ROJAVA. Le village agricole des femmes à Derîk

0
376
SYRIE / ROJAVA – Malgré la sécheresse et la guerre de l’eau que la Turquie livre aux Kurdes du Rojava, les habitants de la région cherchent des solutions afin d’avoir de l’eau potable, mais également de l’eau pour l’agriculture qui est d’une vitalité première.
 
En mai 2020, la coopérative Co-operation in Mezopotamia avait lancé une campagne de financement participatif pour des projets vitaux d’approvisionnement en eau du Rojava pour réparer les infrastructures endommagées par la guerre, soutenir les coopératives de femmes, aider à renforcer l’autonomie de la région. Aujourd’hui, plus d’un an et demi, grâce aux dons reçu, la coopération a pu financer plusieurs projets et a lancé le projet d’un village agricole de femmes à Derik.
 
Le village agricole des femmes à Derîk, par Co-operation in Mezopotamia
 
« Depuis la création de l’économie des femmes, nous avons mis en place de nombreux projets dans les domaines du commerce, du commerce, de l’industrie, de l’agriculture et de l’élevage. Nous créons des coopératives car nous pensons qu’elles devraient être à la base de tous ces projets. L’économie des femmes souhaitait étendre les projets agricoles afin que d’autres projets puissent s’associer avec eux. Les projets agricoles ont connu un grand succès malgré les circonstances de guerre auxquelles ils sont actuellement confrontés.
 
Nous mettons actuellement en place un projet agricole à Derik, ainsi que d’autres projets. Nous avons fait beaucoup d’études pour fonder un village qui deviendra le village idéal pour l’économie communale, et il sera dirigé par des femmes – surtout des femmes aux revenus limités, et qui ont de l’expérience dans l’agriculture.
 
Nous avons commencé à creuser à la recherche de sources d’ eau sur 4000 décares de terrain, dont 200 décares seront utilisés pour ce projet, et le reste pour l’agriculture. Nous cherchons à déterminer s’il existe une capacité en eau suffisante pour soutenir l’agriculture. Il est très difficile d’extraire l’eau du sol. Parce que nous voulons être écologiquement éthiques, nous voulons prendre soin de l’environnement et minimiser la pollution.
 
Les femmes de ce village vont planter des arbres et construire des écoles pour leurs enfants. Ils élèveront également du bétail et participeront à des projets tels que la conservation des fruits et légumes récoltés sur la terre, ainsi que des fromages et des yaourts issus du bétail. Nous voulons assurer une bonne vie aux femmes qui vivront dans ce village. Il y a treize femmes qui dirigent ce projet. Maintenant, nous creusons et cherchons de l’eau. Dès que nous serons en mesure de sécuriser une génératrice électrique, nous commencerons par planter 2 000 arbres fruitiers au printemps prochain. La plantation d’arbres sera l’une de nos principales priorités.
 
Nous construirons également des maisons de manière égalitaire. Nous mettrons en place des plans pour l’avenir; produire de nouvelles variétés de légumes qui n’ont jamais été plantées auparavant et développer une meilleure mentalité agricole chez les femmes, célébrant l’économie communale et la valeur de l’égalité ; vivre ensemble, coexister et explorer des moyens de le faire afin d’éviter la mentalité capitaliste. Nous essaierons d’améliorer le marché des produits locaux et de créer des opportunités pour de nombreuses familles de participer. Nous avons commencé à communiquer ces idées aux habitants de la région et nous développons déjà le projet. »
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici