Un documentaire primé montre les triomphes et les défis de la révolution féministe du Rojava

0
526
Le documentaire, « De l’autre côté du fleuve, » suit le parcours d’une jeune femme syrienne, Hala, qui quitte sa famille – qui était favorable à l’État islamique (DAECH) – peu après la libération de Manbij en 2016 par les Forces démocratiques syriennes (FDS, alliance arabo-kurde), pour rejoindre les forces de sécurité (Asayîş) de l’autre côté de l’Euphrate. Le documentaire est sorti dans les salles allemandes en janvier 2022.
 
L’agence de presse kurde, ANF ​​s’est entretenu avec Antonia Kilian, réalisatrice du documentaire « De l’autre côté du fleuve » (The Other Side of the River).
 

Antonia Kilian

Lorsque la cinéaste Antonia Kilian est venue au centre de formation d’Asayîş à Serekaniye en 2016, elle a voulu documenter le processus de libération des femmes dans l’ombre de la guerre contre Daech. L’une des jeunes femmes qui y avaient commencé leur formation a accepté d’être accompagnée par la caméra et de partager son histoire avec la cinéaste de Kassel. Le film accompagne Hala, 19 ans, dans sa formation militaire et politique au centre de formation de la ville aujourd’hui occupée par la Turquie et ses milices islamistes. Le public apprend que Hala s’est enfuie de l’autre côté de la rivière avec sa sœur pour échapper au mariage forcé avec un adepte de l’État islamique. Elle a rejoint les Unités de libération des femmes dans le but déclaré de retourner à Manbij et de libérer ses jeunes sœurs des mains de leur père oppresseur. Après avoir terminé la formation, elle est en fait transférée dans son ancienne ville et Kilian la suit dans la ville déchirée par la guerre. Les membres de l’Asayîş sont confrontés à une population comptant de nombreux sympathisants de Daech et à une situation sécuritaire précaire. Pour Hala, la confrontation avec sa famille est aussi très dure, puisque son père la menace de mort car elle a violé le prétendu « honneur » familial en fuyant. Lorsqu’elle apprend que sa sœur de douze ans est sur le point d’être mariée de force, la situation s’aggrave.

Avec le destin individuel du personnage principal, le film montre non seulement la libération que les femmes en particulier ont vécue lorsqu’elles ont vaincu l’État islamique, mais aussi la lutte ardue pour répandre les idéaux démocratiques et égalitaires dans une société façonnée par la dictature et le patriarcat. De plus, le public apprend les considérations personnelles difficiles et les décisions des personnes qui rejettent et combattent cette mentalité patriarcale.

« De l’autre côté du fleuve » est ainsi un instantané impressionnant de l’époque de la libération révolutionnaire au Rojava et, bien qu’en vue d’un destin individuel, condense les problèmes, les possibilités et les espoirs associés à la révolution. La musique de film du groupe « Shkoon » reprend les citations des personnages de leurs chansons et leur donne une voix musicale. Lors d’une tournée de festivals l’année dernière, le film a reçu entre autres le Prix du film de Hesse et le Prix du film documentaire du DOK.fest Munich.

ANF ​​a rencontré Antonia Kilian à Hambourg:

« The Other Side of the River » est projeté en Allemagne. Avez-vous déjà été en mesure de recueillir les commentaires du public ?

Nous sortons actuellement le film en Allemagne. L’année dernière, nous avons participé à 35 festivals dans le monde entier. Les retours sont très divers, selon le nombre de personnes qui ont déjà traité avec le mouvement de libération kurde. Beaucoup ont dit: « Oh wow, nous ne savions même pas que quelque chose comme ça existait ». Beaucoup ne peuvent même pas imaginer qu’il existe une chose telle que les femmes féministes en Syrie. Ce sont des gens qui n’en ont jamais entendu parler. Et puis il y a ceux qui ont rencontré et connu la révolution et se sont montrés solidaires. Ensuite, il y a d’autres questions à se poser. Et, bien sûr, je trouve toujours très excitants les retours et les discussions avec des gens de Syrie, de Turquie et d’Irak, c’est-à-dire des gens dont ce film dépeint la réalité. C’est extrêmement important pour moi d’entendre ce que les gens pensent du film et ce qu’ils en pensent.

La sortie du film a-t-elle été retardée par le coronavirus ?

Non, ce n’est pas si rare que vous fassiez d’abord une tournée de festivals et que lorsque vous avez trouvé un distributeur, il vous dise quel est le bon moment pour sortir le film en salles. C’est toujours difficile, mais peut-être particulièrement difficile en ce moment. Mais les deux projections à Berlin étaient complètes, le cinéma était bien rempli ici à Hambourg et j’ai déjà beaucoup de retours de personnes de toutes les villes d’Allemagne qui veulent voir le film. Je crois que malgré la pandémie ou justement à cause de la durée de la pandémie, les gens ont envie d’aller au cinéma, de vivre le film à l’écran et d’en discuter ensuite.

Vous étiez au Rojava pendant un an en 2016. Quand le film a-t-il été terminé ?

Nous avons eu notre première mondiale l’année dernière en mai 2021 au festival du film documentaire DOK.fest à Munich et malheureusement c’était en ligne car il est tombé au milieu du deuxième verrouillage. C’était dommage après cinq ans de travail de devoir ensuite présenter le film en ligne. C’est donc d’autant plus agréable maintenant, bien sûr, de faire cette tournée de cinéma dans toute l’Allemagne, de vraiment s’asseoir au cinéma avec de vraies personnes.

Ensuite, il a fallu de 2017 à 2021 pour terminer le film ?

J’étais au Rojava de 2016 à 2017 puis j’y suis retourné deux mois pour finir l’histoire. Après cela, il y a eu un an et demi de collecte de fonds pour la production. Il y avait une quantité incroyable de matériel qui devait être traduit, préparé pour l’édition, puis il nous a fallu encore un an et demi pour l’éditer. Alors avec mon monteur Arash Asadi, que j’ai rencontré aussi au Rojava, qui était lui-même journaliste et cinéaste, nous avons ensuite monté le film en Allemagne. C’est un long processus, bien sûr, mais dans l’ensemble, c’était des conditions très difficiles dans lesquelles nous avons travaillé et vécu.

Il est impressionnant de voir à quel point le film donne un aperçu de la vie et de la famille du personnage principal, Hala en particulier, mais aussi d’autres personnes. Avez-vous encore des contacts avec les protagonistes ?

Oui, je suis toujours en contact avec Hala. Avec sa commandante aussi. J’ai son numéro de téléphone et parfois nous nous envoyons des textos. Et, bien sûr, avec l’équipe du film. Nous sommes donc des amis très, très proches et sommes en contact quotidien.

Vous avez rencontré les amis avec qui vous avez travaillé sur le film pendant le tournage, n’est-ce pas ?

Exactement, je suis allée au Rojava seul et la première personne que j’ai connue était Sevinaz Evdike. Elle est elle-même cinéaste et l’une des co-réalisatrices de la commune cinématographique du Rojava à Serêkaniyê. J’ai vécu avec elle pendant un an et elle m’a beaucoup aidé à faire le film. Chaque fois que je rentrais du tournage pour voir Sevinaz, nous regardions le matériel ensemble, elle traduisait un peu, nous discutions et j’ai beaucoup appris d’elle. Nous avons maintenant une profonde amitié.

Puis, comme je l’ai dit, j’ai rencontré Arash Asadi, un journaliste et cinéaste iranien qui était également venu au Rojava. Nous avons commencé le montage des premières scènes ensemble sur place dans la commune du film. Arash est également le co-scénariste du film. À mon retour après un an, j’ai rencontré la cinéaste et photographe syro-kurde Guevara Namer à Berlin, qui a ensuite rejoint le projet en tant que productrice et co-auteure. J’étais alors aussi sur le deuxième voyage avec eux. C’est l’équipe et je pense que c’est une équipe très compétente et forte. C’était très amusant de travailler avec eux.

Vous étiez déjà actif dans le mouvement de solidarité avant de commencer à faire des films. Vous avez également été en contact avec les idées de libération des femmes. Comment cela vous a-t-il affecté ?

Il se passait beaucoup de choses, oui. Bien sûr, j’ai beaucoup appris. J’y suis allée parce que j’étais fascinée par l’idéologie et par les femmes que j’avais déjà rencontrées en Allemagne ou dans les régions kurdes de Turquie, et avec lesquelles je me sentais connectée et auprès desquelles je pouvais obtenir un soutien dans mon propre processus d’émancipation. Ce qui était important pour moi, c’était aussi de mieux comprendre la situation spécifique de la Syrie, ce que le pays avait vécu jusqu’à présent, également par rapport à la Turquie et au nord de l’Irak. Cela n’a été rendu possible que grâce à des discussions avec mon équipe et d’autres amis. Ils m’ont aidé à comprendre beaucoup mieux et plus profondément les connexions sur place. Nous avons donc réussi à ce que le film ne reste pas en surface, mais montre aussi des contradictions, montre des situations complexes, se rapproche des familles, se rapproche de Hala et rend aussi vivante une situation difficile et déchirée. Il était important pour moi que toutes ces questions que j’ai trouvent leur place dans ce film. Je voulais que ce ne soit pas juste une narration ennuyeuse, mais qu’il montre vraiment la complexité et les contradictions. Je crois que c’est le cas dans tous les processus révolutionnaires, qu’il y a simplement beaucoup de contradictions qui doivent être affrontées et traitées. Il est important pour un processus démocratique de signaler ces contradictions, d’en discuter et d’être ouvert à de telles discussions.

Principaux prix remportés

« The Other Side of the River » a été projeté dans plus de 35 festivals de films internationaux et a remporté les prix suivants, entre autres :

2021 Meilleur film documentaire, Hessian Film and Cinema Award

Prix ​​​​de la production de films documentaires VFF 2021, DOK.fest Munich

2021 Meilleur documentaire, Five Lakes Film Festival

2021 Meilleur documentaire sur caméra, Warning Berlin

Documents mondiaux 2021, Documents MX

Grand Prix 2021, Kinenova Skopje

2021 Meilleur film documentaire, Festival du film de Biberach

L’œuvre a également été présélectionnée pour European Film Awards 2021.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici