La fondation familiale du président Erdoğan TÜGVA gère-t-elle des camps d’entraînement djihadistes en Turquie?

0
352
Des photos divulguées des archives secrètes d’une fondation turque dirigée par un fils du président turc Recep Tayyip Erdogan ont révélé des camps djihadistes ciblant les jeunes en Turquie et la diaspora turque en Europe et aux États-Unis.
 
Les images montraient des jeunes hommes debout sous une bannière djihadiste, recevant des conférences de religieux et levant leur index (pour témoigner), à l’instar des djihadistes d’al-Qaïda et de l’État islamique en Irak et en Syrie (DAECH / ISIS).
 
Les camps d’entraînement sont organisés par la Fondation turque pour la jeunesse (Türkiye Gençlik Vakfı, TÜGVA), dirigée par Necmettin Bilal Erdogan, un des fils du président Erdogan. La Fondation travaille en étroite collaboration avec l’Agence d’espionnage turque, l’Organisation nationale de renseignement (Milli İstihbarat Teşkilatı, MIT) et le ministère turc des Affaires étrangères, rapporte le site Nordic Monitor.
 
Les photos ont été classées dans un dossier nommé «Camp d’Action» (Aksiyon Kampi) et comprennent 12 photos qui ont été archivées pour une circulation interne. Ils ont été soumis aux membres du conseil d’administration, ce qui signifie que l’activité a été approuvée par la direction générale de la fondation.

 

Un jeune homme faisant le signe des Frères musulmans (Rabia) utilisé par le président turc Erdogan lors de rassemblements. Il se tient sous une bannière qui cite un verset du Coran appelant au Jihad pour Allah.

 

Outre des photos, des documents, des mémos et des communiqués internes qui ont également fuité des archives de la fondation racontent les ambitions du président turc et de son fils de former de jeunes islamistes à se mobiliser pour des objectifs politiques en Turquie et à l’étranger. La plupart des documents divulgués portent la signature de Mahmut Emin Yalçınkaya, le secrétaire d’Ismail Emanet, alors président de TÜGVA, qui est désormais membre du Haut Conseil consultatif de la fondation. L’authenticité des documents, notes de service et autres éléments a été vérifiée par Enes Eminoğlu, l’actuel chef de TÜGVA, qui a admis que quelqu’un de l’intérieur les avait divulgués.

Sur plusieurs photos, des jeunes hommes ont été photographiés sous une banderole qui citait un verset du Coran qui est souvent mal interprété par les djihadistes armés comme justifiant leur campagne violente. Le verset 78 de la sourate al-Hajj dit : « Faites le djihad pour Allah… Il vous a choisi. »

Une autre photo montre des jeunes hommes autour d’un feu de camp avec leurs doigts pointés en l’air. La cérémonie est dirigée par un clerc barbu coiffé d’un bonnet de prière. Une photo montre 30 jeunes hommes écoutant des religieux musulmans dans un sermon en plein air.

 

Les clercs donnent des sermons aux participants à un camp d’entraînement.

Nordic Monitor a précédemment rapporté que l’un des religieux invités dans un camp de la TÜGVA était Nurettin (également Nureddin) Yıldız, un religieux turc djihadiste et antisémite qui a appelé au djihad armé. Yıldız décrit la démocratie comme un système pour les infidèles et dit qu’elle ne peut être utilisée que comme moyen de tromperie pour accéder au pouvoir. C’est l’homme qui a radicalisé le jeune policier djihadiste qui a assassiné l’ambassadeur de Russie en Turquie Andrei Karlov en décembre 2016. Pourtant, le gouvernement l’a protégé des poursuites pour son rôle de complice de meurtre.

 

Nureddin Yıldız, un religieux djihadiste qui a radicalisé l’assassin d’un ambassadeur de Russie en Turquie.

 

En utilisant l’ONG dirigée par son fils ainsi que d’autres groupes alignés, le président Erdoğan a entrepris de faire de la jeunesse turque une génération islamiste. Les groupes gèrent des écoles et des dortoirs en Turquie, ont des contrats avec le gouvernement pour prononcer des sermons dans les écoles publiques et distribuer des livres islamistes qui prônent la violence.

TÜGVA essaie non seulement d’attirer les jeunes Turcs en Turquie et les communautés de la diaspora du monde entier, mais aussi les musulmans d’origine non turque. Les données divulguées par la fondation répertorient les noms de nombreux étudiants d’origine non turque séjournant dans des établissements gérés par TÜGVA et recevant le remboursement de leurs dépenses.

En arrière-plan des photos, des banderoles indiquaient que les camps d’entraînement étaient organisés dans une installation détenue ou exploitée par la municipalité de Tuzla à Istanbul, un bastion du Parti pour la justice et le développement (AKP) au pouvoir à Erdoğan. Le district est gouverné par le maire de l’AKP Şadi Yazıcı depuis 2009. Il a personnellement assisté à ces camps et a prononcé des discours devant les participants.

 

Le maire de l’AKP Şadi Yazıcı (entouré par un cercle rouge) s’adresse à des jeunes hommes lors d’un camp d’entraînement en août 2021. Le camp a été organisé par la Fondation turque pour la jeunesse (Türkiye Gençlik Vakfı, TÜGVA).

Les documents, notes de service et communiqués divulgués indiquaient également que la fondation travaillait en étroite collaboration avec l’association caritative djihadiste turque la Fondation pour les droits de l’homme et les libertés et les secours humanitaires (İnsan Hak ve Hürriyetleri ve nsani Yardım Vakfı, ou IHH), qui a aidé à la fois al-Qaïda et ISIS . Dans de nombreux cas, une référence de l’IHH a joué un rôle important dans l’obtention d’emplois au gouvernement, comme le révèlent les fuites de courriels du gendre d’Erdoğan, Berat Albayrak, à l’automne 2016.

Nordic Monitor a précédemment rapporté comment le partenaire de TÜGVA, IHH, s’est mis en réseau avec l’organisation extrémiste et militante islamiste indienne le Front populaire de l’Inde (PFI) dans le cadre de la sensibilisation du gouvernement turc aux communautés musulmanes de la région de l’Asie du Sud-Est. Deux dirigeants clés du PFI, EM Abdul Rahiman et le professeur P. Koya, membres du Conseil exécutif national du PFI, ont été hébergés en privé à Istanbul par l’IHH en octobre 2018.

 

Des livres islamistes sont distribués aux jeunes dans les camps d’entraînement TÜGVA.
 
Abdullah Bozkurt pour Nordic Monitor

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici