise Amineh Kakabaveh vers la Turquie. La députée Kakabaveh fait partie des dizaines Kurdes vivant en Suède et en Finlande que la Turquie réclament pour « terrorisme » et qui menace les deux pays de les empêcher de rejoindre l’OTAN. Kakabaveh a exhorté les autorités suédoises et européennes à ne pas céder aux chantages turcs et à ne pas « ramper pour les islamistes à Ankara ».
 
« L’OTAN n’a jamais apporté la sécurité au monde »
 
Amineh Kakabaveh, députée kurdo-suédoise, a commenté les débats actuels sur la demande d’adhésion de la Suède à l’OTAN et les exigences de la Turquie pour la levée de son veto.
 
La Suède et la Finlande ont officiellement demandé leur adhésion à l’OTAN hier (18 mai).
 
Cette candidature signifiait également la fin de la politique de neutralité du pays scandinave suédois.
 
De plus, la candidature a été présentée par le gouvernement de coalition du Parti social-démocrate et du Parti vert, qui s’opposent traditionnellement à l’adhésion de la Suède à l’OTAN.
 
Il y a seulement deux mois, ces deux partis avaient rejeté les appels du Premier ministre Magdalena Andersson à rejoindre l’OTAN.
 
Alors, est-ce que tous les partis et députés au parlement soutiennent l’adhésion de la Suède à l’OTAN ? Comment le gouvernement suédois a-t-il géré le processus d’adhésion à l’OTAN ? Quelles ont été les discussions en Suède sur le veto de la Turquie à l’adhésion des deux pays ?
 
Nous avons parlé de tous ces sujets avec le député indépendant suédois et politicien kurde iranien Amineh Kakabaveh.
 
Kakabaveh a fui l’Iran vers la Turquie en tant que réfugiée dans les années 1990, puis s’est installée en Suède. Elle a étudié les sciences sociales et la philosophie à l’Université de Stockholm. Elle est députée au parlement depuis 2008.
 
Kakabaveh est contre l’adhésion de la Suède à l’OTAN, se souvenant de ses expériences de guerre quand elle était jeune.
 
Selon Kakabaveh, l’une des raisons pour lesquelles le président turc Erdoğan s’oppose à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN est qu’il a perdu sa popularité en Turquie. « Erdoğan veut gagner à nouveau en popularité sur la scène internationale » , a-t-elle déclaré dans une interview accordée à Bianet.
 
Bianet: La Suède et la Finlande ont officiellement demandé leur adhésion à l’OTAN. La Suède est traditionnellement connue pour sa neutralité et maintenant l’application à l’OTAN… Je voudrais commencer par le début : Comment les différents partis politiques abordent-ils l’adhésion de la Suède à l’OTAN ?
 
Kakabaveh: Malheureusement, seuls le Parti de gauche et le Parti vert étaient contre l’adhésion à l’OTAN. Le reste des partis politiques y étaient favorables. Je veux dire, l’adhésion à l’OTAN… Donc, six des huit partis au Parlement ont voté en faveur de l’adhésion.
 
Et quelle était leur raison d’être en sa faveur ?
 
C’est à cause de la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Cela a été le thème principal. Mais je sais que les partis de droite en Suède parlent de cette question et en débattent depuis de nombreuses années, depuis 2014 en particulier lorsque la Russie a envahi d’autres voisins [la Crimée]. Depuis que la Russie a attaqué l’Ukraine, c’est leur raison.
 
Mais je sais qu’il ne s’agit pas seulement de parler de la Russie. C’est parce que de nombreux pays veulent vendre des armes. Et les États-Unis (US) veulent que la Suède fasse partie de l’alliance. […] la Suède a été très attrayante pour les États-Unis et d’autres pays de l’OTAN.
 
Que pensez-vous personnellement de l’adhésion de la Suède à l’OTAN ?
 
Je suis contre l’OTAN et la guerre pour de nombreuses raisons. Ma seule expérience de la guerre. J’ai été contre même lorsque la Suède envoie des armes à l’Ukraine et à d’autres pays. Nous, en Suède, avons une histoire de paix et d’artisan de paix et de paix diplomatique si le monde n’a pas besoin des femmes et de l’OTAN. L’OTAN et les armes nucléaires n’apportent pas plus de sécurité au monde et à l’UE. Nous savons aussi que des pays comme la Turquie et d’autres sont des non-démocratiques et des dictatures dans l’alliance. Quant à la Turquie; ils ont été et sont en guerre contre les Kurdes en Syrie et en Irak. Nous avons beaucoup d’autres pays avec l’OTAN qui ne sont pas démocratiques et la Suède est un pays démocratique. La Suède a été contre les armes nucléaires.
 
Je parle de ma propre expérience en tant qu’Amineh. Nous, en tant que Kurdes, avons été opprimés et attaqués par la Turquie, l’Iran et d’autres pays ; nous avons connu la guerre. Il y a des réfugiés dans ce pays. Ils ont l’expérience de la guerre. C’est pourquoi je suis comme beaucoup d’autres contre la guerre, c’est pourquoi je suis contre l’OTAN. En tant que députés, nous n’avons pas reçu le mandat de changer l’histoire suédoise de 200 ans de paix et d’alliance libre. La Suède a été sans alliance pendant si longtemps et il est très important qu’elle soit exempte de toute alliance. Ce serait une grave erreur si elle devenait membre de l’OTAN.
 
Vous savez que la Suède a un embargo sur les armes contre la Turquie. Il y a plusieurs raisons. En tant que Kurdes, nous sommes également contre l’adhésion de la Suède à l’OTAN en tant que principe de notre identité. La Suède, du moins sur le papier, est sans alliance depuis 200 ans. Mais maintenant nous sommes avec des pays. Ce sont des dictatures. Ils sont contre leur peuple. Comment agir avec ces pays ? Comment les gens peuvent-ils créer la paix ? Certaines personnes sont en faveur de l’OTAN. Ils pensent que cela créera de la sécurité. Maintenant, c’est juste mentir. L’OTAN n’a jamais créé la sécurité et vous savez la guerre américaine contre l’Irak et la guerre turque contre de nombreux pays… Ce sont des pays de l’OTAN. Ils maintiennent la sécurité et la guerre dans de nombreux pays.
 
Que pensez-vous de la façon dont le gouvernement gère tout ce processus de demande ? D’après ce que j’ai lu, il y a des critiques selon lesquelles il n’y a pas eu suffisamment de discussions publiques avant que la décision ne soit prise…
 
C’est vrai. Tout est allé si vite, tout était dans le dos des gens et ils l’ont fait parce que les Suédois… Nous sommes au Parlement et nous n’avons pas voté pour l’OTAN. La Suède est un pays démocratique et nous ne travaillons pas pour changer la sécurité, l’armée ou l’alliance suédoise. C’est comme ça depuis 200 ans. Mais maintenant, ils l’ont fait et j’espère que les Suédois viendront faire des remarques lors des élections nationales de septembre.
 
Erdoğan s’est opposé à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN. Comment cela résonne-t-il auprès du public et des politiciens en Suède ? En parle-t-on dans les médias ?
 
Oui bien sûr. On en parle tous les jours partout et dans tous les médias. Vous savez que ce n’est pas nouveau. Erdoğan sait qu’il n’est pas populaire. Il est impopulaire. Sa popularité et le soutien public à son parti ont été très faibles et la situation économique en Turquie est également dans une crise profonde, l’année prochaine, il y a des élections; donc, il a besoin de soutien.
 
Et c’est toujours typique d’Erdoğan : lorsqu’il a besoin du soutien de son peuple, il essaie de s’assurer qu’il récupère du soutien sur la scène internationale. Donc, ce n’est pas très à écouter car ce n’est pas un leader très sérieux.
 
Il est comme Poutine. S’il avait le même pouvoir que Poutine, il aurait maintenu le pays ottoman, comme il le mentionne toujours. C’est ainsi que nous le connaissons. Je veux dire, il veut maintenir l’Empire ottoman, s’il avait le même pouvoir que Poutine. C’est pourquoi il ne faut pas le prendre très au sérieux. Et, vous savez, il veut que la Suède lève l’embargo sur les armes. Il veut se rapprocher des États-Unis et de Joe Biden. Il y a de nombreuses questions qu’il souhaite aborder dans cette affaire lorsque l’adhésion de la Suède et de la Finlande est en cours de discussion.
 
Alors, que pensez-vous qu’Erdoğan voudra en échange de l’approbation de l’adhésion à l’OTAN de la Finlande et de la Suède ?
 
Selon les nouvelles, il veut que la Finlande et la Suède expulsent les réfugiés. Ils ont fui sa dictature et DAECH ; il y a des Kurdes des YPG qui se sont battus contre DAECH et aussi contre la Turquie parce que la Turquie a attaqué Afrin et la zone kurde. Ces personnes ont donc fui pour sauver leur propre vie. Et il veut les avoir, mais c’est un non-sens total. Un pays européen ne devrait jamais faire cela. Jamais.
 
Et probablement, comme je l’ai déjà mentionné, il veut que l’embargo sur les armes soit levé parce qu’il veut être plus populaire et en contact et collaboration plus étroits avec les États-Unis, l’Union européenne et la Suède parce que sa guerre contre de nombreux pays a mis fin à de nombreuses relations. et contacts. Erdoğan est en guerre avec de nombreux autres pays du voisinage.
 
Y a-t-il quelque chose que vous voudriez ajouter ?
 
Erdoğan est impopulaire en Turquie et c’est le peuple turc qui décidera ; ils devraient en être conscients l’année prochaine : Que veulent-ils pour la Turquie ? Une Turquie apparentée ou une Turquie ouverte comme avant ? Le même Erdoğan a eu des négociations avec l’organisation qu’il qualifie désormais de terroriste [PKK]. Si la Turquie veut avoir des relations avec d’autres pays… Tous les gens en prison sont des politiciens, ce sont des journalistes… Ils devraient être libérés. La Turquie a besoin du peuple pour développer sa démocratie et son propre pays. Je veux dire, cela le rendra plus populaire. Mais il est déjà impopulaire ; c’est pourquoi il veut retrouver sa popularité. 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici