Après dix ans de développement de la science des femmes, où en est la Jineolojî?

0
322
L’activiste kurde Zilan Diyar est membre du Comité Jineolojî Europe. Elle fait le point sur le chemin parcouru par les études autour de la science des femmes appelée « Jineolojî », aussi bien au Kurdistan qu’en Europe.
 
Après dix ans de développement de la science des femmes: mes sentiments à propos de Jineolojî
 
La Jineolojî, que nous définissons comme science de la femme, de la vie, de la société et du sens, tente depuis plus d’une décennie d’intervenir dans le champ des sciences sociales. A cette période, elle remet en cause la mentalité qui s’est créée par la modernité capitaliste et qui est le centre d’attention et de contradictions. Toutes celles qui se sont intéressées et concernés par Jineolojî à cette époque – moi y compris – ont, à mon avis, acquis le pouvoir de définir la vie, ont appris à trouver en elles-mêmes ce qu’on cherchait au loin, et à « sentir », quand la vie est considérée comme un tout, comment tout prend désormais sens.
 
Je ne vois aucun problème à utiliser le terme « sentiment », car la Jineolojî défie également une science qui est largement dépourvue de sentiment en termes de contenu. Rien que ce terme, qui dépasse les limites des modèles mentaux qui nous sont donnés et ouvre la porte à une science nouvelle, correspond à ce que je veux communiquer. Cependant, seul le « sentiment » ne suffit pas. La Jineolojî a soutenu la revendication de définir la vision, la connaissance, le sens, la recherche et l’analyse adaptés à la vie comme une science à part entière. Dans ce texte, je vais essayer d’expliquer le chemin parcouru par la Jineolojî au cours d’une dizaine d’années pour se rapprocher de la prétention de devenir une branche scientifique à part entière.
 
On peut attribuer la distance que la Jineolojî a parcourue – comme dans toute autre science – à l’effort de s’établir conceptuellement, théoriquement et institutionnellement. Il s’agissait avant tout, comme dans toute science sociale, de développer une compréhension scientifique de facteurs fondamentaux tels que l’existence, les connaissances et les méthodes. Elle reposait sur le fait que le rôle des femmes et leurs savoirs n’avaient quasiment pas leur place dans les sciences sociales ou que cette place était très déformée, ce qui ne faisait qu’approfondir les problèmes sociaux. D’une certaine manière, elle a osé crier une vérité que par le passé de nombreux chercheurs qui avaient tenté d’analyser le système avaient dissimulée. Ainsi, nous savions où placer les pièces manquantes du puzzle entre nos mains.
 
La rivière qui trouve son lit
 
La jineolojî a remis en question les entités informatives du système, procédé aux contradictions, aux objections et aux questions, et a révélé la conjugaison de chaque individu et domaine avec lequel il est entré en contact. La jineolojî a voulu prendre des mesures qui satisfont à la prétention d’être une science au service de la société et non de la domination. Voyant que l’approche fragmentée des sciences sociales des femmes, de la société et de la nature conduisait facilement à l’exploitation par les gouvernements, elle s’est efforcée dès le début de s’établir comme une science avec la société pour les besoins de la société.
 
Comment a-t-elle fait ? Elle a tenu la discussion « Quelle sorte de science sociale sera la Jineolojî ? » non pas dans les académies, où les problèmes de société sont toujours considérés à distance, mais avec la société. D’abord, elle a discuté avec les pionnières de sa propre révolution, ou, en d’autres termes, les pionnières qui ont fondé la révolution des femmes sur une telle science. La Jineolojî n’a pas émergé d’un groupe qui a tenu des discussions abstraites sur la liberté. Cette communauté a essayé de refléter les principes d’une vie libre qu’elle s’était développée à travers les relations entre les hommes et les femmes, la compréhension de l’administration, la nature et la façon dont elle a traité chaque être vivant en elle. Il s’agissait de personnes qui ont coupé leurs liens avec le système existant et se sont senties libres à ce moment-là. Plus important encore, c’était une communauté basée sur la création immédiate de la liberté.
 
C’est ce groupe, en particulier les académies libres des femmes dans les montagnes du Kurdistan et la force de construction de la révolution kurde, qui a posé les bases d’une vie alternative dans de nombreux domaines différents tels que l’économie, la culture, l’autodéfense, la justice et politique. Seule la communauté qui promettait aux gens un avenir et risquait leur vie pour cela pouvait sentir comment une science devrait être au service de la société, et seule une telle structure pouvait créer cette science.
 
Ainsi, une conférence dans les montagnes du Kurdistan a créé un cadre pour la critique de la Jineolojî des sciences sociales, de leurs méthodes et de leurs pratiques. Fort de la motivation générée par ce cadre, la Jineolojî s’est développé sous une forme différente dans tous les domaines. C’était précisément le résultat qui était cohérent avec la prétention d’être une science sociale. Par conséquent, nous comparons la Jineolojî avec la rivière qui trouve son propre lit.
 
Les premières études concrètes
 
Voyons maintenant comment cette rivière s’est créée dans différentes zones géographiques, traversant la terre et s’infiltrant dans les profondeurs.
 
Les premières études concrètes sur la science des femmes ont commencé au Rojava et y ont sans aucun doute produit le plus de résultats. Puisque les femmes ont été la force fondatrice de la révolution dans les domaines de l’autodéfense, de la politique, de l’économie, de la culture, de la justice et bien d’autres, les conventions sociales des femmes rapidement pratiquées, les institutionnalisations formées en fonction des besoins des femmes (Mala Jin – Maison des femmes, Jinwar, les académies de femmes et les coopératives…) ont constitué la base du développement de la Jineolojî. Cela a favorisé le processus d’éducation dans ces institutionnalisations et en même temps s’en est nourri.
 
Les séminaires et formations de la Jineolojî dans des centaines d’académies du Rojava ont joué un rôle important dans le changement de mentalité des forces protectrices et fondatrices de la révolution. Elle a ainsi créé ses propres institutionnalisations. Centres de recherche de la Jineolojî établis à Efrîn le 16 août 2017 (n’est plus opérationnel en raison de l’occupation), à Dêrik le 22 septembre 2017, à Minbic le 2 janvier 2018, à Kobanê à l’intérieur des frontières de la région de l’Euphrate le 6 mars, 2018, à Hesekê le 8 janvier 2019, le 25. novembre 2020 à Tabqa, le 9 janvier 2021 dans le camp des personnes d’Efrîn dont les terres sont occupées, et à Alep le 4 avril 2021. Ce sont des institutions très importantes qui assurer la relation intime de la Jineolojî avec la société. Les employées de ces institutions tentent de remplir le réservoir de connaissances de Jineolojî en économie, démographie, histoire, mythologie, éthique, esthétique, etc. Elles recherchent leurs propres sociétés et leur histoire et le font au-delà des frontières de l’État et du patriarcat.
 
Parfois elles travaillent en partenariat avec une femme guérisseuse, parfois avec une dengbej [barde kurde], parfois avec des universitaires. Les analyses sociologiques menées par chaque centre sur le corps sont également considérées comme des études fondamentales pour aller à la source des problèmes sociaux. Mentionnons également que l’intérêt pour la Jineolojî ne se limite pas aux régions où vivent les Kurdes. Dans des villes comme Manbic, Tabqa et Raqqa, qui ont été libérées de l’EI, le nombre de femmes arabes qui se portent volontaires pour les études la Jineolojî ne peut être sous-estimé. De cette façon, la chance d’accéder aux sources (livres arabes et histoires orales) où l’on peut trouver des informations stockées dans les pays du Moyen-Orient augmente considérablement.
 
L’une des études les plus fondamentales de la Jineolojî au Rojava est sa recherche sociologique pour résoudre les problèmes sociaux. Par exemple, pendant la révolution au Rojava, la recherche sociologique a servi à établir que les femmes étaient la force constructive au Rojava.
 
L’ouvrage, qui traite du lien entre les conditions présentes et la première révolution des femmes, et un peuple coincé entre le statut de réfugié et la guerre, et en processus de reconstruction, est terminé. Il est actuellement en préparation pour publication en kurde.
 
L’un des travaux les plus prometteurs de la Jineolojî a été la construction du village de femmes de Jinwar, que WJAR (Fondation des femmes libres au Rojava) a lancé dans le cadre d’un projet conjoint avec WJAS (Fondation des femmes libres en Syrie) et Kongreya Star (Mouvement de femmes dans le nord de la Syrie) en 2017.
 
Le Jinwar, où la construction des maisons s’est terminée le 25 novembre 2018, est maintenant un espace de vie qui a la capacité, à travers le centre de guérison et de santé « Şîfa Jin » [guérison + femme], de soigner les problèmes de santé des femmes ainsi que celles des environs. villages. Le village possède une école trilingue pour les élèves, une boulangerie et il a développé l’agriculture et l’élevage. Le Jinwar est, pour ainsi dire, un village où l’on pratique la Jineolojî.
 
La Faculté de la Jineolojî, qui a été ouverte à l’Université du Rojava au cours de l’année universitaire 2017/2018, est l’une des institutions les plus importantes de la Jineolojî. La faculté essaie de se restructurer depuis 2021. Il existe une préparation détaillée sur de nombreuses questions, du programme d’études au système de notation ou à un conseil consultatif de la faculté. Diverses institutions qui coopèrent avec la faculté sont également impliquées dans ce processus. Outre l’Université d’Emden en Allemagne, des efforts sont déployés pour coopérer avec diverses écoles qui ont déjà réussi à mettre en place un système éducatif alternatif en Amérique latine.
 
L’Institut Andrea Wolf
 
L’Institut Andrea Wolf (fondé en mai 2017) est une autre institution où des femmes de différentes régions du monde travaillent ensemble. Avec ses cercles éducatifs, ses groupes de recherche et ses projets artistiques, la Jineolojî devient une ressource importante que toutes les femmes du monde rencontreront. Les études menées dans l’institut se sont déjà concrétisées.
 
Les dépliants intitulés « L’éducation révolutionnaire et le meurtre de l’homme », publiés dans différentes langues, et le livre « Mujer, Vida, Libertad », qui comprend les expériences du mouvement de libération des femmes kurdes, sont également les produits d’un groupe de femmes internationales qui effectuer divers travaux à l’Institut. Publié en catalan, le livre a été traduit en italien et a rencontré ses lecteurs fin 2021. Son deuxième tome (le premier est en préparation pour la deuxième édition) est en cours. L’idée de base du livre « Nous savons ce que nous voulons » [« Wir wissen was wir wollen »], qui a reçu beaucoup d’attention en Allemagne, est également née de discussions au sein de l’Institut. En intensifiant le travail de ceux qui ont mené non seulement l’éducation publique externe, mais aussi l’éducation communautaire et les études la Jineolojî, des produits tels que des brochures et des livres ont été créés. L’éthique-esthétique (en quatre langues) et la politisation des émotions (en cinq langues) en font partie. Cette décennie a également vu la publication de « Notes de cours » décrivant tous les enjeux théoriques et pratiques de la Jineolojî, et le titre « Modernité démocratique et féminisme ». En plus des brochures promotionnelles de la Jineolojî publiées en Europe en sept langues, certaines des discussions dans 21 camps Jineolojî différents en Amérique latine et dans les pays européens ont été livrées sous forme de brochures aux cercles concernés. Dans ce cadre, deux brochures catalanes et deux brochures allemandes ont été éditées. Une sélection spéciale de revues jinéologiques est parue en anglais, arabe et soranî. Le Journal de la Jineolojî, publié tous les trois mois, en est à sa cinquième année. Actuellement, le numéro 23 est en préparation.
 
Ce que j’essaie de dire, c’est que basé sur l’enseignement des sciences sociales, la Jineolojî a formé un grand complexe en cette courte période de dix ans.
 
Les livres et brochures mentionnés ci-dessus sont en réalité les produits d’expériences qui sont ainsi transmises à la génération future et enregistrées dans la production intellectuelle, perpétuant la lutte pour l’existence et la liberté des femmes. Ce processus de production intellectuelle, à partir de ses propres besoins, peut connecter le réseau d’information. Aucune expérience et production n’est séparée de l’autre domaine, tous les résultats concrets sont rassemblés dans le pool de la Jineolojî et même la production d’un domaine motive et nourrit un autre domaine. Autrement dit, le flux n’a pas pour origine un besoin fixé au sommet, mais du contact avec le cheminement du local vers l’universalité. C’est ce que vous devez comprendre de la pratique de la Jineolojî.
 
Sans aucun doute, il y a beaucoup plus de résultats pratiques des dix dernières années. La vérité qui est révélée est beaucoup plus importante pour moi. A cet égard, l’émotion que j’ai exprimée au début est significative. La transformation que vit chaque femme qui s’engage dans la Jineolojî est le résultat le plus durable pour moi. Reconnaître les pièges mentaux que le système dominé par les hommes pose aux femmes, embrasser les valeurs éthiques et esthétiques qui découlent de la connexion féminine, prendre conscience de définir son existence, aspirer à surmonter les problèmes sociaux noués, réaliser ses propres potentiel, c’est-à-dire ressentir la jinergie [femme + énergie], pour se renforcer dans la lutte contre le système – ces sentiments sont apparus chez chaque femme qui a rencontré la Jineolojî et participé aux études menées sur la base de la pensée et de la vie jinéologiques. C’est la première position que nous avons gagnée contre le mode de pensée qui essaie de séparer les pensées, les connaissances, les sentiments et l’intuition des femmes. Être capable de susciter des émotions tout en produisant des pensées et de se fier à son intuition tout en poursuivant ses connaissances.
 
La pratique réalisée pendant cette période est très précieuse. Il est nécessaire de rendre ces valeurs visibles et d’appréhender ces résultats comme un préalable à une science et comme le début d’une longue marche. Ce n’est qu’avec une telle production scientifique qu’il sera possible de changer les informations qui définissent aujourd’hui la mémoire humaine.
 
La Jineolojî a-t-elle été capable d’analyser adéquatement toutes les contradictions sociales, ou peut-elle constituer une base suffisante pour l’ascension idéologique et révolutionnaire de ceux qui luttent contre le système ? A chaque instant où nous traitons cette question, rencontrant des personnes pleines de contradictions, de cultures différentes, d’identités, de mouvements et d’esprits pleins de positivisme insidieux, nous nous posons cette question. Ces rencontres nous font sentir que nous sommes au début du chemin. Mais nous voyons les contradictions et les points d’interrogation comme le début de la transformation. Nous nous transformons au fur et à mesure que nous développons nos aspirations de conversion. Nous apprenons comme nous cherchons à enseigner. Nous créons notre propre identité en recherchant la vérité sur les femmes. Cela ne nous dérange pas la longue route pour y arriver.
 
Les efforts des femmes impliquées dans les études jinéologiques en Europe pour faire revivre leurs propres mythologies ; suivre les histoires de femmes qui ont résisté au fascisme ; les histoires que les personnes âgées racontent aux enfants du Centre de recherche jinéologique de Dêrik ; l’enfant d’une mère yézidie muette qui a appris à parler après avoir commencé à vivre à Jinwar – avoir eu toutes ces expériences prometteuses au début de ce long chemin nous insuffle le courage, l’espoir et le désir d’aller jusqu’au bout.
 
Article publié en anglais par Kurdistan Report

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici