Les secours anglais et français ont-ils laissé les migrants se noyer dans la Manche?

0
380
PARIS – Le 24 novembre, 27 migrants, dont de nombreux Kurdes, qui tentaient de rejoindre l’Angleterre depuis la France sont morts lorsque leur bateau gonflable a coulé au large de Calais, dans le nord de la France. Un survivant raconte qu’avant de couler, les réfugiés avaient appelé les secours côté britannique et français, mais que les Anglais et les Français les avait dirigés chaque fois vers l’autre partie, disant qu’ils étaient dans les eaux territoriales de l’autre État, laissant mourir près d’une trentaine d’enfants, femmes, jeunes hommes en pleine mer… Mais côté Pologne-Biélorusse, ce n’est guère mieux, là, ils sont morts à cause du froid glacial ou les coups portés par des fascistes polonais qui rôdent à la frontière polono-bélarusse. L’Europe continuer à ignorer le drame des réfugiés qui se joue sous ses yeux.
 
Nuit d’horreur à bord d’un bateau gonflable
 
L’un des deux survivants connus de la catastrophe d’un bateau dans la Manche mercredi soir et un parent de deux des migrants ont accusé les garde-côtes britanniques d’avoir ignoré les appels répétés à l’aide des migrants en train de se noyer alors qu’ils se trouvaient dans les eaux britanniques. Dans une interview accordée à Rudaw dimanche, le survivant a détaillé l’horreur alors qu’il regardait une trentaines de personnes se noyer, une par une.
 
« Le côté droit du bateau perdait de l’air. Certaines personnes y pompaient de l’air et d’autres écoperaient l’eau du bateau », a déclaré Mohammed Shekha Ahmad, 21 ans, un Kurde qui résidait dans la ville de Qaladze dans la région du Kurdistan de Sulaimani. province jusqu’à il y a environ six semaines. « Puis après un moment, nous avons appelé la police française et leur avons dit: « Aidez-nous, notre pompe a cessé de fonctionner. » »
 
« Ensuite, [nous] avons envoyé [notre] localisation à la police française et ils ont dit: » vous êtes dans les eaux britanniques « … nous avons appelé la Grande-Bretagne. Ils ont dit d’appeler la police française », a raconté Mohammed, visiblement bouleversé par sa mort imminente. vivre. « Deux personnes appelaient – l’une appelait la France et l’autre appelait la Grande-Bretagne. » Les migrants ont passé leurs appels en anglais.
 
Un parent de deux des victimes, Taha (nom d’emprunt), qui était en contact avec eux via Facebook mardi soir, suivant leur localisation en direct, allègue également que les migrants ont atteint les eaux britanniques. « Quarante-cinq minutes avant de se noyer, ils ont appelé et ont dit qu’ils se trouvaient dans les eaux britanniques mais qu’ils ne pouvaient pas bouger. Ils se sont noyés dans les eaux britanniques et les vagues ont emporté les corps dans les eaux françaises », a déclaré le proche, qui ne veut pas être identifié pour des raisons légales, à Rudaw par téléphone.
 
« Je crois qu’ils étaient à cinq kilomètres à l’intérieur des eaux britanniques », a-t-il déclaré. Lorsqu’on lui a demandé si son parent sur le bateau avait appelé la police britannique, il a répondu « 100% et ils [la police britannique] ont même dit qu’ils viendraient [à la rescousse] ».
 
Taha a déclaré que le bateau se trouvait dans les eaux françaises lorsque les problèmes ont commencé, mais le passeur les a forcés à continuer de se diriger vers la Grande-Bretagne pendant 45 minutes supplémentaires. Taha a suivi le mouvement du bateau en direct sur Facebook lorsque le moteur du canot a cessé de fonctionner. « J’avais leur emplacement en direct, mais vous savez que l’emplacement en direct n’est disponible que pendant une heure », a-t-il déclaré.
 
Dimanche soir, Rudaw a envoyé un courrier électronique au ministère britannique des Affaires étrangères et à l’Agence maritime et des garde-côtes pour leur demander s’ils avaient enregistré un appel de détresse la nuit de l’incident. Le ministère de l’Intérieur a répondu au nom du gouvernement britannique, contestant le récit et un porte-parole a déclaré dans un e-mail à Rudaw que l’incident s’était produit dans les eaux territoriales françaises. Les allégations sont « complètement fausses », a écrit le porte-parole lundi matin. « Les responsables ici ont confirmé hier soir que l’incident s’était produit bien à l’intérieur des eaux territoriales françaises, ils ont donc dirigé l’effort de sauvetage, (…) déployé un hélicoptère à l’appui de la mission de recherche et de sauvetage dès que nous avons été alertés. » Il a également conseillé à Rudaw de contacter les garde-côtes.
 
Rudaw a de nouveau envoyé un courrier électronique aux garde-côtes lundi matin, leur demandant si, six jours après l’incident, l’agence avait enquêté sur l’existence d’un appel de détresse la nuit de l’incident et n’a toujours pas reçu de réponse.
 
Mohammed est catégorique sur le fait que le bateau a atteint les eaux britanniques. « La police britannique ne nous a pas aidés et la police française a dit: « vous êtes dans les eaux britanniques, nous ne pouvons pas venir ». Puis, alors que nous nous noyions lentement, les gens ont perdu espoir et ont lâché prise. Puis les vagues nous ont emmenés vers la France. »
 
« La Grande-Bretagne aurait dû monter à bord [et nous secourir] parce que nous nous sommes noyés dans la Manche [côté anglais] », a-t-il déclaré en sanglotant. « Ils ne nous ont pas aidés ou n’ont rien fait pour nous. »
 
Rudaw a reconstitué le voyage du bateau de migrants sur la base du témoignage du survivant et du parent qui était en contact avec deux personnes sur le bateau cette nuit-là.
 
Mohammed, qui a survécu à l’épreuve déchirante, semble visiblement désemparé et ne se souvient pas de l’âge de sa sœur qui a motivé son voyage. Il espérait gagner de l’argent au Royaume-Uni pour payer son traitement. Ce n’était pas la première tentative de Mohammed pour atteindre la Grande-Bretagne. Il avait essayé quelques jours plus tôt et avait été secouru par un navire français.
 
Le groupe de 33 ou 34 migrants a été conduit en bus vers un lieu du littoral de Dunkerque vers 18h00 heure locale, mardi soir. Les migrants venaient pour la plupart du Kurdistan irakien – 15 Kurdes de la région de Peshdar et Betwin dans la province de Souleymanieh, selon Mohammed. Quatre à cinq du groupe venaient de Somalie, quatre Kurdes d’Iran, un Vietnamien et deux Égyptiens. Il y en avait quatre autres dont Mohammed ignorait la nationalité. Les passagers comprenaient une fillette de 3 ou 4 ans et un certain nombre de femmes, dont l’une de 24 ans se rendait en Grande-Bretagne pour rejoindre son fiancé.
 
Mohammed a déclaré qu’il y avait 33 migrants dans le groupe qui avaient été échangés entre jusqu’à six passeurs avant de monter à bord du dériveur infortuné. Le deuxième témoin, Taha, est certain qu’il y avait 34 personnes à bord du bateau et que cinq corps sont toujours portés disparus. « Il y avait aussi des étrangers, qui parlaient bien anglais. Même la fille kurde de 15 ans de Darbandikhan parlait bien anglais », a déclaré Taha à ses proches.
 
Sur le canot se trouvait un jeune kurde du nom de Shakar Ali, qui enverrait le dernier message vocal du voyage en ce jour fatidique.
 
Mohammed a déclaré qu’il était ouvrier du bâtiment au Kurdistan irakien avant de décider d’aller en Grande-Bretagne il y a un peu plus d’un mois afin de gagner de l’argent pour aider à payer les 70 000 dollars dont sa sœur a besoin pour se rendre en Inde pour un traitement médical pour des disques fusionnés dans sa colonne vertébrale. Il a dit que le bateau est parti entre 20h00 et 22h00, heure locale. Taha, suivant de près les progrès de ses proches en ligne, a confirmé le timing, affirmant que le canot était entré à l’eau vers 21h00 le 23 novembre.
 
« Ils ont quitté Dunkerque et il leur a fallu trois heures avant d’arriver sur le Calais-Douvres. ligne. Je m’attendais à ce qu’ils arrivent [au Royaume-Uni] à 2 heures du matin [mercredi matin] », a déclaré Taha à Rudaw. Dès le début, il s’inquiétait pour la sécurité de ses proches et pour savoir si le bateau dans lequel ils se trouvaient était en état de navigabilité. « Le canot était vieux et en décomposition », a-t-il déclaré.
 
Taha a refusé de parler officiellement, affirmant qu’il craignait d’être qualifié de « contrebandier » s’il rendait ses déclarations publiques.
 
La mer était calme et le bateau a voyagé pendant plusieurs heures, un Égyptien conduisant, selon Mohammed, avant que les problèmes ne commencent avec le canot.
 
« Ils ont commencé à avoir des problèmes de tube vers 1h30, heure britannique », a déclaré Taha. « J’étais en contact avec eux, parlant jusqu’à 14h40. »
 
Taha a accusé deux passeurs d’avoir forcé les migrants à continuer de se déplacer pendant 45 minutes supplémentaires pour atteindre les eaux britanniques, alors même que le canot fuyait de l’air.
 
L’eau a commencé à s’infiltrer dans le bateau et les migrants ont travaillé frénétiquement pour le renflouer, se souvient Mohammed. Il a dit qu’ils avaient vu un navire et que certains des passagers voulaient s’en approcher et être secourus, mais d’autres voulaient continuer et atteindre les côtes britanniques.
 
Alors que l’eau commençait lentement à submerger le bateau, les passagers ont commencé à paniquer et ont tenu leurs téléphones allumés en l’air en espérant qu’ils seraient repérés par un navire qui passait, a déclaré Taha. Mais plus aucun navire ne passa. Entre 2h15 et 2h45 du matin, le moteur s’est arrêté de fonctionner. Les proches de Taha avaient des cartes SIM britanniques dans leurs téléphones et selon Taha, la connexion réseau cette nuit-là était très bonne et claire.
 
Lorsque le moteur est tombé en panne, Taha a conseillé à son parent de persuader les autres de faire demi-tour et de rentrer en France. « Ils étaient à cinq kilomètres à l’intérieur des eaux britanniques. Je leur ai dit de faire demi-tour mais le passeur leur a dit de continuer », a déclaré Taha.
 
Shakar Ali, l’un des migrants, a envoyé un dernier message audio à un proche. «Nous sommes dans les eaux britanniques et françaises. Nous ne savons pas lequel d’entre eux vient [nous sauver]. Je jette mon portable. Si vous n’avez pas de nouvelles de moi, cela signifie que nous sommes en Grande-Bretagne et si je retourne en France, alors je vous appellerai moi-même», a-t-il déclaré dans le message vocal dont Rudaw a obtenu une copie.
 
La décision de jeter leurs téléphones portables à l’eau semble avoir été une décision consciente, selon des personnes familières avec le voyage. La plupart des migrants, en particulier les Kurdes, ont des parents au Royaume-Uni et ont été en contact avec eux tout au long du voyage. Ce journal d’appels s’afficherait sur leurs téléphones. « Vous savez qu’ils ont appelé des parents et des amis en utilisant le téléphone, donc à l’avenir, lorsque le téléphone est saisi [par la police], cela causera des problèmes à leurs familles », a expliqué Taha pourquoi les migrants ont jeté leurs téléphones. Ni les migrants ni les familles ne veulent être considérés comme un passeur.
 
Alors que le bateau dérivait et perdait plus d’air, les passagers, dont des enfants, sont tombés à l’eau. Ils se sont accrochés au canot dégonflé et l’un à l’autre. Tout au long de la nuit noire, alors que le canot à moitié submergé flottait dans la Manche en direction de la France, tout le monde a tenu bon, mais leur énergie a cédé à l’aube.
 
« Tout le monde pouvait le supporter jusqu’au lever du soleil, puis quand la lumière brillait, personne ne pouvait plus le supporter et ils ont abandonné la vie », a déclaré Mohammed. Un par un, ils se lâchèrent l’un l’autre et le bateau. « La plupart des membres du groupe étaient morts au moment où ils ont été retrouvés par un ferry français, qui aurait été alerté par deux pêcheurs français. Deux des migrants sont morts à l’hôpital », a-t-il déclaré.
 
Rudaw a réussi à identifier plusieurs migrants décédés
 
« Un gars de Ranya était avec moi », se souvient Mohammed. Les deux jeunes hommes kurdes avaient à peu près le même âge et ont promis qu’ils ne laisseraient pas l’autre partir. À un moment donné, alors qu’ils étaient dans l’eau, son ami a demandé à Mohammed de lâcher sa main. « J’ai dit, je ne lâcherai pas ta main. Puis il a dit: ‘Je vais aller devant toi.’ Je ne l’ai plus revu. »
 
La police française lui a ensuite montré la photo du cadavre de son ami et il l’a immédiatement reconnu. Mohammed a également reconnu des photos d’une famille avec un enfant de 3 ans de Darbandikhan, dans la province de Sulaimani. « C’est la petite fille. Ils étaient avec nous », a-t-il dit.
 
« J’ai vu la mort de mes propres yeux. Je ne pensais qu’à mon père et à ma mère », a-t-il déclaré.
 
Taha est également bouleversé par la perte de ses proches. « Ce qui s’est passé est un crime, ce n’est pas le destin ou la volonté de Dieu. C’est un crime commis par les deux pays », a-t-il déclaré.
 
Certains proches ont fourni des échantillons d’ADN aux autorités françaises et ils attendent que leurs proches soient identifiés.
 
Les cris de ses compagnons migrants sont encore vivaces dans l’esprit de Mohammed, criant et pleurant : « S’il vous plaît Dieu, sauvez-nous ! S’il vous plaît Dieu, sauvez-nous ! » mais il espère toujours se rendre en Grande-Bretagne, prêt à sacrifier sa vie pour sa sœur.
 
Le père de Mohammed a déclaré à Rudaw qu’il était reconnaissant que son fils soit vivant et qu’il « souhaite que les autres aient survécu aussi ».

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici