Mère d’Havrin Khalaf: Il ne suffit pas de mettre les assassins de ma fille sur une liste de sanctions

0
332
SYRIE / ROJAVA – La mère d’Hevrîn Khalaf – politicienne kurde tuée par des gangs islamistes de la Turquie – déclare qu’il ne suffit pas de mettre les assassins de sa fille sur une liste de sanctions. Elle exige que l’Europe et les États Unis poursuivent en justice le dirigeant turc Erdogan pour les crimes commis par les forces turco-jihadistes au Rojava et en Syrie.
 
Le département du Trésor américain a annoncé hier qu’il a imposé des sanctions à un groupe armé soutenu par la Turquie pour des crimes contre les Kurdes en Syrie, dont le meurtre de la politicienne Havrin Khalaf.
 
Dans un communiqué, l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) a déclaré qu’il sanctionnait Ahrar al-Sharqiyah pour des crimes contre des civils ainsi que contre deux des dirigeants du groupe, Abu Hatim et son frère Abu Ja’far.
 
La mère d’Hevrîn Khalaf, Suad Mistefa a déclaré qu’il ne suffisait pas d’inclure les assassins de sa fille sur une liste de sanctions car ils continuent de commettre des crimes contre les Kurdes et les autres peuples au Rojava et en Syrie.
 
la décision de sanctions des États-Unis, la mère du martyr Hevrin Khalaf, Suad Mistefa, a déclaré : « Les États-Unis auraient pu empêcher cet événement inhumain. L’endroit où Hevrîn est tombée en martyr n’était qu’à quelques kilomètres des bases américaines. Je l’ai dit à des journalistes et des avocats américains. »
 
Suad Mistefa a déclaré que les sanctions américaines n’étaient pas suffisantes, ajoutant : « Les journaux ont écrit que des sanctions ont été imposées à la Turquie et que le peuple turc et d’autres peuples souffriraient énormément, mais Erdoğan ne serait pas affecté, et dans ce contexte, la décision est insuffisante. »
 
Suad Mistefa a déclaré que les États-Unis pouvaient empêcher les massacres, mais a fermé les yeux.
 
Se référant à l’inclusion d’Abou Hatim Shaqra, chef islamiste du groupe terroriste Ahrar al-Charkiya, sur la liste des sanctions, Mistefa a déclaré : « Il y a des milliers de personnes qui commettent des massacres comme Abou Hatim Shaqra. J’appelle les États-Unis et la Cour européenne des droits de l’homme à juger Erdoğan qui a commis des crimes dans la région. »
 
Mistefa a souligné que les sanctions imposées par les États-Unis aux individus n’étaient pas suffisantes et que tous ceux qui ont soutenu Erdoğan et ces crimes devraient être jugés, et a déclaré qu’Erdoğan avait assassiné des politiciens parce qu’il avait trouvé du soutien autour de lui.
 
« Où étaient les États-Unis quand Hevrin a été assassinée ? »
 
Rappelant qu’Hevrin Khalaf a été assassiné sous les yeux des États-Unis et du monde entier, Suad Mistefa a déclaré que la décision d’imposer des sanctions à Hatim Ebu Şerqa et à d’autres n’était pas crédible. « Hevrin a été assassinée de manière planifiée, et je pense que les États-Unis étaient au courant de cette décision de massacre car ils n’ont pas poursuivi ceux qui sont derrière le massacre et ceux qui ont soutenu Erdoğan. »
 
Soulignant que le but d’Erdoğan et de ses mercenaires était de briser l’idée et la volonté de femmes libres en la personne d’Hevrin Khalaf, Suad Mistefa a noté qu’après le massacre, des milliers de femmes ont renforcé leur lutte contre la trahison et les complots.
 
Notant que le but du meurtre d’Hevrin Khalaf était également de saper l’unité et la fraternité des peuples de la Syrie du Nord et de l’Est, Suad Mistefa a ajouté qu’elle avait demandé justice aux côtés d’organisations de défense des droits humains, d’avocats et de tribunaux européens afin que les criminels soient jugés et les valeurs humaines ne sont pas violées.
 
« Mon objectif est qu’Erdoğan soit jugé devant les tribunaux européens. Parce qu’il est le soutien numéro un des groupes de mercenaires. Mon plus grand souhait est que ceux qui ont assassiné Hevrin Khalaf soient punis. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici