TURQUIE. Evin Güneş poussée à la mort par la haine anti-kurde de l’État turc et la violence masculine…

0
432
PARIS – Fatma Demirel (Evin Güneş), qui a été licenciée de la fonction publique par un décret-loi (KHK) il y a quelques années, a mis fin à ses jours à Diyarbakır vendredi dernier. Ses connaissances disent que la haine anti-kurde de l’État turc et la violence masculine ont causé sa mort.
 
Le coprésident de la branche de Diyarbakır du Syndicat des travailleurs de la santé et des services sociaux (SES), Şiyar Güldiken a déclaré à Evrensel, que la mort d’Evin était causée par la haine-anti-kurde de l’État turc et la violence masculine: « Une de nos camarades qui travaillait comme technicienne en radiologie dans un hôpital pour enfants au début des années 90 a été emprisonnée en 2010. En suite, elle a été licenciée pour une courte période, puis elle est revenue. Elle a été licenciée pour la dernière fois en 2016. À 48 ans, elle a récemment divorcé de son mari. Elle a eu des problèmes psychologiques pendant un certain temps, naturellement les mécanismes d’adaptation des gens ne pouvaient pas fonctionner. Après-tout, le président de ce pays a abordé les licenciements par décret-loi en disant qu’ « ils [les victimes de licenciement par décret-loi*] mangent de l’écorce d’arbre ». Notre amie a connu toutes sortes de souffrances qui peuvent arriver à une femme kurde. Cela inclut la violence, la violence masculine et la violence d’État. »
 
Fatma Demirel (Evin Güneş), qui a été licenciée alors qu’elle travaillait à l’hôpital pour enfants de Diyarbakır (Amed) et était au chômage depuis longtemps et a occupé divers emplois, a traversé une période difficile. La journaliste Rozerin nous a envoyé les enregistrements audio qu’Evin avait envoyés à Urucu dans lesquels qu’elle disait ne plus savoir quoi faire face aux violences dont elle est victime.
 
Le 8 mars 2021, dans un entretien avec la journaliste Rozerin Urucu, elle a déclaré que sa fille avait subi des violences et qu’elle avait été menacée de mort.
 
Evin Güneş vivait à Diyarbakır avec son petit ami Mehmet Ronahi. Il y a 9 mois, elle a expliqué à la journaliste Rozerin Urucu que Mehmet Ronahi avait violenté sa fille adolescente et qu’elle avait déposé une plainte auprès du bureau du procureur. Elle a déclaré que l’oncle de Ronahi, qui était un garde de village, a amené son fils et l’a menacée de mort. 
 
Evin Güneş a également été emprisonnée dans les années 1990 pour « appartenance au PKK ».
 
Fatma Demirel, qui a été torturée en détention et a passé plus de 12 ans en prison, a passé 48 ans de sa vie dans le chagrin mais aussi dans la beauté.
 
Evin Güneş, qui s’est mariée après sa libération et a élevé sa fille seule, a écrit divers essais et nouvelles.
*En Turquie, plus de 150 000 fonctionnaires ont été limogés par un décret-loi (KHK) depuis le coup d’État manqué du 15 juillet 2016.
 
La version en turque de cet article est à lire ici:

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici