TURQUIE. Un étudiant en médecine se suicide dans un foyer dirigé par une secte sunnite qui impose prières, cours islamiques et lectures religieuses

0
339
TURQUIE / BAKUR – Enes Kara, étudiant en médecine, s’est suicidé après avoir partagé une vidéo dans laquelle il déclare que l’administration de son foyer d’étudiants géré par une organisation islamique l’obligeait à prier, à suivre des cours de religion et à lire des livres religieux.
 
Enes Kara, étudiant en deuxième année à la faculté de médecine de l’université de Fırat dans la province kurde d’Elazığ, a déclaré dans sa vidéo que l’administration du dortoir l’obligeait à prier, à suivre des cours de religion et à lire des livres religieux.
 
Le dortoir appartient au mouvement Nur, un groupe religieux sunnite s’inspirant des écrits de l’érudit kurde Said Nursi (1878 – 1960). Les gouvernements turcs ont réprimé le groupe dans les années 1960 et 1970 en tant que mouvement islamiste.
 
Le jeune de 20 ans a déclaré dans la vidéo qu’il était « psychologiquement épuisé » et qu’il ne pouvait plus supporter l’environnement oppressant de son foyer d’étudiants.
 
« Il est obligatoire de prier, d’assister aux cours de la secte dans le dortoir géré par la secte où j’habite. Je ne suis pas musulman, ma famille ne le sait pas, quand j’ai dit que je voulais quitter cet endroit, ils ont répondu non », a-t-il écrit dans une note séparée.
 
Les amis de Kara se sont réunis mardi à l’université de Fırat pour une minute de silence en l’honneur de Kara.
 
« Combien de vies devons-nous encore perdre pour agir ? Nous exigeons que cette situation soit résolue et que les familles, les enseignants et la direction fassent quelque chose à ce sujet », déclarait le communiqué lu par les étudiants.
 
Les étudiants turcs sont contraints de trouver un logement dans des foyers affiliés à des groupes religieux à cause de la pénurie de foyers gérés par l’État.
 
En septembre dernier, des étudiants de tout le pays se sont réunis pendant plusieurs nuits dans des parcs pour protester contre le manque de foyers et la flambée des loyers.
 
Le père de Kara, Mehmet Kara, a déclaré qu’il n’engagerait aucune action en justice pour la mort de son fils.
 
« L’endroit où mon fils a séjourné est géré par des gens sympas. Je lui ai recommandé de rester là-bas. Je suis membre du groupe depuis 25 ans. Je n’ai vu aucun mal de leur part, » a déclaré le père.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici