ROJAVA. Les enfants déplacés d’Afrin piégés par les attaques turques et les bombardements syriens

0
255
SYRIE / ROJAVA – Cela fait quatre ans que les enfants chassés du canton kurde d’Afrin vivant à Shahba sont pris au piège par les attaques de l’occupation turque et ses gangs islamistes parallèlement au blocus imposé par le gouvernement syrien alors que les ONG n’ont pas honoré leurs promesses d’aide. Ils sont également victimes des mines terrestres posés par les terroristes islamistes qui ont coûté la vie à de nombreux enfants et mutilés d’autres.
 
Des dizaines d’enfants d’Afrin ont perdu la vie dans des attaques menées par les forces d’occupation turques et les groupes de mercenaires affiliés, en plus des mines terrestres posées par des groupes de mercenaires dans le canton de Shahba.
 
Selon le Croissant-Rouge kurde, 70 enfants ont été tués et environ 213 ont été blessés lors de l’assaut turc sur Afrin et après leur déplacement vers Shahba.
 
Le blocus injustifié imposé par le gouvernement syrien au canton de Shahba a contribué à aggraver la situation dans le canton puisqu’on leur refuse l’accès aux hôpitaux et dispensaires d’Alep sans parler de la rareté des médicaments dans le canton soumis au blocus.
 
Nebi Bakr, 14 ans, un enfant deplacé d’Afrin a perdu sa jambe l’année dernière en raison de l’explosion d’une mine posée par des groupes de mercenaires de l’Etat islamique dans le canton en compagnie de son cousin qui a également perdu une jambe.
 
Nebi raconte son histoire qui s’est déroulée dans le village de Sheikh Issa alors qu’ils ne savaient pas qu’ils se trouvaient dans une mine déposée à la périphérie de Tal Rifa’t.
 
Nebi a déclaré qu’il souffrait insupportablement dans sa vie car il était obligé de marcher 20 minutes par jour pour se rendre à son école.
 
Nebi a déclaré que l’hôpital d’Avrin s’est rendu coupable de lui avoir fourni un membre artificiel, dénonçant le rôle joué par les organisations internationales qui méprisent les personnes déplacées d’Afrin vivant dans le canton de Shahba.
 
À son tour, la responsable du Comité de la santé du Conseil d’Afrin, Berivan Hisein, a déclaré que les plus touchés par les bombardements de l’occupation turque et le blocus imposé par le gouvernement syrien sont les enfants car ils sont privés des nécessités de la vie pour passer leur enfance en toute sécurité.
 
Berivan a indiqué que les organisations internationales n’avaient rien fourni aux enfants d’Afrin et continuaient à regarder. Beaucoup d’entre eux travaillent à Shahba sous de faux noms et ne font que tenir des promesses, a déclaré Berivan.
 
Berivan a noté que l’administration du canton de Shahba cherche à fournir toutes les nécessités dans la limite de ses capacités disponibles. La tenue est apportée aux enfants dont les membres ont perdu des membres ajoutant que les capacités ne sont pas suffisantes pour couvrir l’ensemble des besoins.
 
De son côté, le responsable du Bureau de documentation du Croissant-Rouge kurde, Haidar Mustafa, a déclaré que les enfants sont les plus touchés par l’agression de l’occupation turque dans le canton d’Afrin qui a duré 58 jours.
 
Haidar a déclaré que depuis le tout premier jour de l’agression jusqu’à ce jour, 213 blessés ont été documentés et 70 morts de moins de 15 ans.
 
Haidar a déclaré que de nombreuses vies ont été perdues et blessées par les mines posées par les groupes de mercenaires de l’État islamique dans le canton de Shehba, « les mines terrestres constituent toujours une menace pour les enfants vivant dans le canton de Shahba ». Beaucoup ont perdu la vie et d’autres leurs membres, sans parler des bombardements turcs constants sur le canton et le quartier Shera d’Afrin.
 
Haidar a déclaré que le Croissant-Rouge kurde avait fourni à de nombreux enfants des prothèses.
 
En trois ans, les forces d’occupation turques ont commis trois massacres contre des enfants de moins de 15 ans. Le premier a eu lieu à Tal Rif’at en 2019, faisant 8 morts et 12 blessés. Le deuxième était dans le village d’Aqbiye à Sherawa et le troisième était en 2021 à Tal Rif’at, coûtant également la vie à trois enfants.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici