Plusieurs Kurdes sur la liste d’individus et d’organisations dangereux de Facebook

0
245
CENSURE – Le géant des Réseaux Sociaux, Facebook a mis plusieurs Kurdes – dont Sakine Cansiz assassinée en janvier 2013 à Paris – et le PKK ainsi que ses affiliés sur sa liste d’individus et d’organisations « dangereux », rendant un énorme service au régime turc dans sa guerre anti-kurde sur les réseaux sociaux…
 
Un document de Facebook divulgué par Intercept révèle que l’entreprise considère les mentions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et de 15 autres individus et organisations affiliés qualifiés de « dangereuses » justifiant leur éventuel bannissement.
 
Le document interne d’une centaine de pages publié par Intercept contient les noms de plus de 4 000 organisations, partis politiques et individus signalés par la société de réseaux sociaux comme « dangereux ».
 
Il y a 16 mentions de groupes et d’individus affiliés au PKK dans le document, notamment le groupe armé lui-même et le Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), ainsi que plusieurs autres organisations et individus kurdes.
 
Dans une interview par e-mail avec Rudaw, Facebook défend sa politique mettant ces gens sur cette liste.
 
« Nous avons des règles interdisant aux terroristes, aux groupes haineux ou aux organisations criminelles d’utiliser notre plate-forme et de supprimer le contenu qui les loue, les représente ou les soutient chaque fois que nous le trouvons », a déclaré un porte-parole de Facebook à Rudaw, affirmant qu’ils ont des obligations légales liées aux sanctions américaines qui guident leur politiques sur les organisations dangereuses.
 
Le magnat des médias sociaux affirme avoir plus de 350 spécialistes concentrés sur la mise en œuvre de leur politique.
 
« Il convient de noter qu’il n’y a bien sûr pas de définition universelle du terrorisme parmi les chercheurs, les agences intra-gouvernementales, et certainement pas entre les gouvernements », a déclaré le porte-parole de l’entreprise. « Nos définitions ont été développées en partenariat étroit avec des chercheurs et des experts de premier plan, et se concentrent fortement sur les cas de violence hors plateforme. »
 
Rudaw: Sakine Cansizs a été assassinée à Paris en 2013. Pourquoi est-elle toujours dans cette liste ?
Sakine Cansiz, militante kurde assassinée à Paris en 2013
 
Porte-parole de la société Facebook : Sakine Cansiz est membre fondatrice du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Le PKK est désigné par les États-Unis comme une organisation terroriste étrangère. Comme nous l’indiquons clairement dans nos normes communautaires, dans le cadre de notre politique relative aux personnes et organisations dangereuses, nous n’autorisons pas les entités désignées par le gouvernement des États-Unis comme des organisations terroristes étrangères (FTO) ou des terroristes mondiaux spécialement désignés (SDGT) à utiliser nos plateformes. En vertu de cette politique, nous interdisons également leurs dirigeants et leurs membres éminents. De plus, nous n’autorisons pas les contenus qui louent, soutiennent ou représentent des individus ou des groupes désignés, y compris des personnages historiques.
 
Pourquoi tant de concentration sur les individus et entités kurdes à la fois en Irak et en Turquie ?
 
Nous avons désigné des individus et des entités comme terroristes partout dans le monde, y compris des organisations basées en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Notre définition du terrorisme est publique, détaillée et a été élaborée avec une contribution importante d’experts et d’universitaires extérieurs. Contrairement à certaines définitions du terrorisme, notre définition est indépendante de la région, de la religion, des perspectives politiques ou de l’idéologie – elle est basée uniquement sur le comportement organisationnel.
 
Que se passerait-il si une publication Facebook liée à ces noms apparaissait sur la plateforme ?
 
Ça dépend du contexte. Nos politiques sont conçues pour permettre aux gens de discuter de ces groupes et individus de manière neutre – de faire rapport sur eux et leurs activités, à condition que les gens indiquent clairement leur intention. Cependant, nous n’autorisons pas les contenus qui louent, soutiennent ou représentent des individus ou des groupes se livrant à des activités terroristes ou à la haine organisée. Facebook ne veut pas que la violence soit organisée ou facilitée sur sa plate-forme et la liste des organisations et individus dangereux est un effort pour empêcher les groupes dangereux de le faire.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici