SYRIE. Découverte de trois cadavres de femmes dans le camp al-Hol

0
186
SYRIE / ROJAVA – Les forces de sécurité ont découvert trois cadavres de femmes assassinées par balles dans le camp dans le camp d’Al-Hol abritant les membres de DAECH et leurs familles. Depuis des années, les responsables kurdes demandent à la communauté internationale de les aider à sécuriser le camp où il y a des dizaines de meurtres chaque année, en vain.
 
Les forces de sécurité du camp d’Al-Hol, considéré comme le camp le plus dangereux au monde, ont retrouvé hier soir les corps de 3 femmes qui ont été tuées à l’intérieur du camp. La nationalité de l’un d’entre eux est irakienne, tandis que l’identité des deux autres corps est encore inconnue, selon des sources à l’intérieur du camp, portant à 9 le nombre de personnes tuées cette année.
 
Le correspondant de l’ANHA a rapporté que les forces de sécurité du premier secteur du camp d’al-Hol pour Irakiens ont trouvé, la nuit dernière, le corps d’une femme irakienne qui a été tuée dans sa tente et les corps de deux autres femmes ont été retrouvés dans le quatrième secteur.
 
Une source de sécurité, qui a refusé d’être nommée, aurait déclaré que le cadavre retrouvé dans le premier secteur appartient à une femme irakienne nommée Syria Awad Owaid, née en Irak / Al-Baaj en 1982, et qu’elle a été tuée après avoir reçu deux balles dans la tête et une dans l’épaule, tandis que les deux autres femmes ont, chacune reçu deux balles dans la tête.
 
La même source a commis à nouveau ces crimes dans les cellules des mercenaires de l’Etat islamique, qui sont composées de femmes du camp d’al-Hol, qui tentent d’établir et de diffuser l’idéologie de l’Etat islamique dans le camp, à travers de tels crimes contre tous ceux qui tentent de se débarrasser d’idéologie extrémiste. (ANHA)
 
Le camp al-Hol
 
Le camp al-Hol se trouve à environ 40 kilomètres à l’est d’Hesekê dans la zone frontalière irako-syrienne et a la taille d’une ville. Il a été construit par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) pour les réfugiés irakiens au début de 1991 pendant la Seconde Guerre du Golfe. Après avoir été temporairement fermé, le camp a été rouvert en 2003 pendant la guerre en Irak.
 
Depuis que les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont vaincu le régime territorial de l’Etat islamique en mars 2019, le camp al-Hol est considéré comme une bombe à retardement et un foyer de l’Etat islamique, car il est principalement utilisé pour héberger des femmes et des enfants qui vivaient auparavant dans des zones contrôlées par l’Etat islamique.
 
Le camp abrite des individus de 50 pays différents. Malgré les demandes répétées des autorités du Rojava, très peu de femmes de l’EI et leurs enfants ont été pris en charge par leur pays d’origine.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici