Il y a quatre ans, la Turquie et ses gangs islamistes lançaient l’assaut contre Afrin

0
222
SYRIE / ROJAVA – Le 20 janvier 2018, la Turquie et ses gangs islamistes lançaient l’assaut contre le canton kurde d’Afrin, dans le nord de la Syrie. Quatre ans après l’opération turque malnommée « rameau d’olivier », des crimes de guerre et crimes contre l’humanité ont été commis en masse à Afrin, avec la complicité de la communauté internationale.
 
La liste des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis à Afrin:
 
Génocide ethnique: La Turquie y a opéré un nettoyage ethnique en chassant en masse les Kurdes de leurs terres et en y installant des mercenaires islamistes et leurs familles venus d’autres régions de Syrie et du monde (des Ouïgours et des Palestiniens par exemple).

 

Féminicides: Les mercenaires de la Turquie ont commis des féminicides et des viols en masse en arrêtant les jeunes femmes et fillettes kurdes qui ont été violées, torturées dans des centres de détention. Certaines ont été tuées, d’autres mariées de force aux terroristes islamistes.
 
Torture: Des milliers d’hommes et de femmes kurdes ont été arrêtés et torturés par les forces occupantes à Afrin.
 
Disparitions forcées: On est sans nouvelles de la majorité des hommes et des femmes qui ont été arrêtés à Afrin depuis 4 ans.

Génocide linguistique: La langue kurde a été interdite dans toute la région au profit de la langue turque.
 
Écocide: Plusieurs centaines de milliers d’oliviers ont été abattus dans la région d’Afrin par les gangs islamistes qui les ont vendu comme bois de chauffage.
 
Islamisation forcée: La charia a été imposée dans ce canton autrefois laïc et tolérant envers toutes les croyances qui coexistaient.
 
Destruction des sites antiques et des lieux de culte: Les sites antiques et les lieux de culte des Yézidis, des Alévis et des chrétiens ont été pillés et détruits.
 
Rançon: Les rares Kurdes qui n’ont pas quitté Afrin sont régulièrement kidnappés contre de la rançon demandée à leurs familles.
 
Biens confisqués: Les maisons, les biens et les terres de la majorité des Kurdes d’Afrin ont été confisqués par les forces occupantes.
 
Colonisation: Plusieurs colonies ont été construites ou encours de construction pour les colons ( Turkmènes, Ouïgours, Turcs, Arabes sunnites…) transférés dans la région pour modifier la démographie de la région.
 
Les détails de l’occupation d’Afrin et la situation actuelle dans la région (par ANF)
 

Le 20 janvier 2018, l’État turc a lancé ses attaques contre la ville d’Afrin, utilisant 72 avions de combat, ciblant plus de 185 sites militaires, civils, médicaux et militaires.

Les attaques aériennes ont été rapidement suivies d’attaques au sol menées par des mercenaires de la soi-disant armée nationale qui a été formée avec l’aide de la Turquie en 2017.

La Russie et la Turquie étaient parvenues à un accord à Astana, qui prévoyait le retrait des mercenaires liés à l’État d’occupation turc de la Ghouta. En échange, la Russie a ouvert l’air à la Turquie pour lancer des attaques sur Afrin, qui comptait près de 350 000 habitants.

En moins de 20 jours, la Turquie et ses mercenaires ont été responsables de 5 massacres contre la population d’Afrin. La première a eu lieu le 20 janvier, lorsque les attaques ont visé une zone au sud de la ville d’Afrin, au cours desquelles un enfant et une vingtaine d’ouvriers ont été tués. Le second s’est produit dans le village de Jalabra, dans le district de Sherawa, le 21 janvier. Ici, 10 civils ont été tués et 12 autres blessés.

La troisième attaque a eu lieu le 26 janvier, au centre du district de Mobata. 6 civils sont morts. La quatrième attaque a eu lieu le 28 janvier et visait le village de Kobla, dans le district de Sherawa. 8 personnes ont été tuées, 7 blessées et 10 disparues. La cinquième attaque a eu lieu le 9 février et visait le village de Shakta dans le district chiite. 7 personnes ont été tuées.

Les attaques se sont intensifiées à cause du silence international

Les attaques turques se sont intensifiées en raison du silence international. L’armée d’occupation turque a également pris pour cible l’hôpital d’Avrin le 16 mars 2018, tuant plus de 16 civils, dont des enfants blessés, qui recevaient des soins.

Des centaines de milliers d’habitants d’Afrin ont été déplacés à la suite des violentes attaques turques et ont fui vers les régions d’al-Shahba.

Déplacement forcé et installation de colons après l’occupation

Après l’occupation de la ville d’Afrin, le 18 mars 2018, la plupart des citoyens ont été déplacés de force et la Turquie et ses mercenaires ont imposé une politique de terreur contre les quelques personnes restées chez elles. Des lois injustes ont été imposées contre les habitants d’Afrin, le port du Niqab est devenu obligatoire pour les femmes et l’enlèvement et la torture de civils, le viol de femmes, la saisie de biens civils, le pillage et la destruction de sites archéologiques sont devenus la « normalité quotidienne ».

En plus d’installer des familles de mercenaires pour changer la démographie d’Afrin et effacer son identité, les occupants ont changé les noms des institutions, des villages et des villes en turc et en arabe, et ont hissé des drapeaux turcs sur les bâtiments. Les vergers et la récolte d’olives ont été saisis et l’huile volée et exportée vers les marchés mondiaux en Espagne et en Amérique.

Plus de 8 063 civils enlevés en quatre ans d’occupation

Selon ce que l’Organisation des droits de l’homme Afrin – Syrie a documenté, plus de 8 063 civils ont été enlevés pendant quatre ans d’occupation, le sort de plus d’un tiers d’entre eux est encore inconnu et des centaines d’entre eux ont été libérés en échange d’une énorme rançon.

Plus de 655 civils ont perdu la vie, dont 498 personnes tuées à la suite des bombardements turcs, 90 ont perdu la vie sous la torture et plus de 696 ont été blessées à la suite des bombardements turcs, dont 303 enfants et 213 femmes.

Plus de 333 900 oliviers et divers arbres forestiers ont été abattus et plus d’un tiers de la superficie destinée à la culture, estimée à plus de 11 000 hectares, a été brûlé depuis l’occupation d’Afrin.

Des familles de mercenaires installées dans les maisons des habitants d’Afrin

84 familles de mercenaires se sont installées dans le village de Maarska à Shera ; 2 200 mercenaires dans le village de Maryamin ; 69 mercenaires dans le village de Trinada ; 100 mercenaires dans le village de Maarat ; 60 dans le village de Mulla Khalil Jenderes.

De même, dans le district de Sherawa, environ 1 250 mercenaires étaient installés dans le village d’al-Ghazawiya, 500 dans le village d’Iska, 560 entre les villages d’Al-Ghazawiya et Burj Abdalo.

Avec le financement et le soutien d’organisations européennes et du Golfe, et la supervision de l’Organisation turque de gestion des catastrophes et des urgences (AFAD), la Turquie a travaillé à la construction de complexes de colonies dans la plupart des villes et districts du canton occupé d’Afrin, et a établi plus de 30 camps et 30 colonies dans la région d’Afrin.

Selon les derniers chiffres, la Turquie a installé près de 400 000 collons dans les villages et 500 familles les quartiers d’Afrin.

Changement d’identité d’Afrin

Après avoir occupé le canton d’Afrin, la Turquie et ses mercenaires ont cherché à expulser tous ses résidents autochtones en commettant des crimes horribles.

Les noms des lieux ont également été changés en noms ottomans, et le drapeau turc et les photos d’Erdogan ont été placés partout et sur des panneaux de signalisation dans les villages, les districts et les centres. L’usage du turc est imposé dans les écoles.

Les lieux saints ont été détruits et les tombes des martyrs attaquées.

Destruction de monuments historiques

Les monuments historiques et les sites archéologiques n’ont pas été épargnés par la brutalité de l’occupation turque. Au moins 5 sites archéologiques qui exprimaient l’histoire de la région ont été détruits. Ain Dara ou Ayn Dara, site archéologique néo-hittite/araméen datant du X siècle av. J.-C., qui est classé par l’UNESCO comme l’un des sites archéologiques les plus importants de Syrie ; le site hittite (Nešili) (1200 av. J.-C.) et le site du prophète Hori, qui remonte à la période hourrite ou Hurrite, vers 3500 av. J.-C., et a été classé par l’UNESCO comme l’un des monuments archéologiques les plus importants de Syrie et du Moyen-Orient.

Selon la Direction des antiquités d’Afrin, plus de 59 sites archéologiques, collines et entrepôts, et plus de 28 sanctuaires religieux de diverses sectes et religions, ont été vandalisés et détruits, en plus du bulldozer de nombreuses tombes et de la transformation de l’une d’entre elles en marchés aux bestiaux.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici