Au Kurdistan du Sud, 4 000 femmes victimes de violences masculines ont contacté le RJAK en 6 mois

0
228
KURDISTAN DU SUD – Victimes de violences physiques, verbales, agressions, en six mois, 4 000 femmes kurdes du Bashur se sont rendues au bureau du Mouvement des femmes libres du Kurdistan (RJAK) qui accuse les imams d’encourager les hommes à être violents envers les femmes.
 
Une des responsables du RJAK, Jîno Reşid, a déclaré que 4 000 femmes de la région fédérale du Kurdistan se sont adressées à elles en 6 mois, 1 042 seulement le mois dernier, et a ajouté que les hommes, encouragés par l’impunité, étaient encouragés par des imams agissant avec la mentalité de DAECH.
 
Selon les registres officiels, dans la Région fédérale du Kurdistan, où la violence à l’égard des femmes a augmenté de 33 % entre 2016 et 2020, 20 femmes se sont suicidées au cours des 6 premiers mois de 2021, 37 femmes se sont immolées par le feu. On prétend que seulement 6 féminicides ont eu lieu dans la région, où la violence est en constante augmentation. 53 femmes ont subi des agressions sexuelles et plus d’un millier de femmes ont saisi les autorités officielles pour dénoncer les violences.
 
Au cours des 6 derniers mois, 4 000 femmes ont déposé une demande auprès du Mouvement des femmes libres du Kurdistan (RJAK), qui opère dans la région du Kurdistan, se plaignant de diverses violations mais surtout de violences. Rien que le mois dernier, 1 042 femmes ont demandé une aide contre la violence. Des centaines de femmes, dont la mort a été enregistrée comme « suicide », ont été enterrées dans la partie sans nom du cimetière de la ville de Sulaymaniyah.
 
Membre du RJAK, Jîno Reşid, a parlé à l’Agence Mezopotamya (MA) des politiques du gouvernement de la région fédérale du Kurdistan envers les femmes et la violence et les féminicides dans la région au cours de la dernière année.
 
Soulignant que la violence contre les femmes augmente de jour en jour dans la région, Reşid a déclaré: « La violence contre les femmes dans la région est enracinée dans l’histoire. La société agit avec la mentalité du système. Cela joue un rôle fondamental dans l’augmentation de la violence et l’occupation imposée aux Kurdes a eu un impact négatif sur la liberté de toutes les femmes au Moyen-Orient aujourd’hui.
 
La violence à l’égard des femmes a atteint des niveaux incroyables. Une femme est assassinée presque tous les jours. En outre, les suicides de femmes ont également considérablement augmenté. Nous ne pouvons pas gérer cette situation indépendamment de la mentalité dominante. à des niveaux élevés. Les espaces ne sont pas ouverts pour les femmes. Les femmes n’ont pas et ne peuvent pas atteindre l’indépendance économique. Le féminicide est devenu quelque chose de normal. Beaucoup de gens ont commencé à considérer le féminicide comme normal parce que le gouvernement ne prend aucune mesure pour contrer la violence.
 
La mentalité dominante est un facteur important dans l’augmentation de la violence. Cette image est le produit de la mentalité dominante. Ils ne veulent pas que les femmes décident par elles-mêmes. L’homme qui tue les femmes et les expose à la violence n’est pas puni. Les hommes sont encouragés par cette impunité. Le gouvernement ne poursuit pas les coupables.
 
Nous nous battons très sérieusement pour organiser les femmes. Nous allons vers toutes les femmes que nous pouvons atteindre. Jusqu’à un certain point, nous répondons aux problèmes des femmes. Le RJAK est une cible car nous apportons des réponses aux femmes. Nous sommes constamment menacés. Mais nous continuons à travailler. Nous aidons les femmes à prendre conscience de leur situation. C’est pourquoi nous faisons face aux menaces du gouvernement. Nous avons été menacés à plusieurs reprises et nos membres ont été arrêtés. Même nos actions les plus démocratiques sont bloquées. Nous avons voulu aller à Shengal deux fois, mais à chaque fois nous avons été attaqués par les forces de l’ordre public. »
 
Déclarant que les imams encouragent la violence contre les femmes dans la Région fédérale du Kurdistan, Reşid a ajouté: « Les imams sont sur les réseaux sociaux. Les vidéos qu’ils publient montrent comment les hommes devraient se comporter envers les femmes, comment ils devraient se comporter envers les femmes qui ne portent pas de foulard, etc. Les imams ici promeuvent en fait la violence en agissant avec la mentalité de l’Etat islamique. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici