SYRIE. « Le nouveau contrat social est un acquis historique et une victoire »

0
512
SYRIE / ROJAVA – Depuis la révolution du Rojava née dans les zones à majorité kurde du nord de la Syrie, plusieurs nouvelles régions de l’Est syrien ont été libérées par les forces kurdes et leurs alliés Arabes, Arméniens, Assyriens… donnant naissance à l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (NES). C’est pourquoi, les autorités de la NES ont décidé qu’il serait plus judicieux de rédiger un nouveau Contrat social (Constitution) pour inclure pleinement ses régions à majorité arabe qui sont Tabqa, Manbij, Raqqa et Deir ez-Zor.
 
Composantes de la NES: Le nouveau contrat social est un acquis historique et une victoire
 
L’ancien « Contrat Social de Rojava » (la Constitution) de la Syrie du Nord (Rojava) avait été adopté le 6 janvier 2014. Il définissait la Syrie comme un « État démocratique, libre et indépendant » et divisait le Kurdistan syrien en trois cantons (Canton d’Afrin, Canton de Jazira, Canton de Kobanê). Aujourd’hui, avec l’élargissement des régions affiliées au Rojava qui est devenu la Syrie du Nord et de l’Est a besoin d’une nouvelle Constitution pour inclure pleinement tous les peuples et minorités ethniques et religieuses qui peuplent la région. 
Des Syriens de différentes composantes de la Syrie du Nord et de l’Est ont décrit le nouveau Contrat Social en cours de rédaction d’un gain historique et une victoire pour les habitants de la région.
 

La réunion du comité élargi de rédaction du contrat social de la NES s’est achevée, après avoir finalisé 30% de la discussion et amendé le projet de contrat, pendant 3 jours, à Hasaka, en présence de la totalité 157 membres du comité.

Le comité comprenait lors de la réunion, des représentants de l’AANES, des responsables d’institutions de la société civile, des magistrats, des responsables de partis politiques et des notables des clans, des femmes représentant les institutions féminines, Kurdes/Yézidis, Arabes, Syriaques, Arméniens et Circassiens de différents Cantons et régions d’ANNES: Afrin, Shahba, Manbij, Kobanê, Tabqa, Raqqa, Deir al-Zor, Al Jazeera.

Le 15 juillet 2021, l’Administration autonome a formé un petit comité, composé de 30 membres, pour travailler à la préparation d’un projet de contrat social pour la Syrie du Nord et de l’Est, pour devenir ensuite un comité composé de 157 membres.

L’agence Hawar news (ANHA) a rencontré certaines membres des composantes de la NES, et des membres du comité. Ils ont tous déclaré que le contrat préserve les droits de toutes les composantes de la région.

Le comité a terminé de discuter et de modifier le contrat social, ses principes généraux et une section du système administratif dans de la NES, en commençant par les communes, les conseils locaux, les conseils de régions, de districts et de villes.

Areef Qasabian, coprésidente du Conseil social arménien à Hasaka, a indiqué que le projet de contrat social pour le NES protège les droits de toutes les composantes de la région, « que toutes les composantes de l’administration sont représentées, en commençant par la base en passant par les communes et les conseils. à l’AANES et préserve les droits des composants par l’intermédiaire de leurs représentants. »

La proportion de la composante arménienne dans la NES est d’envirions 30%, a déclaré Qasabian.

Mustafa Nabo, membre du corps administratif de l’Union des Yézidis en Syrie, voit dans le projet de contrat social, comme le résultat des opinions des composantes, spectres, courants et segments de la société dans la NES, qui représentent toutes les composantes, et ses tendances intellectuelles, culturelles et historiques.

Il a déclaré : « Nous, en tant que Yézidis, pour la première fois dans l’histoire, avons pu documenter nos droits dans une constitution, un contrat social ou un pacte qui rassemble la situation sociale dans la région, et nous le considérons comme un garant des droits des Yézidis. »

Nabo a souligné qu’il existe une clause spéciale de composante yézidie dans la NES, et a déclaré : « Le projet considère la religion yézidie comme une religion en soi et non comme une secte d’une autre religion, et cela a été confirmé dans le projet de contrat social. » Nabo a ajouté que le contrat social est un acquis historique et une victoire et a déclaré : « tout au long de l’histoire, nous avons été marginalisés, notamment en Syrie, et aucune constitution ou loi n’a mentionné que les Yézidis sont l’une des composantes de la Syrie. »

Georgette Barssom, membre de l’Union des femmes syriaques, a expliqué qu’elles ont trouvé, à travers le projet de contrat social, la réalisation des droits et libertés de toutes les composantes et ethnies, et sa liberté intellectuelle et culturelle.

Elle a noté que le contrat permet à toutes les religions de la NES de pratiquer leurs rituels et la langue qui leur convient, et a déclaré : « la composante syriaque s’est vu accorder la pleine liberté et le droit de pratiquer ce qui lui convient dans ses régions, comme les autres composantes. »

Les travaux de la réunion du comité de rédaction du contrat social de la NES devraient reprendre au cours des prochaines semaines, selon les membres du comité.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici