ALLEMAGNE. Des manifestants kurdes victimes de violences policières à Berlin

0
222
ALLEMAGNE – Le samedi dernier, la police allemande a attaqué violement des manifestants kurdes qui manifestaient à Berlin contre l’invasion du Kurdistan du Sud par la Turquie. Les organisateurs de la manifestation parlent de racisme anti-kurde au sein de la police allemande et des policiers d’origines turques animés par la haine des Kurdes. Il semblerait que l’Allemagne veut rassurer la Turquie en criminalisant les Kurdes sur son sol.
 
Des milliers de Kurdes et leurs amis sont descendus dans la rue samedi à Berlin contre l’agression militaire de la Turquie dans les régions kurdes de Syrie et d’Irak. La police de Berlin a été extrêmement agressive et provocatrice par moment. Elle a attaqué violemment dans la manifestation et procédé à de nombreuses arrestations. L’initiative « Défend Kurdistan », qui a organisé la manifestation d’alliance des groupes kurdes, antifascistes et de gauche, parle dans un communiqué de la répression politiquement motivée par la police berlinoise et du racisme anti-kurde.
 
Après que plusieurs centaines de policiers aient initialement accompagné la manifestation de protestation, des dizaines des membres de services d’intervention d’urgence ont attaqué les manifestants. Il y a également eu des provocations verbales de la part de policiers d’origine turque, qui visaient spécifiquement les militants kurdes du quartier des jeunes. Plusieurs des personnes concernées ont rapporté par la suite des insultes personnelles de la part des services d’urgence. Même un adolescent de 13 ans a été poussé au sol par un policier.
 
En outre, deux travailleurs des médias, clairement reconnaissables comme tels, ont rapporté que la police avait délibérément saisi les caméras et les avait frappées. « Lors du rassemblement final, la police a alors provoqué une panique de masse lorsque les membres des services d’intervention d’urgence ont traversé la foule à plusieurs reprises et frappé les gens sans discernement. Cela a conduit à six arrestations que nous connaissons, qui ont été extrêmement brutales. Trois policiers se sont parfois agenouillés sur des personnes déjà allongées immobiles sur le sol, et un autre a failli se casser le nez lorsqu’il a été emmené. Une autre personne a d’abord été jetée au sol, puis ligotée et frappée à coups de pied et de poing par trois policiers. En plus de ces cas, il y avait aussi d’autres endroits où une force policière excessive a été utilisée. On peut parler de la chance qu’une seule personne a dû être transportée à l’hôpital en ambulance. Il a ensuite été annoncé que 18 enquêtes préliminaires avaient été ouvertes jusqu’à présent. »
 
La police berlinoise a justifié ce comportement en affirmant qu’un agent avait été légèrement blessé lors du lancement d’une bouteille. La plupart des jeunes participants ont attaqué les services d’urgence à un carrefour Unter den Linden à coups de poing et de pied, des mâts de drapeau et des affiches ont également été utilisés. Selon Defend Kurdistan, ces allégations sont factuellement insoutenables et simplement un mensonge. L’initiative soupçonne deux raisons principales derrière les tactiques policières agressives:
 
« Première; Parallèlement à notre manifestation, une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 a eu lieu à Berlin, à laquelle le ministre turc des Affaires étrangères était également présent. Comme l’ont largement rapporté les médias, l’État turc est bouleversé parce que la Suède et la Finlande vont être admises dans l’OTAN. Apparemment, en retour, l’objectif est de légitimer le fait qu’ils étendent désormais l’attaque du sud du Kurdistan au nord et à l’est de la Syrie (Rojava). La violence de notre manifestation était donc un signe de « bonne volonté » de la part de l’Etat allemand envers le ministre turc des affaires étrangères.
 
Deuxièmement; le PKK a annoncé le 11 mai qu’il prendrait des mesures contre l’interdiction du PKK en Allemagne. Cela aussi a probablement provoqué le mécontentement du gouvernement turc. Cela pourrait être une raison de plus pour apaiser la Turquie et montrer qu’elle continue à lutter radicalement contre les Kurdes. Cela devrait également véhiculer une image dans la société allemande selon laquelle « les Kurdes sont toujours dangereux » .
(…) »
 
Racisme anti-kurde
 
L’initiative poursuit en expliquant : « Une grande partie de ce que nous avons vécu le 14 mai peut également être résumée sous le mot-clé racisme anti-kurde. Les contrôles ciblés du peuple kurde, le silence sur le contenu, le refus de reconnaître et de nommer la Turquie comme agresseur, ainsi que la répression ciblée contre la société kurde ici aussi, représentent une discrimination parrainée par l’État contre un groupe ethnique. une manière ciblée en ce moment, où la lutte de la société kurde est solidaire de celle des autres peuples, comme on l’a vu le 14 mai. Il y avait beaucoup d’amis internationaux, palestiniens, arméniens, basques, turcs et arabes.
 
En conclusion de notre communiqué, nous voudrions énoncer nos revendications par rapport aux violences policières. Car en nous concentrant sur les violences policières, nous ne devons pas perdre de vue notre préoccupation première :
 
Le double standard consistant à condamner la guerre d’agression russe dans les termes les plus forts possibles et en même temps à soutenir la guerre d’agression turque doit cesser !
 
Nous exigeons l’arrêt de toutes les livraisons d’armes à la Turquie et une rupture des relations diplomatiques avec l’État turc d’Erdoğan. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici