ROJAVA. La première équipe cycliste féminine de Qamishlo a un an

0
517
ANF Images
SYRIE / ROJAVA. Il y a un an, naissait l’équipe cycliste pour femmes et filles à Qamishlo suite à la campagne lancée par une jeune journaliste kurde. Depuis, de plus en plus de femmes enfourchent un vélo, brisant enfin un tabou car une femme faisant du vélo est considéré comme honteux dans la majorité des communautés musulmanes.
 
Il y a près d’un an, Medya Xanim a lancé la campagne Ez bisikletê dixwazim (« Je veux un vélo » en kurde) dans sa rubrique pour le journal kurde « Ronahî ». L’appel de la journaliste a incité la première équipe cycliste pour femmes et filles à Qamishlo. L’équipe se compose désormais de douze cyclistes enthousiastes âgées de 9 à 22 ans qui s’entraînent plusieurs fois par semaine dans le stade « Stada Şehîdên 12’ê Adarê » afin de préparer les futures épreuves cyclistes. Medya Xanim n’est pas seulement la fondatrice de l’équipe, mais aussi la coach. Il y a aussi maintenant une équipe cycliste à Kobanê.
 
« L’objectif principal de cette campagne est de rendre le vélo possible pour les femmes en public non seulement au Rojava, mais dans toutes les villes de la région autonome du nord et de l’est de la Syrie, et ainsi de briser un tabou social », explique Medya Xanim. Dans les pays islamiques comme la Syrie ou l’Irak, le vélo est tabou pour les femmes. Les femmes à vélo ne font pas partie du tableau habituel. La pression vient d’une société encore en partie patriarcale. Surtout dans les régions rurales, où les structures traditionnelles sont encore très dominantes.
 
Il n’était donc pas surprenant que la violation d’un tabou par Medya Xanim ait également suscité de l’hostilité et qu’elle ait eu des expériences négatives. En tant que jeune fille, son enthousiasme pour le cyclisme était encore accepté dans son environnement familial, mais cela a changé en vieillissant. Pour de nombreuses femmes, faire du vélo en public est encore considéré comme une « honte ».
 
Lutte contre la mentalité conservatrice de la société
 
Medya Xanim est restée fidèle à sa passion et n’a pas été intimidée. Chaque jour, elle fait du vélo dans les rues de Qamishlo pour aller travailler. Au début, elle était souvent insultée et confrontée à des préjugés négatifs. Les conducteurs ont même essayé de l’empêcher de faire du vélo. Mais dans le même temps, les habitants de la ville multiethnique se sont habitués à la jeune femme faisant du vélo, et l’hostilité s’estompe.
 
« Le vélo devrait être possible pour les femmes partout dans le nord et l’est de la Syrie, quel que soit leur âge. Et cela signifie lutter contre la mentalité de la société », explique Medya Xanim. De telles initiatives se heurtent à une vive opposition, en particulier dans les régions arabes. Les séquelles du régime de l’Etat islamique sont palpables.
 
Il était donc particulièrement important d’apparaître en public il y a un an, par exemple au marathon cycliste d’Amûdê organisé par la campagne « Ez bisikletê dixwazim ». Il y a une semaine, l’équipe a également participé au festival des sports et de la jeunesse du mouvement de jeunesse du nord-est de la Syrie à Qamishlo. Et il y a des projets pour le futur proche : un marathon à vélo dans la ville de Dêrika Hemko et des cours de vélo pour femmes.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici