ROJAVA. Hausse de kidnappings des femmes kurdes à Afrin

0
299
SYRIE / ROJAVA – Ces derniers temps, on a assisté à l’augmentation de cas de kidnappings des femmes dans le canton kurde d’Afrin occupé par la Turquie et ses gangs islamistes depuis 2018.
 
Le coprésident de l’Union des avocats d’Afrin, Gabriel Mustafa, a indiqué que les enlèvements de femmes par les forces d’occupation turques et les groupes de mercenaires à Afrin sont en augmentation, ajoutant que l’enlèvement de l’avocate Najah Umar Arus est un autre crime ajouté au casier judiciaire de l’occupation turque.
 
 
Depuis l’occupation d’Afrin, au moins 1 000 femmes ont été enlevées en plus de 84 autres tuées et 71 autres violées selon le Bureau des femmes des associations de la société civile du canton d’Afrin. Le dernier cas d’enlèvement est celui de l’avocate Najah Umar A’rus le 23 octobre dernier. Najah a été enlevée par les services de renseignement turcs (MIT) à Raco.
Sur la question, le coprésident de l’Union des avocats d’Afrin, Gabriel Mustafa, a été interviewé par l’ANHA. Mustafa a indiqué que l’enlèvement de l’avocat Najah Umar A’rus est un autre crime ajouté au casier judiciaire des forces d’occupation turco-jihadistes. « Cela contredit toutes les lois et conventions internationales et les lois applicables à la pratique du droit internationale, car un avocat est à l’abri de tout internement sauf s’il est inculpé et après avoir reçu une note du Syndicat et en présence de confrères. »
 
Mustafa a déclaré que, selon les associations internationales de défense des droits humains, la Turquie est classée parmi les dix pays qui enfreignent les droits humains et la dignité. Ajoutant que tous les crimes commis à Afrin sont perpétrés sous une supervision directe des renseignements turcs (MIT).
 
Mustafa a poursuivi en disant que la Turquie enfreint les quatre conventions de Genève, notamment la quatrième relative à la vie des civils, et les deux protocoles subsidiaires de 1977.
 
Sur l’escalade des forces d’occupation turques et des groupes de femmes mercenaires à Afrin, Mustafa a récemment déclaré que tous ces enlèvements étaient des représailles à la défaite des groupes de mercenaires de l’Etat islamique. Mustafa a déclaré qu’Afrin avait été contraint de se réfugier dans un refuge pour les groupes de l’Etat islamique sous les renseignements turcs « nous savons tous que les commandants de l’Etat islamique et du Front al-Nosra et d’autres terroristes enrôlés sont devenus des dirigeants des factions de l’Armée nationale libre. »
 
Gabriel Mustafa a conclu en disant « ce qui s’est passé entre les mains des mercenaires de l’Etat islamique à Shengal et ce que font les services secrets turcs à Afrin ne sont pas différents, mais cela se fait sous des noms différents, dont le but est de briser la volonté des femmes kurdes via des relations sexuelles forcées, enlèvement, meurtre et des mariages forcés des mineurs ».
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici