TURQUIE. Attaque raciste contre des ouvriers agricoles kurdes à Düzce

0
146
TURQUIE – Une autre attaque raciste contre 8 ouvriers agricoles kurdes a eu lieu à Duzce. Une foule rassemblée devant leur appartement a cassé leur fenêtre à coup de pierres et les a menacés disant qu’ils ne toléreraient pas les Kurdes dans la région. Les 8 Kurdes quittent la région.
 
Huit ouvriers agricoles kurdes ont été attaqués hier par des racistes turcs dans le district d’Akçakoca, à Düzce, dans le nord-ouest de la Turquie. Les Kurdes de Mardin y étaient employés à la récolte des noisettes.
 
Muhammed Günel, l’un des travailleurs attaqués, a déclaré que le groupe de huit Kurdes de Mardin était à Düzce depuis un mois. Lundi soir, une fenêtre de l’appartement où loge le groupe a été brisée à coups de pierre. Deux personnes se tenaient devant l’appartement, déclarant qu’elles ne toléreraient pas les Kurdes à Düzce. Selon Günel, ces personnes ont menacé de revenir avec des pierres et des fusils si le groupe ne quittait pas l’appartement dans les dix minutes.
 
Muhammed Günel a déclaré: « Il y avait des femmes dans l’appartement. Quand la fenêtre a été cassée, tout le monde a eu peur. Nous sommes sortis et avons parlé. Après cela, a-t-il dit, vingt à trente autres personnes sont sorties de l’appartement. Il a ensuite appelé la police à deux reprises et a décrit la situation. Un policier a répondu qu’il ne pouvait rien faire tant qu’il ne se passait rien.
 
Au bout d’un moment, la police est arrivée quand même. Au lieu de s’occuper des agresseurs, les policiers ont fouillé les travailleurs kurdes. Les policiers ne les ont pas touchés et m’ont emmené au poste de police avec mes collègues Hasan Çiçek et Mehmet Furkan Çiçek. Dans le procès verbal, nous étions présentés comme les coupables. Nous avons refusé de le signer. Après cela, nous avons été emmenés à l’hôpital; j’avais des bris de verre dans la main. Nous voulions obtenir un rapport médical, mais cela a été empêché par les policiers. Ils ont même fait effacer le procès verbal notant notre passage à l’hôpital. Nous avons également subi un test d’alcoolémie. Sur les trente agresseurs, seules deux personnes ont été amenées avec nous mais ils n’ont pas eu à faire de test. Après cela, on nous a ramenés au poste et on nous a dit de ne pas porter plainte pour l’attaque. »
 
Günel a déclaré que des voisins avaient filmé ce qui s’était passé devant l’appartement après le jet de pierre mais n’avaient pas diffusé la vidéo à cause de la peur des assaillants. Les huit Kurdes préparent leurs affaires pour retourner à Mardin, au Kurdistan du Nord.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici