Selahattin Demirtas: Il y a de sérieuses limitations et menaces concernant nos conditions carcérales

0
385
TURQUIE – Le politicien kurde tenu en otage dans une prison turque depuis novembre 2016, Selahattin Demirtaş alerte l’opinion publique sur les menaces pesant contre les prisonniers politiques ainsi que les graves limitations des droits dans le milieu carcéral.
 
L’ancien coprésident du HDP, Selahattin Demirtaş, qui est en prison depuis cinq ans, a déclaré qu’il y avait un risque que le sentiment anti-réfugié croissant se transforme en une bombe prête à exploser. Déclarant qu’il existe de sérieuses limitations et menaces dans les conditions de détention, Demirtaş a également annoncé le nom de son nouveau roman qui sort le mois prochain: Efsun.
 

Alors que l’Afghanistan entre dans une nouvelle période sombre, une nouvelle vague raciste et anti-réfugiés s’élève contre les réfugiés qui sont venus en Turquie après avoir fui les talibans. D’un autre côté, la politique du gouvernement à l’égard des réfugiés, qui est restée un spectateur des horribles attentats à Ankara-Altındağ, encourage plutôt qu’elle ne soulage le racisme.

De même, les événements naturels déclenchés par la crise climatique se transforment en catastrophes en raison des politiques précédentes du gouvernement et de la position actuelle des spectateurs. Le nord du pays est secoué par des inondations, le sud par des incendies.

Le journal Duvar a interrogé Selahattin Demirtaş, ancien coprésident du HDP, l’un des politiciens de l’opposition les plus influents de Turquie, emprisonné depuis cinq ans, au sujet des problèmes actuels et des suggestions de solutions : les événements récents sont-ils le « plan de chaos » du gouvernement ou ont-ils incontrôlable? Quelle politique faut-il suivre en ce qui concerne les réfugiés ? Que faire face à la crise climatique ? Sera-t-il candidat à la présidentielle aux prochaines élections ? Quels types de problèmes leur ont-ils été causés en prison ces derniers temps ? Quel est le sujet de son nouveau roman, qui sortira mi-septembre ? 

On dit que le problème avec lequel les différents segments sociaux et politiques sont le moins en conflit est celui des réfugiés. Où cela s’arrêtera-t-il alors qu’il y a une population de plus de 4 millions d’habitants et un ressentiment prêt à exploser comme à Ankara ?

Ce qui s’est passé à Ankara Altındağ nous donne une idée, quoique amère, de l’état d’avancement de la question anti-réfugiés. On sait déjà que le langage politique est efficace dans la formation d’un sentiment anti-réfugié. Par conséquent, tout d’abord, tous les politiciens devraient faire attention au langage qu’ils utilisent et rester à l’écart des politiques qui peuvent conduire à la discrimination ou au racisme. Nous devons agir sans oublier que les plus de cinq millions d’immigrants dispersés dans toute la Turquie sont avant tout des êtres humains. Sinon, si l’on considère la relation effet-réaction, le problème des immigrés peut se transformer en une bombe prête à exploser. Par conséquent, il est nécessaire de mettre en place des politiques de langue et de solution très, très prudentes.

Alors que le CHP veut rallier les groupes anti-réfugiés, l’AKP semble faire de cette opposition la dynamo d’un nouveau chaos. La défense des réfugiés est de plus en plus perçue comme un crime, une « trahison ». Selon vous, quelle est la solution au problème des réfugiés ?

Tout d’abord, il est nécessaire de faire un plan stratégique avec des volets à court, moyen et long terme. Le nombre d’immigrants que la Turquie peut accepter doit être calculé et toutes les infrastructures concernant les besoins d’hébergement, de santé, d’éducation, de nourriture et de sécurité de ces personnes doivent être préparées. Sans le soutien de la société, il n’est pas possible de réussir dans le dossier des immigrés. Une attention particulière doit être portée à cela. Il est nécessaire d’établir une politique étrangère efficace afin de coopérer avec les pays d’où viennent les immigrés et d’y éliminer les conflits, les troubles et même l’exploitation. Au lieu de négocier une immigration bon marché avec les pays occidentaux, il faut imposer une coopération de principe. Eux aussi doivent partager les responsabilités des immigrés. Cependant, c’est aussi un fait que nous ne pouvons renvoyer dans le feu quiconque est venu dans notre pays. La solution au problème n’est pas si facile, Je sais, mais c’est nous qui devons le résoudre. Personne d’autre ne viendra résoudre notre problème.

Quand vous regardez les attaques contre les réfugiés, les complots anti-kurdes et la montée de la vague raciste, voyez-vous la période sombre prévue après le 7 juin 2015 ou un environnement où les choses deviennent incontrôlables pour le gouvernement ?

Je ne vois pas les tensions actuelles comme faisant partie d’un plan systématique. Il y a plutôt des cas individuels en raison du langage utilisé par le gouvernement. Cependant, il faut être très prudent et éviter que de telles étincelles ne se transforment en feu.

Ces derniers jours, des inondations ont été signalées dans de nombreuses régions du pays, de Van à Kastamonu. Incendies, inondations, tempêtes… En fait, il y a des conséquences de la crise climatique derrière les guerres et les grandes migrations dans le monde. Pensez-vous à la crise climatique, le plus gros problème du futur ? Que diriez-vous aux individus, à la société, au pouvoir et à l’État sur cette question ?

Il y a bien sûr beaucoup à apprendre. Il existe des études universitaires inestimables et des livres précieux sur la crise climatique. Il existe de très bons rapports préparés par des institutions influentes, en particulier les Nations Unies. Je conseille à tous les politiciens et au public, principalement ceux qui dirigent le pays, de les lire. La crise climatique et écologique est un enjeu vital. Tout d’abord, tout le monde doit être conscient de ce problème. Il ne m’est pas possible d’expliquer cela en détail dans la courte réponse que je peux donner ici. S’il vous plaît tout le monde en savoir plus sur ce sujet et regarder des documentaires.

En parlant d’inondations, dans une interview que nous avons réalisée pour le magazine Express en 2016, vous avez comparé votre résistance au gouvernement aux arbres lors d’une inondation et avez déclaré : « L’inondation survient soudainement. Vous pouvez être mal préparé, il arrache des voitures, des maisons, tout dans votre rue. Mais le déluge ne dure pas longtemps. Lorsque le déluge est terminé, il ne reste plus que de la boue, des maisons détruites et des biens en ruine. Une fois que vous voyez, il y a des arbres debout dans toute cette inondation. Vous ne les verrez pas pendant l’inondation, ils sont sous l’eau jusqu’au sommet. Mais leurs racines sont si fortes que lorsque le déluge arrive, ces arbres sont vivants, vivants et debout. HDP est une de ces choses. Le déluge passe sur nous en ce moment. Nous n’avons pas besoin de répondre avec la même intensité de force pour gagner. Se tenir debout dans ce déluge, c’est la victoire elle-même. Pensez-vous que le déluge est passé? HDP a-t-il réalisé votre prédiction il y a 5 ans ?

Oui, les cinq années qui ont suivi nous ont donné raison. Et HDP a réussi à se tenir debout. Bien que l’inondation ne soit pas complètement terminée, une grande flaque de boue et la destruction sont restées. C’est le mal fait par l’AKP. Il est de notre devoir de réparer ces dommages.

Votre coprésident Mithat Sancar a déclaré qu’ils annonceront une feuille de route générale d’ici la fin septembre. Alors qu’il y a la Nation Alliance, qui a peur d’être vue dans le même cadre que vous, et la People’s Alliance, qui veut fermer votre parti, d’un côté, quelle sorte de stratégie et de stratégie le HDP devrait-il suivre pour les prochaines élections ?

Je pense qu’une déclaration complète sera faite par le siège du HDP sur cette question en septembre et notre position sur les élections sera clarifiée et annoncée au public. Nous y verrons ensemble les réponses à cette question.

Sırrı Süreyya Önder, avec qui nous avons eu un entretien il y a quelque temps , a déclaré : « Que devons-nous espérer quand le gouvernement actuel semble attendre avec son couteau aveugle qui s’en va mais viendra ? il a dit. Comment répondriez-vous à la question d’Önder ?

Je suis d’accord avec la déclaration de Sirri Bey à cet égard; Malheureusement, cela est vrai pour certains, sinon tous, de l’opposition. Nous ne disons pas en vain que pour éliminer ces risques, il faut répondre aux principes de la démocratie et à l’exigence de démocratie.

Dans ses différents messages, Kılıçdaroğlu laisse entendre qu’ils sont sur le point de prendre le pouvoir, mais toutes ces années d’expérience ont montré qu’Erdoğan a toujours un plan. Pensez-vous qu’Erdogan a un plan fort et décisif pour rester au pouvoir ?

Il y en a sûrement, mais je n’ai aucun moyen de le savoir. Je vais poser cette question à Erdogan, mais je ne pense pas qu’il puisse obtenir une question sans réponse sur le prompteur.

Au Kurdistan, certains chefs tribaux ou grands noms des tribus passent progressivement au CHP. Rüstem Zeydan à Yüksekova, İskender Ertuş à Başkale… Qu’est-ce que cela vous dit que ces segments, qui, en raison de leur expérience historique, sentent le pouvoir de loin, sont passés au CHP ? Votre compagnon de cellule, Abdullah Zeydan, a-t-il une opinion sur ce sujet ou avez-vous eu un dialogue sur ce sujet ?

Chacun est libre de faire ses choix politiques. Nous ne pouvons blâmer personne pour ces choix ou les forcer à faire un choix. Nous nous occupons de nos propres affaires et essayons d’élargir la gamme HDP. Abdullah Zeydan est toujours un député Hakkari à nos yeux et à ceux de notre peuple, et c’est un fils que notre peuple aime et apprécie beaucoup. Il n’est pas facile de gagner l’amour du peuple. Porter le nom de famille Zeydan ou Ertuş ne suffit pas pour gagner l’amour du peuple. Nos employés savent ce que tout le monde est et apprécient chacun en conséquence.

Y a-t-il des contacts ou des demandes de rendez-vous de différents segments avec vous concernant les alliances électorales ?

Non, il n’y a eu ni rencontre ni demande de rencontre sur ce sujet. De toute façon, je n’ai pas le pouvoir de négocier sur l’alliance. Cette autorité se trouve uniquement dans l’Assemblée du Parti HDP.

On dit que l’AKP a pris contact avec le mouvement kurde par l’intermédiaire de certaines délégations l’année dernière, mais ce processus n’a pas progressé. Êtes-vous au courant d’un tel processus? Pensez-vous que l’AKP essaie progressivement de se rapprocher à nouveau des Kurdes ?

Une grande partie de ces nouvelles est restée spéculative. Je n’ai rien entendu de concret. Il est également normal que chaque parti approche tous les électeurs, y compris les Kurdes. Il n’y a pas de quoi être embarrassé. Ce qui compte, c’est la réaction des électeurs. Nous verrons tout cela ensemble dans les urnes.

Envisageriez-vous de vous présenter à nouveau à la présidence en cas de demande ou de suggestion de votre parti ?

Je suis prêt à accomplir n’importe quelle tâche que mon parti et notre peuple me confient, avec amour et honneur. Cela inclut la candidature présidentielle.

L’ancien maire de Kars, Ayhan Bilgen, critique son parti depuis un certain temps et diverses allégations ont été faites. Bilgen lui a demandé dans une interview : « Demirtaş vous a-t-il empêché d’être coprésident du HDP ? » Il a répondu : « La réponse devrait être à la discrétion de l’administration HDP ou ce devrait être le choix de Demirtaş ». Selon des rumeurs, quelqu’un veut diviser le HDP ou créer des conflits au sein du parti. D’un autre côté, certaines évaluations soulignent que de tels problèmes sont rencontrés parce que le HDP n’ouvre pas suffisamment d’espace pour les segments conservateurs en son sein. Souhaitez-vous apporter une explication à ce sujet ?

Tout le monde sait déjà ce que c’est. Je n’ai besoin d’aucune explication.

Sebahat Tuncel, qui a rencontré ses avocats ces derniers jours, a que [les prisonniers politiques] subissaient de sérieuses pressions et a appelé à la sensibilité. Y a-t-il un changement dans vos conditions de détention dans ce sens ?

Nous considérons que l’insulte adressée à notre amie Sebahat Tuncel est faite à nous-mêmes. Je condamne cette pratique et je sais que nos amis avocats feront le nécessaire pour demander des comptes aux responsables devant la loi. Je voudrais profiter de cette occasion pour transmettre mes salutations, mon amour et ma solidarité à tous mes amis en prison, en particulier à Mme Sebahat Tuncel. Dans nos conditions, il y a une sérieuse limitation et menace. Même si nous ne mettons pas ces questions à l’ordre du jour, malheureusement, les prisons sont devenues des centres de persécution. Après tout, mes avocats ont déposé une demande officielle auprès du Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) la semaine dernière en raison de nos conditions de détention. Nous utilisons et utiliserons tous nos droits légaux au maximum.

Selon la dernière décision de la Cour européenne des droits de l’homme, vous deviez être à l’extérieur maintenant, mais vous êtes toujours gardé à l’intérieur. Pour quelle raison la justice turque peut-elle encore vous garder en prison ?

Nous ne sommes pas en état d’arrestation par la loi. Nous sommes retenus à l’intérieur comme des otages politiques avec des instructions claires de la part de la politique. Ils n’ont même plus besoin de trouver une couverture légale pour notre otage. Ceux qui font cela, bien sûr, commettent des crimes et ils seront tous tenus responsables un jour devant un tribunal équitable. Nous n’abandonnerons jamais ce combat pour la justice.

Nous avons appris que vous avez soumis votre nouveau roman à la maison d’édition Dipnot. Pouvons-nous demander le sujet de votre roman ? Quel est le calendrier de publication, quand rencontrera-t-il le lecteur ?

La maison d’édition Dipnot fait les derniers préparatifs pour la publication de mon nouveau roman. Je pense qu’il rencontrera le lecteur vers la mi-septembre. Pour l’instant, permettez-moi simplement de dire que le nom du roman est Efsun. (…)

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici