TURQUIE. Aysel Tuğluk, parce que femme, kurde, alévie, politicienne, elle mourra en prison

0
984
TURQUIE – Alors qu’on pleure la mort suspecte de la jeune prisonnière kurde Garibe Gezer, victime de viols et torture dans la prison de Kocaeli/Kandıra, une autre information alarmante concernant l’état de santé de la politicienne d’HDP, Aysel Tuğluk, nous parvient depuis la même prison où elle est tenue en otage depuis 2016. En effet, l’ancienne vice-présidente du HDP, Aysel Tuğluk, 56 ans, souffre d’une maladie invalidante qui nécessite un traitement régulier mais les autorités turques préfèrent la voir mourir en prison au lieu de lui permettre d’avoir des soins adéquats.
 
Aysel Tuğluk est emprisonnée pour ses activités politiques au sein du congrès de la Société démocratique (DTK), comme tous les autres politiciens kurdes dont les activités sont criminalisées par l’État turc dans le but de créer un motif d’emprisonnement et de privation de tous leurs droits en tant que représentants élus par le vote populaire.
 
Aysel Tugluk est détenue dans la prison de Kandıra, à Kocaeli, dans l’ouest de la Turquie, depuis décembre 2016. Elle a déjà été condamnée dans plusieurs procès alors qu’il y a d’autres procédures engagées contre elle. En février 2020, la cour d’appel a confirmé la plus lourde peine de prison prononcée à ce jour à l’encontre de Tugluk, soit dix ans d’emprisonnement. Elle a été reconnue coupable pour « diriger une organisation terroriste » en raison de sa fonction de coprésidente du Congrès pour une Société démocratique (DTK, Organisation faîtière de la société civile). Cette condamnation a été suivie mi-octobre d’une peine de vingt mois d’emprisonnement pour propagande terroriste. L’ancienne députée risque par ailleurs une peine de prison à vie aggravée dans le cadre de l’affaire Kobanê.
 
Aysel Tuğluk, mémoire et résistance, par Sara Aktas
 
« Le mouvement des femmes kurdes est un mouvement qui ne pouvait être compris et interprété que par sa résistance. En ce qui concerne la résistance des femmes, les espaces dans lesquels leur résistance se déroule, en particulier les prisons, ont une signification significative. Parce que les femmes kurdes, qui ont été détenues dans les prisons, dans les maisons de leurs maris, dans les maisons de leurs pères, ont lutté pour sortir de ces espaces, et en libérant ces espaces, des maisons qu’elles descendent dans la rue, sur les places pour lutter, dans les montagnes », écrit Sara Aktaş pour Yeni Özgür Politika.
 
Les femmes kurdes ont opposé une résistance magnifique aux normes et aux rôles de genre qui leur sont imposés par le système patriarcal, à l’oppression du gouvernement. De plus, ils le font non seulement dans le domaine de la lutte politique, mais dans tous les domaines de la vie.
 
Aysel Tuğluk est l’une de ces femmes. Après que ses avocats ont annoncé qu’elle faisait face à une perte de mémoire, l’assemblée des femmes du Parti démocratique du peuple (HDP) a déclaré qu’elle transformerait sa campagne « justice pour les femmes » en une campagne beaucoup plus large qui inclurait tous les détenus gravement malades et les femmes qui sont détenus comme otages politiques dans les prisons turques.
 
Ils ont également annoncé qu’ils intensifieraient la campagne pour « Justice pour Aysel Tuğluk », car l’histoire d’Aysel résume dans une large mesure la nature de la persécution que tous les Kurdes et toutes les femmes kurdes ont subie.
 
Alors, qui est Aysel ? Rappelons une fois de plus à tous nos lecteurs : elle a grandi à Elazığı (Eleziz), mais est originaire du Dersim et comme tous les habitants du Dersim, au fond de ses souvenirs, elle porte les stigmates du massacre du Dersim et elle subit les premier traumatisme majeur de sa vie dû à ce massacre.
 
Dans sa jeunesse, elle a été témoin du fascisme et de la persécution de l’État turc. Elle attendait son frère, qui était détenu, aux portes du lieu de torture où son frère était détenu. Comme si ces expériences traumatisantes ne suffisaient pas, son frère a été tué en prison, ce qui lui a causé un nouveau traumatisme majeur.
 
« En tant que personne qui a connu tant d’incidents, en tant que telle, il n’y a pas d’autre choix que de devenir une figure de l’opposition, un gauchiste et un rebelle », a-t-elle déclaré.
 
En raison des pressions constantes sur sa famille, ils ont déménagé à Istanbul. Elle est diplômée de la faculté de droit et est devenue avocate, mais elle a continué à être témoin de violences.
 
Elle s’est donné pour mission de s’occuper des cas des révolutionnaires, qui ont été détenus et soumis à des formes sévères de torture au cours des années 1990. Elle a suivi les cas d’abus extrêmes des droits de l’homme et d’actes de torture.
 
Elle a participé aux activités de la Fondation pour la société et les études juridiques (TOHAV) et de l’Association des droits de l’homme (IHD). Dans la même période, elle a créé l’Association des femmes patriotes et est devenue une partie de la lutte pour la liberté des femmes.
 
Lorsque le leader Apo [Abdullah Öcalan] a été arrêté à la suite d’un complot international, elle a participé à son groupe d’avocats de la défense et à la fondation de l’association juridique Asrın hukuk Bürosu.
 
Au cours des années 2000, Aysel Tuğluk s’est transformée en une figure politique importante qui a activement participé à la vie politique, est devenue la coprésidente du Parti de la société démocratique (DTP) et, plus tard, du Congrès des sociétés démocratiques (DTK).
 
Députée pendant deux mandats, Aysel Tuğluk a été arrêtée en 2016 alors qu’elle était vice-coprésidente du HDP, mais la persécution dont elle a été victime n’a pas pris fin.
 
Si vous vous en souvenez, le gouvernement turc – qui essaie de maintenir son pouvoir par la politique de la mort et par sa politique misogyne, polarisante et militariste – a tenté de faire plier Aysel en exerçant contre elle l’un des actes de torture les plus cruels.
 
La cérémonie funéraire de sa mère Hatun Tuğluk n’a même pas pu se dérouler dans le calme et son corps a dû être retiré de sa tombe en raison d’attaques physiques sur sa tombe. Cela est devenu un autre traumatisme majeur dans la vie d’Aysel et dans son âme.
 
Ainsi, comme tous les autres détenus des prisons turques qui continuent de résister malgré leurs innombrables problèmes de santé, le fait qu’Aysel Tuğluk souffre de pertes de mémoire ne peut être évalué indépendamment de ces politiques de torture.
 
Malgré le fait que les graves problèmes de santé d’Aysel Tuğluk ont ​​provoqué l’indignation du public, les autorités turques ont continué à jouer les trois singes – parce qu’Aysel est kurde, Aysel est alévie, et parce qu’Aysel a dit les mots suivants dans le Le livre d’une autre otage politique, Gültan Kışanak, intitulé « La couleur pourpre de la politique kurde » lorsqu’elle expliquait son combat : « Comme le dit Samuel Beckett : essayez à nouveau, échouez encore, échouez mieux. Nous devrions toujours continuer à nous battre à chaque fois après avoir échoué avec la joie de jouer à un jeu. Nous pouvons échouer davantage, et alors ? Ensuite, nous devrions, encore et encore, essayer et échouer pour le mieux. Ce qui compte, c’est de pouvoir embrasser la vie. »
 
Oui, Aysel est une femme, qui n’a jamais renoncé à se battre, malgré toutes les persécutions qu’elle a subies. Aysel est une femme qui a consacré sa vie à la lutte pour la liberté. Par conséquent, dire « Justice pour Aysel Tuğluk » signifie défendre la lutte pour la liberté des femmes, cela signifie défendre la politique démocratique, cela signifie s’opposer à la politique de mort du gouvernement.
 
Alors, élevons la voix une fois de plus pour tous les détenus, au nom d’Aysel, et terminons cet article par une autre citation d’elle : « Nous continuerons d’exister pour notre travail, pour notre identité et pour notre liberté. En tant que femmes, nous n’avons pas d’autre choix que de lutter contre la mentalité sexiste. Nous devons nous affirmer. Il n’y a rien que l’intelligence émotionnelle et analytique des femmes ne puisse réaliser. »
 
Medya News
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici