La lutte des femmes travailleuses du Kurdistan de l’Est

0
300
IRAN / ROJHILAT – Dans les régions kurdes d’Iran condamnées à la pauvreté endémique, les femmes travailleuses luttent pour subvenir aux besoins de leurs familles alors que les mollahs iraniens et la société patriarcale les empêchent d’avoir leur autonomie économique.
 
Lorsque Mahnaz Amiri a décidé de se séparer de son mari il y a 12 ans, la responsabilité de subvenir aux besoins de ses enfants est tombée sur ses épaules.
 
Cette femme de 52 ans originaire de Sanandaj travaille comme tailleuse depuis plus d’une décennie pour subvenir aux besoins de sa famille et fait partie des plus de trois millions de femmes soutien de famille à travers le pays.
 
« Parfois, j’avais l’habitude de verrouiller la porte et de travailler secrètement par peur parce qu’ils [le gouvernement] ne me laissaient pas faire. Notre société ne nous soutient pas. Ils n’acceptent pas que nous soyons les soutiens de famille », a-t-elle déclaré.
 
Selon Nahid Tajadin, membre du comité social du parlement iranien, le nombre de femmes travaillant pour subvenir aux besoin de leurs familles a augmenté de 58 % au cours des 10 dernières années. Avec la propagation du coronavirus, beaucoup de ces femmes sont confrontées à des problèmes financiers et au chômage, aggravés par la stigmatisation sociale.
 
« Notre société ne nous soutient pas », a déclaré Amiri, ajoutant qu’en plus de travailler à l’extérieur de la maison pour subvenir aux besoins de leur famille, les femmes doivent également faire le ménage et s’occuper des enfants à la maison.
 
Bayan Nasrizar, 46 ans, a occupé plusieurs emplois au cours des 20 dernières années pour subvenir aux besoins de ses trois enfants, notamment en gérant un magasin où elle fabrique et vend des plats traditionnels.
 
« Je fais du kalana [un type de pain local] depuis trois ans. Je fais aussi des tartes. Je prépare également des plats kurdes traditionnels pour mes clients, notamment le doghawa [kofta], les légumes farcis et le hallaw [un plat à base de raisin et de viande] », a-t-elle déclaré. L’année dernière, elle a dû fermer sa boutique pendant trois mois à cause de la pandémie de coronavirus. Maintenant, ses ventes ont diminué.
 
C’est une vie difficile, mais elle est reconnaissante parce qu’elle est capable de subvenir aux besoins de sa famille. « Bien que mes revenus aient diminué, je suis heureuse car je ne dépends de personne » a-t-elle déclaré.
 
Les provinces kurdes de l’ouest de l’Iran ont toujours été aux prises avec un taux de chômage élevé, peu d’opportunités d’emploi en raison d’un manque d’investissement et d’une pénurie de services. Les femmes sont traditionnellement gardées à la maison, ce qui rend la situation doublement difficile pour celles qui ont besoin de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille.
 
La militante des droits des femmes et chercheuse Bayan Azizi a déclaré que les femmes soutiens de famille sont confrontées à des défis importants, mais qu’elles constituent «l’un des éléments les plus importants de la société».
 
On pensait autrefois que seules les veuves avaient la responsabilité de subvenir aux besoins de leur famille. « Aujourd’hui, ce n’est plus vrai », a déclaré Azizi. Certaines ne sont pas mariées, d’autres sont mariées mais leurs maris sont partis travailler ou sont en prison.
 
Selon la militante, le nombre de femmes travailleuses est en augmentation.
 
« Nous avons fait des recherches dans la province du Kurdistan sur les problèmes des femmes soutiens de famille. En conséquence, nous avons découvert que 65% des problèmes de ces femmes sont financiers et que les petits prêts n’améliorent pas leur situation », a-t-elle déclaré. Le deuxième obstacle auquel ces femmes sont confrontées est les attentes sociales et sociétales concernant le rôle des femmes à la maison et à l’extérieur.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici