Femme yézidie: J’ai percé mon visage avec une aiguille pour qu’ils [les terroristes de l’EI] ne m’emmènent pas

0
463
« [les terroristes de DAECH] venaient et emmenaient les femmes tous les jours, et j’ai senti que c’était mon tour. Je ne savais pas quoi faire. Je me suis percé le visage avec une aiguille. J’ai fait beaucoup de trous sur mon visage, puis j’ai appliqué de la suie. J’ai essayé de créer une apparence laide. »
 
Ceci est le témoignage glaçant d’une jeune femme yézidie qui a survécu aux massacres des Kurdes Yézidis et aux crimes de guerre et crimes contre l’humanité qui leur ont été infligés par DAECH / ISIS à Shengal dès août 2014. Des témoignages similaires ont été racontés par d’innombrables femmes et filles yézidies qui ont tenté d’échapper à l’esclavage sexuel et à la torture entre les mains du groupe terroriste État Islamique. 
 
Pendant le génocide des Yazidis à Shengal (Sinjar), qui a commencé le 3 août 2014, des milliers de femmes yazidies ont été capturées par DAECH; les femmes détenues ont été vendues sur les marchés aux esclaves; soumises au viol, à la torture physique, psychologiques et morale. Elles ont été déshumanisées. 
 
S.H., une femme de 27 ans, vit à Shengal. Elle fait partie des femmes que DAECH a kidnappées, torturées et vendues sur des marchés aux esclaves. Elle a connu la cruauté, le viol et la torture. Elle fait partie des milliers de femmes qui cherchent à s’émanciper sans perdre leur foi et leur espoir.
 
Après avoir été libérée de DAECH, S.H. n’a parlé à personne de ces jours, mais elle sait mieux que quiconque que cette honte ne tombe pas sur elle, mais sur ceux qui l’ont torturée et violée. Elle a été entraînée dans un monde qui n’était pas le sien, elle a été détenue et a dû subir toute la cruauté du monde là-bas. S.H. et des milliers de femmes yazidies sont les représentantes de l’honnêteté, de l’espoir et de la résistance.
 
Parler ou pas de toutes es horreurs
 
S.H. a peur, parfois elle ne veut pas parler des traumatismes qu’elles a subis, mais elle veut aussi les dévoiler. Elle réfléchit pendant un moment, oscillant entre parler ou ne pas parler. Nous la comprenons et nous savons qu’il faut du courage, et il est difficile de le dire. Finalement, elle veut parler de ses expériences car de telles histoires ne doivent pas être gardées secrètes. Si elle parle, elle revivra ces jours. Si elle ne le fait pas, ces jours rongeront son esprit. Nous essayons de la réconforter. En tant que femme, je suis de son côté, et je ressens et comprends profondément tout ce qu’elle a vécu. Je dis que la vie sera meilleure avec des femmes qui parlent courageusement de leurs expériences et des crimes qui ne sont pas les leurs et qui gagnent en résistance en se parlant les unes aux autres. Tout le monde devrait savoir qui sont ces persécuteurs, ces violeurs, ces misogynes.
 
S.H. fait le premier pas en parlant. Pour la première fois de sa vie, elle ose en parler. Elle veut parler de l’histoire qu’elle n’a racontée à personne pour se venger de DAECH et pour que tout le monde sache ce qui s’est passé.
 
« Appelez-moi par le nom de ma mère »
 
S.H., qui a été rachetée par sa famille en échange d’une rançon après être restée captive aux mains de DAECH pendant 1 an et 6 mois, vit actuellement à Shengal avec ses trois enfants.
 
« Appelez-moi par le nom de ma mère, Feyziye », dit-elle. Pendant que nous écoutons l’histoire de S.H., l’une des témoins directs du génocide yazidi, nous l’appelons Feyziye. Nous l’appellerons Feyziye lorsque nous parlerons d’elle.
 
Leurs voisins les attaquent avant DAECH
 
Feyziye est originaire de Gir Zerek. Elle s’est mariée à l’âge de 17 ans à Gir Zerek et y a donné naissance à un enfant. En raison des conditions de vie difficiles, deux ans avant le génocide, sa famille s’est installée dans la ville de Dumiz. Cette ville se trouve à l’ouest de Shengal, entre Shengal et Gir Zerek, où vivent principalement des Arabes et des membres de la tribu Mitelta. On y trouve près de 50 familles yazidies.
 
Les familles yazidies, qui se sont installées à Dumiz, essaient de rester proches les unes des autres dans les quartiers où elles vivent. Pendant le génocide, la plupart des familles yazidies vivant à Dumiz sont tombées aux mains de DAECH. Les Yazidis, qui avaient de bonnes relations avec leurs voisins arabes avant le génocide, ont été trahis par leurs voisins de Dumiz. Leurs voisins arabes sont ceux qui les ont attaqués en premier.
 
Leurs voisins arabes leur ont dit : « Ne fuyez pas, il ne vous arrivera rien, nous vous protégerons. » De nombreux Yazidis ont donc cru aux paroles de leurs voisins et ont décidé de rester. Au fil du temps, DAECH est arrivé à Gir Zerek et de là à Dumiz. La situation a changé. Les voisins arabes et musulmans des Yazidis, qui avaient dit « Nous vous protégerons, » ont pris parti pour DAECH, et ils ont été les premiers à attaquer les familles yazidis. De plus, de nombreux Yazidis qui avaient trouvé refuge chez leurs voisins arabes et musulmans ont été assassinés dans ces maisons.
 
Un oncle de Feyziye se réfugie dans la maison d’un voisin arabe. De plus, ces voisins sont aussi ses proches. Son oncle a été assassiné par ses voisins dans la maison de son voisin où il était invité.
 
De nombreux Yazidis ont vécu la même chose que Feyziye et sa famille. Les Yazidis ont également été massacrés par leurs plus proches voisins, parents et amis.
 
« Si on l’avait su, on serait parti plus tôt »
 
Feyziye nous parle aussi de sa vie à Dumiz avant le génocide. « À Shengal, la vie était bonne avant le génocide. Nous nous entendions bien avec les voisins et les amis. Nous avions une bonne vie à part des petits problèmes. Nous étions à la maison. Nous étions avec nos proches, avec nos voisins. À cette époque, DAECH était un sujet populaire partout. Les nouvelles rapportaient que « DAECH est entré dans Mossoul… DAECH est entré dans Maxmur ». Nous suivions les nouvelles. Nous dormions dans nos maisons avec peur et nous pensions que si DAECH venait à Shengal, il ne viendrait pas pour nous, mais pour les forces militaires. Nous pensions que si DAECH venait, les peshmerga étaient là, les Irakiens étaient là, ils se battraient et nous protégeraient. Si nous avions su que cela allait arriver, nous serions partis plus tôt, mais il n’y avait plus personne, tout le monde s’est dispersé. »
 
« Nous étions 14 personnes, toutes capturées par DAECH »
 
Feyziye, qui s’est mariée à l’âge de 17 ans, avait déjà trois enfants trois ans avant le génocide. Le mari de Feyziye est parti travailler à Duhok quelques jours avant le génocide, tandis que Feyziye est restée avec ses trois enfants et sa belle-mère. Elle continue de parler à voix basse sans se départir de sa timidité :
 
« Tout était très difficile le jour du génocide. Après avoir fait l’expérience de la trahison de nos voisins, nous sommes allés désespérément à Shengal, et de là dans les zones de Kandil et Çilmera de Shengal. À 8 heures du matin, DAECH est entré dans Shengal. Nous sommes arrivés trop tard. Des membres de DAECH nous ont poursuivis et capturés. Nous étions 14 personnes : moi et mes 3 enfants, ma belle-mère, ma belle-sœur et ses 5 enfants, ma sœur, la fille de mon beau-frère et le fils de mon oncle, qui conduisait notre voiture. Ensuite, un grand nombre de membres de DAECH sont venus et nous ont arrêtés. Ils ont séparé les hommes, les femmes et les enfants. Ils ont pris nos téléphones, notre or et notre argent. »
 
« Ils emmenaient les plus belles femmes yézidies »
 
« Puis ils nous ont fait monter de force dans des voitures et nous ont emmenés au bâtiment du bureau d’enregistrement de Shengal. C’était un bâtiment à deux étages. Ils ont mis les hommes en haut et les femmes en bas. Chaque jour, ils venaient et nous enlevaient de belles filles. Nous sommes restés là pendant trois jours. Puis ils nous ont sorties de Shengal. Ils ont laissé les hommes et n’ont pris que les femmes. Nous sommes restés là pendant cinq jours et lorsque les avions de chasse ont commencé à bombarder cette zone, ils nous ont emmenés à la prison de Badush, dans la ville de Badush, entre Shengal et Tal Afar. Nous y sommes restés 13 jours. Après Badush, ils nous ont emmenés dans une école à Tal Afar et nous y ont gardés pendant 23 jours. Pendant cette période, ils nous ont torturés tous les jours. Ils ne servaient que deux repas, une petite quantité de nourriture. Nos enfants et nous, nous avions peur, nous savions que nous serions tués. Nous voulions tous mourir le plus vite possible. Nous frissonnions quand ils choisissaient de belles filles parmi nous. Les belles femmes parmi nous se cachaient le visage. Il y avait des femmes qui se blessaient le visage. Ces longs couloirs ont résonné pendant un moment des cris de ces femmes lorsque chaque fille était emmenée. Personne n’a su ce qui est arrivé à ces filles. Ils ont aussi torturé des vieilles femmes.
 
Ils nous torturaient aussi. J’avais surtout peur qu’ils fassent du mal à mes enfants. Ils prenaient généralement les enfants, mais ils ne prenaient pas les petits enfants qui étaient dans les bras de leur mère. Mes enfants étaient si jeunes qu’ils ne me les ont pas enlevés. Je donnais constamment le sein à l’un d’eux pour le garder près de moi et ne pas entendre les cris des femmes yazidies. Après un certain temps, ils sont venus et ont demandé : « Qui reste ici en tant que famille ? » Ils ont séparé les familles et les ont installées dans des maisons à Tal Afar. Dans ces maisons, [les familles yézidies] devaient s’occuper des moutons et des vaches pour les membres de DAECH et devenir leurs esclaves. Je voulais qu’ils me prennent aussi, mais mon mari n’était pas avec moi. Peu importe ce que je faisais, ils ne me prenaient pas. Devenir esclave des membres de DAECH n’était rien comparé à ce qu’ils nous ont fait, et j’étais prête à faire n’importe quoi pour protéger mes enfants.
 
« J’ai percé mon visage pour qu’ils ne m’emmènent pas »
 
Quant à celles qui n’avaient pas de conjoint, on nous a laissées à l’école de Tal Afar. Chaque jour, ils venaient et emmenaient les femmes, et j’ai senti que c’était mon tour. Je ne savais pas quoi faire. Je me suis percé le visage avec une aiguille que j’avais gardée avec moi. Après avoir fait beaucoup de trous sur mon visage, de mes joues aux coins de mes yeux, j’ai appliqué de la suie dessus. J’ai essayé de remplir les trous avec la suie que j’avais mise sur mon visage pour créer une apparence laide. J’ai changé mon visage. C’était très douloureux pour moi, mais il aurait été plus douloureux que mes enfants me soient enlevés et j’étais prête à endurer n’importe quelle douleur. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici