KURDISTAN. Une femme kurde a survécu à une tentative de meurtre impliquant un de ses frère à Erbil

0
255
KURDISTAN – Une femme kurde a été poignardée par l’un de ses frères à Erbil lundi soir au sujet d’une dispute remontant à 2014. Zulaykha Hussein a déclaré que c’était de la troisième fois que sa famille a tenté de la tuer.
 
Plusieurs féminicides ont été signalés récemment dans la région du Kurdistan malgré les efforts des autorités pour mettre fin à la violence sexiste et aux soi-disant crimes d’honneur.
 
Zulaykha Hussein, 23 ans, a reçu 28 coups de couteau de la parte d’un de ses frères dans le district d’Ainkawa, de la province d’Erbil (Hewler), après avoir refusé de le suivre. Elle a déclaré mercredi qu’elle avait été blessée au visage, à la tête, à la main, au dos et aux jambes. Elle a été sauvée de cette tentative de féminicide par des passants et son frère a pris la fuite.
 
Hussein a déclaré qu’elle avait maintenant intenté une action en justice contre son frère, qui est toujours en fuite.
 
En 2014, Hussein a épousé un homme contre la volonté de sa famille qui a alors menacé le couple. Cependant, la famille aurait accepté de les laisser tranquilles.
 
« J’ai survécu à trois tentatives de meurtre par ma famille. Ils ont d’abord voulu me tuer avec une arme à feu alors que j’étais à Zakho. Je me suis enfuie, mais j’ai été touchée à la jambe. La deuxième fois [un autre de ses] frères est venu chez moi et a essayé de m’étouffer avec une corde. Cette fois, un autre de mes frères a essayé de me tuer avec un couteau », a-t-elle déclaré.
 
La souffrance de cette jeune femme originaire de Zakho a augmenté lorsque son mari s’est suicidé à la fin de l’année dernière après avoir fait faillite dans une entreprise. Elle a été détenue pendant des mois pour son implication présumée dans sa mort.
 
Ses parents soupçonnaient qu’elle était mêlée à sa mort, a-t-elle expliqué, niant toute implication.
 
Hogir Aziz, porte-parole de la police d’Erbil, a déclaré à Rudaw qu’ils avaient ouvert une enquête sur les coups de couteau de Hussein et qu’un mandat d’arrêt avait été émis contre son frère.
 
La jeune femme a déclaré que plusieurs de ses enfants étaient morts. Aujourd’hui, elle est la mère d’une fille de cinq ans.
 
Le vice-Premier ministre de la région du Kurdistan, Qubad Talabani, a déclaré dans un tweet mercredi soir qu’il était « consterné et indigné par une nouvelle attaque contre une femme par un membre de la famille, cette fois à Erbil », et qu’ « il n’y a aucune excuse pour la violence faites aux femmes.”
 
Il a ajouté que le ministre de l’Intérieur de la Région et les forces de sécurité « font tout pour traduire ce criminel en justice ».
 
Plusieurs féminicides ont été signalés récemment dans la région du Kurdistan malgré les efforts de la région pour mettre fin à la violence sexiste et aux soi-disant crimes d’honneur.
 
Une femme aurait été tuée par son mari à Erbil le 9 mai pour un désaccord sur des « problèmes familiaux ».
 
« Nous devons intensifier nos efforts pour remettre en question la masculinité toxique et les normes sociales patriarcales qui continuent d’engendrer la violence. Ensemble, nous devons plaider pour la poursuite des auteurs et le renforcement de la loi de la région du Kurdistan pour lutter contre la violence domestique », a exhorté une déclaration de février de la Fondation SEED, une ONG basée à Erbil.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici