Pourquoi j’ai brandi un très grand drapeau du PKK lors d’une manifestation à Londres et me suis fait arrêter.

0
202
Drapeau du PKK confisqué par la police britannique lors de la maifestation d'hier
LONDRES – Le samedi 23 avril, une manifestation kurde a eu lieu à Londres dénonçant les attaques armées turques contre le Kurdistan du Sud et le Rojava par la Turquie. La police britannique a attaqué violement un groupe de manifestants – dont le journaliste Mark Campbell – qui portaient le drapeau du PKK et les a menacés d’inculpation. 
 
Mark Campbell revient sur cet « incident » dans un texte critique des autorités britanniques qui bafouent les droits élémentaires du peuple kurde au profit de leurs business d’avec l’État colonialiste turc.
 
Voici le pamphlet de Mark Campbell:
 
Pourquoi j’ai brandi un très grand drapeau du PKK lors d’une manifestation à Londres et me suis fait arrêter. 

Le samedi 23 avril, à Whitehall, Londres, j’ai brandi un très grand drapeau du PKK, pour faire une très grande déclaration politique contre la poursuite de la criminalisation par le gouvernement britannique de la communauté kurde et de toute la question kurde en Turquie et au Moyen-Orient. Après tout, le PKK est le peuple kurde et le peuple kurde est le PKK.

Ainsi, alors que l’armée turque lance une nouvelle opération militaire insensée dans le Kurdistan irakien contre le PKK, et que la politique de l’État turc continue de traiter la question kurde uniquement comme une question de sécurité, tout en ignorant le fait que les racines sont dans l’État turc des politiques de déni raciste et des politiques d’assimilation forcée auxquelles la population kurde de Turquie est soumise depuis près de 100 ans depuis la création de l’État turc moderne, il est temps de changer d’approche.

10 000 militants kurdes continuent de languir dans les prisons turques, certains ont été incarcérés pendant des décennies, beaucoup sans procès dans une stratégie d’état d’internement de masse qui rappelle la politique de l’Angleterre contre les Irlandais dans les années 1970, tandis que des dizaines d’autres sont emprisonnés sur un chaque semaine, toujours sur le même mensonge et l’étiquette délibérément fabriqués et fallacieux de «terrorisme».

L’État turc est actuellement en train de fabriquer les conditions de la fermeture du Parti démocratique des peuples, HDP, à travers les soi-disant « procès Kobanê » accusant les Kurdes eux-mêmes pour les morts qui se sont produites aux mains brutales de l’État turc, à la suite de la protestation des Kurdes contre le soutien de la Turquie à l’Etat islamique à Kobané lors de l’attaque de l’Etat islamique et du siège de la ville kurde dans le nord-est de la Syrie.

Des politiciens élus, des maires, des militants, des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme, des avocats, sont tous emprisonnés, après avoir été goudronnés avec le vieux pinceau fatigué et usé du « terrorisme » de l’État turc. Il est maintenant utilisé d’une manière si tragique, comique et disproportionnée que le sens même a été complètement perdu et n’est plus utilisé que comme un outil étatique brutal de répression contre tous ses opposants, y compris les Kurdes.

Toujours avide de contrats d’armement ou de partenariats économiques, l’État britannique a adopté exactement la même tactique de criminalisation des Kurdes exactement de la même manière que l’État turc.

Lors d’un rassemblement extraordinaire de Kurdes à la BBC samedi, j’ai été immédiatement frappé et choqué par le nombre de policiers présents (j’ai compté 15 fourgons de police juste au début et jusqu’à 200 agents de différentes gares et parties de Londres) et aussi combien d’officiers supérieurs et de caméramans ont filmé la manif appelée simplement contre les récentes nouvelles opérations militaires turques au Kurdistan irakien, opérations illégales qui ont été condamnées par le gouvernement irakien comme une atteinte à la souveraineté de l’Irak.

J’ai entendu les officiers supérieurs parler ouvertement des drapeaux qui étaient interdits et ne devaient pas être tenus pendant la marche et j’ai fait un commentaire sec à l’officier supérieur présent. « Est-ce pour cela que vous vous êtes engagé, pour faire le sale boulot d’un dictateur impitoyable? » L’air légèrement penaud, comme s’il savait que sa dignité était en lambeaux, marmonna à travers sa barbe: « Eh bien, je fais le travail de la reine. » Ce qui, je pensais, ne faisait qu’empirer sa dignité, pour être honnête avec vous. Est-ce que ce sont les sales tactiques représentatives de la reine à ses yeux, me suis-je dit.

Et donc, quand nous avons commencé la marche, certains jeunes kurdes ont déployé une banderole à l’avant de la marche, en fait deux banderoles. Celui qui disait : « Le PKK n’est pas une organisation terroriste » juste derrière un très grand drapeau du PKK.

Immédiatement, les hauts responsables ‘Golds’ ou ‘Silvers’ , noms de code des officiers supérieurs de police chargés de l’opération de police, sont entrés dans une panique aveugle et ont commencé à informer leurs ‘agents’ pour avertir les personnes portant le drapeau qu’ils commettaient un infraction en vertu de la loi sur le terrorisme, etc. Bientôt, ils remplaceraient les officiers communautaires par d’autres officiers et finalement, comme eux aussi étaient ignorés, les officiers supérieurs eux-mêmes ont commencé à avertir et à intimider sévèrement les jeunes à propos du drapeau. Il était si clair qu’ils avaient reçu des instructions de haut niveau au sein du gouvernement qu’ils devaient être vus pour réprimer les Kurdes pour plaire au régime turc raciste du dictateur Recep Tayyip Erdoğan.

Faire essentiellement la même politique envers les Kurdes vivant au Royaume-Uni que l’État turc fait en Turquie envers les Kurdes, en essayant de criminaliser la lutte légitime pour la liberté de l’ensemble du peuple kurde en criminalisant la marche avec un nombre aussi extraordinaire et totalement disproportionné de policiers et le attitude menaçante prise contre les personnes en marche avec « l’article 13 de la loi terroriste de 2000 » etc…

Je ne suis pas sûr que l’idée originale des législateurs britanniques était d’utiliser la loi sur le terrorisme de 2000 de cette manière, c’est-à-dire que près de 200 policiers ont submergé et essentiellement tendu une embuscade à une manifestation kurde anti-guerre qui protestait pacifiquement contre la guerre et l’oppression des leurs.

Donc, alors que nous approchions de Whitehall, il était clair que c’était exactement ce qu’ils allaient faire, nous tendre une embuscade, dans une opération militaire organisée et planifiée avec des centaines de policiers utilisés pour d’abord bousculer la petite manifestation, puis se jeter sur nous. Les quatre jeunes qui portaient le drapeau avaient pris la sage décision de ranger le drapeau. Mais cela n’a pas empêché la police de se ruer sur un ou deux individus qui, selon elle, enfreignaient l’article 13 des lois antiterroristes de 2000.

Je dois dire que j’ai vu beaucoup de choses très honteuses du comportement de nos gouvernements au cours des 30 dernières années de mes relations étroites avec la communauté kurde de Londres, des choses que la plupart des citoyens britanniques ignorent se produisent en leur nom, mais samedi dernier, je peux dire était assez mauvais et devrait inquiéter tous les citoyens britanniques qui défendent les idées de liberté d’expression et de droits de l’homme.

Choqué et indigné, j’ai réussi à trouver et à m’emparer moi-même du grand drapeau du PKK et à le brandir de manière très publique et fondée sur des principes pour faire valoir que sans que la question kurde soit traitée de manière politique, que sans la dépénalisation de la PKK, qui représente la lutte du peuple kurde pour les droits fondamentaux en Turquie, il n’y aura jamais de fin négociée et pacifique à cette guerre qui a causé tant de morts, tant de misère, principalement pour les Kurdes mais aussi du côté turc.

Le gouvernement britannique ne sait-il pas que la plus haute cour de Belgique a statué que le PKK n’était pas une organisation terroriste et qu’il n’était qu’un partenaire dans un conflit armé. C’était la première fois que tous les arguments juridiques étaient entendus devant un tribunal et la cour d’appel de Bruxelles les preuves de l’État turc comiques et absurdes. Une affaire similaire a été entendue par un haut tribunal européen et une décision est attendue à la fin de cette année.

Ainsi, plutôt que de poursuivre cette guerre raciste contre les Kurdes, en aidant si cyniquement activement la Turquie à continuer de criminaliser la question, le gouvernement britannique qui entretient de bonnes relations avec la Turquie devrait utiliser ses bons offices et son expérience de l’accord du Vendredi saint et des négociations avec anciens partis à un conflit comme l’IRA, pour encourager la Turquie à rechercher enfin une solution pacifique et politique à la question kurde.

C’était le message que j’entendais en brandissant le drapeau du PKK lors de la manifestation de Londres.

Un appel à la radiation du PKK de la listes des organisations terroristes, à l’arrêt de la criminalisation des Kurdes et à la recherche d’une solution politique pacifique à un problème qui, depuis 100 ans, a prouvé sans l’ombre d’un doute qu’il n’y a pas de solution militaire.

Le PKK est le peuple kurde et le peuple kurde est le PKK.

Veuillez soutenir toute campagne visant à décriminaliser le PKK et encourager un règlement pacifique et politique de la question kurde.

J’ai bien sûr finalement été arrêté pour avoir tenu le drapeau en vertu de l’article 13 de la loi britannique de 2000 sur le terrorisme et on m’a dit que je faisais l’objet d’une « enquête » et que je serais bientôt informé par courrier, de savoir si je serai effectivement inculpé et traduit en justice ou non. A suivre.

Mark Campbell, version anglaise à lire sur Medya news

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici