TURQUIE. Les femmes et les Kurdes parmi les premières victimes d’injustice

0
254
TURQUIE / BAKUR – Un sondage publié jeudi a révélé que le chômage, la pauvreté et les inégalités dans la répartition des revenus ont augmenté. Même si les Kurdes restent discriminés, les tensions de classe ont remplacé largement les tensions d’identité en Turquie. Dorénavant, les femmes, les pauvres, les Kurdes et les jeunes sont ceux qui subissent plus d’injustice.
 
L’institut turc d’étude de l’opinion publique Konda a préparé un rapport intitulé « Perception et sensibilisation aux droits humains » pour les défenseurs des droits civils.
 
Le rapport est basé sur une enquête d’octobre 2021. Dans le cadre de l’enquête, des entretiens en face à face ont été menés auprès de 2 402 personnes dans des maisons choisies au hasard.
 
Le directeur de KONDA, Bekir Ağırdır, a présenté le rapport sur les violations des droits et les diverses formes de discrimination en Turquie et les activités de défense des droits humains dans le pays.
 
Selon les résultats de l’enquête, les politiciens (56%) et les médias (32%) sont ceux qui violent le plus les droits humains.
 
L’enquête a révélé qu’aucun des partis actuels ne peut résoudre les problèmes de la Turquie dans le domaine des droits de l’homme. De l’avis de 38% des participants à l’enquête, la Turquie ne peut faire aucun progrès sur la question des droits de l’homme.
 
Les participants ont convenu que les femmes, les pauvres, les Kurdes et les jeunes sont les premières victimes d’injustice.
 
« La société désigne la politique à la fois comme la source du problème et comme celle qui doit le résoudre.
 
Même lorsque nous l’examinons au milieu des problèmes durables du pays, nous voyons que la société attend une solution de la politique dans le calme, ce que je trouve important », a déclaré Ağırdır.
 
Ağırdır a souligné qu’à mesure que les problèmes de pauvreté, d’inégalités dans la répartition des revenus et de chômage ont commencé à affecter les citoyens turcs, la politique identitaire a été remplacée par la politique de classe.
 
« Nous, en tant que KONDA, avons découvert qu’à mesure que le chômage, la pauvreté et les inégalités dans la répartition des revenus augmentaient depuis 2019, les tensions de classe sont revenues au premier plan.
 
En résumé, les tensions identitaires ont été remplacées par des tensions de classe », a-t-il déclaré.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici