TURQUIE. Le régime turc confisque les avoirs des politiciens kurdes

0
314

TURQUIE / BAKUR – Le régime turc qui vit une crise monétaire grave lorgne sur l’argent des Kurdes, comme toujours, pour sortir de cet enfer économique.

 
Les autorités turques ont confisqué les avoirs de 770 personnes, dont plus de 100 politiciens kurdes, accusées d’être proches d’ « organisations terroristes ».
 

La Turquie a confisqué les avoirs de dizaines de politiciens kurdes. Au total, 108 personnes, dont des Kurdes exilés en Europe, qui seraient proches du PKK sont concernées par l’action. Cela a été décidé par le bureau des impôts, selon une liste publiée au journal officiel turc.

Sont touchés par l’expropriation ordonnée par l’État des personnalités bien connues de la politique kurde, comme Eyyüp Doru, représentant du Parti démocratique des peuples (HDP) en Espagne, le militant kurde Ali Ihsan Kitay, qui a été condamné pour terrorisme en Allemagne en 2013, et les coprésidents de l’organisation faîtière kurde en Europe KCDK-E, Fatoş Göksungur et Yüksel Koç.

Des membres du mouvement de libération kurde, dont Cemal Şerik du Comité central du PKK et Nurettin Demirtaş du Comité de l’éducation du PKK, figurent également sur la liste. 89 autres des personnes concernées sont accusées d’être actives dans des organisations de gauche telles que le MLKP ou le DKP/BÖG, qui sont également persécutées en tant qu’organisations terroristes en Turquie.

454 personnes accusées d’avoir des liens avec le prédicateur Fethullah Gülen, que la Turquie tient pour responsable de la prétendue tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, sont également concernées par la confiscation de leurs avoirs. En outre, 119 personnes figurant sur la liste sont accusées d’être membres d’organisations islamistes telles que « l’État islamique » (EI), al-Qaida ou le Hezbollah.

 
 

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici