TURQUIE. Le cinéaste kurde Veysi Altay condamné à la prison pour son documentaire sur la résistance de Kobanê

0
560
TURQUIE / BAKUR – Le cinéaste kurde Veysi Altay a été condamné à la prison pour avoir filmé la résistance des femmes kurdes à Kobanê. Dicle Anter a également été condamné comme directeur d’un cinéma qui a projeté le film.
 
Le cinéaste kurde Veysi Altay a été condamné à la prison pour son documentaire « Nû Jîn » qui avait porté à l’affiche des combattantes kurdes qui ont écrasé DAECH à Kobanê. Altay a été ccusé de faire de la « propagande terroriste », à cause de l’affiche du film. Dicle Anter, l’ancien directeur du cinéma Yılmaz Güney où le film a été projeté, a également été condamné.
 
Nû Jîn (Nouvelle Vie) est un documentaire qui porte à l’écran la résistance à Kobanê contre l’organisation terroriste État islamique en 2014 du point de vue des femmes. « Les femmes signifient la vie. La vie signifie résistance et résistance signifie Kobanê », c’est l’idée centrale avec laquelle le réalisateur Veysi Altay décrit son documentaire. Il dépeint la vie quotidienne de trois combattantes kurdes face à une attaque de l’EI le 14 septembre 2014. Les trois ont rejoint les Unités de défense des femmes YPJ et ont combattu avec les YPG contre l’avancée de l’EI.
 
Le procureur de la République de Batman considère cependant l’affiche du film pour Nû Jîn comme une infraction pénale car l’un des trois combattants des YPJ peut être vu avec le drapeau des YPG. Selon l’acte d’accusation, l’affiche contribue à « dépeindre positivement » une organisation terroriste.
 
Film sur une réalité existante
 
« J’ai fait un film sur une réalité existante. Ma caméra n’a capturé que ce qui se passait à Kobanê à l’époque », a déclaré le réalisateur Veysi Altay pour sa défense. Il a rejeté l’allégation de propagande terroriste. Seule une scène du film est visible sur l’affiche. « Lorsque le film a été projeté à Batman, il y avait des policiers dans le cinéma, mais ils n’ont pu identifier aucune infraction pénale », a déclaré Altay.
 
Dicle Anter a décrit le motif de l’accusation infondé, bien qu’au niveau local. Nû Jîn avait été montré dans un certain nombre de villes, mais les enquêtes n’avaient eu lieu qu’à Batman. Anter, qui est le fils de l’intellectuel et écrivain kurde Musa Anter, assassiné par la contre-guérilla turque en 1992, dirigeait le cinéma à Batman, du nom du pionnier du cinéma kurde, Yılmaz Güney, et fondé en 2005. Après le pseudo tentative de coup d’État à l’été 2016, Anter a été démis de ses fonctions par décret d’urgence.
 
L’un des premiers actes officiels du curateur nommé par l’État, qui a été envoyé dans la ville pour remplacer le maire démocratiquement et librement élu, a été la fermeture du cinéma. Le syndic n’a pas autorisé la rénovation du bâtiment, précédemment ordonnée par l’administration municipale dirigée par le DBP. Fin janvier 2017, il y aurait eu un court-circuit dans l’équipement électronique du cinéma fermé. Le bâtiment a été presque entièrement incendié et a été démoli. L’administration forcée voulait construire une mosquée dans la région et a appelé à un référendum, mais a reçu une gifle au visage des habitants de la ville.
 
Mais même après que le syndic a perdu sa place en mars 2019, l’administration de la ville, désormais régie par le HDP, n’a pas été en mesure de mettre en œuvre le projet de construction d’un nouveau cinéma pour Batman, qui a débuté peu après les élections locales. Quelques mois plus tard, les maires des villes kurdes ont de nouveau été expulsés par décret, et des administrateurs nommés par le ministère turc de l’Intérieur gouvernent à nouveau de nombreuses villes. Le site où se trouvait le cinéma Yılmaz Güney a été intégré à un parc urbain. Enfin, il a été dit qu’une fontaine devrait être construite sur la place où était autrefois le cinéma.
 
Contexte de l’affaire
 
Veysi Altay et Dicle Anter ont été inculpés pour la première fois en avril 2018. Moins d’un an plus tard, ils ont été condamnés à deux ans et demi de prison par un tribunal correctionnel de Batman. Cette décision a fait l’objet d’un appel et le tribunal a infirmé le jugement et ordonné la réouverture de la procédure. Le procès était déjà en cours depuis juin 2020. Désormais, Dicle Anter a été condamné à dix mois de prison, une peine transformée en une amende d’environ 600 euros. Le directeur Veysi Altay a été condamné à un an et quinze jours de prison avec sursis avec mise à l’épreuve. L’interdiction de voyager imposée aux deux hommes a été levée.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici