ROJAVA. De plus en plus de femmes kurdes prennent les armes

0
207
SYRIE / ROJAVA – Les unités entièrement féminines kurdes (YPJ) ont vu de nouveau le nombre augmenté ces dernières années, de nombreuses femmes se joignant à l’appel aux armes malgré les risques encourus.
 
Zeynab Serekaniye, une femme kurde au sourire béant et au comportement chaleureux, n’aurait jamais imaginé qu’elle rejoindrait une milice.
 
La jeune femme de 26 ans a grandi à Ras al-Ayn, une ville du nord-est de la Syrie. Seule fille d’une famille de cinq personnes, elle aimait se battre et porter des vêtements de garçons. Mais lorsque ses frères ont pu aller à l’école et elle ne l’a pas fait, Serekaniye n’a pas contesté la décision. Elle savait que c’était la réalité des filles de la région. Ras al-Ayn (Serê Kaniyê) était un endroit vert et paisible, alors Serekaniye a travaillé dans le maraichage avec sa mère.
 
Cela a changé le 9 octobre 2019, quelques jours après que l’ancien président américain Donald Trump a annoncé que les troupes américaines se retireraient du nord-est de la Syrie, où elles s’étaient alliées aux forces dirigées par les Kurdes pendant des années. Une Turquie nouvellement habilitée, qui considère les Kurdes apatrides comme une menace existentielle et dont les groupes affiliés sont en guerre depuis des décennies, a immédiatement lancé une offensive sur les villes frontalières détenues par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, dont Ras al-Ayn.
 
Juste après 16 heures ce jour-là, dit Serekaniye, les bombes ont commencé à tomber, suivies par le bruit sourd et sourd des tirs de mortier. Le soir, Serekaniye et sa famille s’étaient enfuis dans le désert, où ils ont vu leur ville partir en fumée. « Nous n’avons rien emporté avec nous. Nous avions une petite voiture, alors comment pouvons-nous prendre nos affaires et laisser les gens ? » dit-elle. Alors qu’ils s’enfuyaient, elle a vu des cadavres dans la rue. Elle apprit bientôt qu’un oncle et un cousin étaient parmi eux. Leur maison deviendrait des décombres.
 
Après que la famille de Serekaniye a été forcée de se réinstaller plus au sud, elle a surpris sa mère fin 2020 en disant qu’elle souhaitait rejoindre les Unités de protection des femmes (YPJ). La milice entièrement féminine dirigée par les Kurdes a été créée en 2013 peu de temps après leurs homologues masculins, les Unités de protection du peuple (YPG), prétendument pour défendre leur territoire contre de nombreux groupes, dont l’État islamique (Isis). Les YPG ont également été liés à des violations systématiques des droits humains, notamment l’utilisation d’enfants soldats, des déplacements forcés et des pillages.
 
La mère de Serekaniye a contesté sa décision, car deux de ses frères risquaient déjà leur vie dans les YPG.
 
Mais Serekaniye était impassible. «Nous avons été poussés hors de nos terres, alors maintenant nous devons aller défendre nos terres. Avant, je ne pensais pas comme ça. Mais maintenant, j’ai un but – et une cible», dit-elle.
 
Serekaniye est l’une des quelque 1 000 femmes syriennes à s’être enrôlées dans la milice au cours des deux dernières années. Beaucoup se sont joints à la colère contre les incursions de la Turquie, mais ont fini par rester.
 
«Dans les discussions [en grandissant], c’était toujours, ‘si quelque chose arrive, un homme le résoudra, pas une femme’. Maintenant, les femmes peuvent se battre et protéger leur société. C’est ce que j’aime», explique Serekaniye.
 
Selon les YPG, une augmentation du recrutement a également été favorisée par la réticence croissante et la prise de conscience des inégalités et de la violence entre les sexes enracinées au cours des dernières années. En 2019, l’Administration autonome kurde du nord et de l’est de la Syrie a adopté une série de lois pour protéger les femmes, notamment l’interdiction de la polygamie, des mariages d’enfants, des mariages forcés et des crimes dits « d’honneur », bien que nombre de ces pratiques se poursuivent. Environ un tiers des officiers asayish des services de sécurité kurdes de la région sont désormais des femmes et une représentation féminine de 40 % est requise au sein du gouvernement autonome. Un village de femmes uniquement , où les résidentes peuvent vivre à l’abri de la violence, a été construit, évacué après les bombardements à proximité et réinstallé à nouveau.
 
Pourtant, les preuves de la violence généralisée à laquelle les femmes continuent de faire face sont abondantes dans les Mala Jin locaux , ou « maison des femmes », qui offrent un refuge et également une forme d’arbitrage local pour les femmes dans le besoin à travers la Syrie. Depuis 2014, 69 de ces maisons ont ouvert leurs portes, le personnel aidant toute femme ou tout homme qui vient avec des problèmes auxquels ils sont confrontés, notamment des problèmes de violence domestique, de harcèlement sexuel et de viol, et les crimes dits « d’honneur », souvent en liaison avec les autorités locales. tribunaux et les unités féminines de l’agence de renseignement Asayish pour résoudre les cas.
 
Par une journée ensoleillée de mai, trois femmes affolées arrivent en succession rapide dans un centre de Mala Jin dans la ville de Qamishli, au nord-est. La première femme, qui porte une lourde abaya verte, dit au personnel que son mari est à peine rentré à la maison depuis qu’elle a accouché. La seconde femme arrive avec son mari, demandant le divorce ; sa longue queue de cheval et ses mains tremblent alors qu’elle décrit comment il l’avait autrefois battue jusqu’à ce qu’elle doive se faire avorter.
 
La troisième femme a le visage pâle et une robe ample, des chiffons enroulés autour de ses mains. Sa peau est rose cru et noire à cause de brûlures qui couvrent une grande partie de son visage et de son corps. La femme décrit au personnel comment son mari l’a battue pendant des années et a menacé de tuer un membre de sa famille si elle le quittait. Après qu’il lui ait versé de la paraffine un jour, dit-elle, elle a fui sa maison ; il a ensuite engagé des hommes pour tuer son frère. Après le meurtre de son frère, elle s’est immolée par le feu. « Je suis fatiguée », dit-elle.
 
Le personnel de Mala Jin, toutes des femmes, exprime sa désapprobation lorsqu’elle parle. Ils notent soigneusement les détails de son récit, lui disent qu’ils doivent prendre des photos et expliquent qu’ils prévoient d’envoyer les documents au tribunal pour aider à assurer son arrestation. La femme hoche la tête puis s’allonge sur un canapé, épuisée.
 
Behia Murad, directrice du Qamishli Mala Jin, une femme âgée aux yeux bienveillants vêtue d’un hijab rose, a déclaré que les centres de Mala Jin ont traité des milliers de cas depuis leur création et, bien que les hommes et les femmes se plaignent, « toujours la femme est la victime ».
 
Un nombre croissant de femmes visitent les centres Mala Jin. Le personnel affirme que cela ne représente pas une augmentation de la violence à l’égard des femmes dans la région, mais que davantage de femmes exigent l’égalité et la justice.
 
Les YPJ sont très conscientes de ce virage et de son potentiel en tant qu’outil de recrutement. « Notre objectif n’est pas seulement de lui faire tenir son arme, mais de les informer [concernant les violences masculines et les droits des femmes] », explique Newroz Ahmed, commandante générale des YPJ.
 
Pour Serekaniye, ce n’était pas seulement qu’elle pouvait se battre, c’était aussi le mode de vie que les YPJ semblaient offrir. Au lieu de travailler dans les champs ou de se marier et d’avoir des enfants, les femmes qui rejoignent les YPJ parlent des droits des femmes tout en s’entraînant au maniement d’une grenade propulsée par fusée. Ils sont découragés, mais pas interdits, d’utiliser des téléphones ou de sortir ensemble et on leur dit à la place que la camaraderie avec d’autres femmes est désormais au centre de leur vie quotidienne.
 
La commandante Ahmed, à la voix douce mais au regard imposant, estime que la taille actuelle de la milice féminine est d’environ 5 000. C’est la même taille que le YPJ était au sommet de sa bataille contre Isis en 2014 (bien que les médias aient déjà rapporté un nombre gonflé). Si la force continue du YPJ est une indication, ajoute-t-elle, l’expérience menée par les Kurdes est toujours en plein essor.
 
Le nombre reste élevé malgré le fait que le YPJ a perdu des centaines, sinon plus, de ses membres au combat et n’accepte plus les femmes mariées (la pression pour se battre et élever une famille est trop intense, dit Ahmed). Les YPJ affirment également qu’ils n’acceptent plus les femmes de moins de 18 ans après d’intenses pressions de l’ONU et des groupes de défense des droits humains pour arrêter l’utilisation d’enfants soldats ; bien que la plupart des femmes que j’ai rencontrées aient rejoint en-dessous de cet âge, bien qu’il y ait des années.
 
En traversant le nord-est de la Syrie, il n’est pas étonnant que tant de femmes continuent de se joindre, étant donné les images omniprésentes de femmes shahids (martyres) souriantes, ou martyres. Les combattantes tombées au combat sont commémorées sur des panneaux d’affichage colorés ou avec des statues fièrement dressées aux ronds-points. Les cimetières tentaculaires sont remplis de shahids, de plantes luxuriantes et de roses poussant sur leurs tombes.
 
La lutte contre la Turquie est l’une des raisons de maintenir les YPJ, a déclaré Ahmed, qui s’est exprimé depuis une base militaire à al-Hasakah, le gouvernorat du nord-est où les troupes américaines sont revenues après l’élection de Joe Biden. Elle prétend que l’égalité des sexes est l’autre. « Nous continuons de constater de nombreuses violations [de la loi] et des violations contre les femmes » dans la région, dit-elle. « Nous avons encore la bataille contre la mentalité, et c’est encore plus dur que la militaire. »
 
Tal Tamr, la base des YPJ où Serekaniye est stationné, est une ville historiquement chrétienne et quelque peu endormie. Les Bédouins gardent des moutons à travers les champs, les enfants marchent bras dessus bras dessous dans les ruelles du village et des tempêtes de poussière lentes et accumulées se produisent régulièrement l’après-midi. Pourtant, les intérêts kurdes, américains et russes sont tous présents ici. Sosin Birhat, le commandant de Serekaniye, dit qu’avant 2019, la base des YPJ à Tal Tamr était minuscule ; maintenant, avec plus de femmes qui se joignent, elle le décrit comme un régiment complet.
 
La base est un bâtiment en stuc beige d’un étage autrefois occupé par le régime syrien. Les femmes cultivent des fleurs et des légumes dans le terrain accidenté à l’arrière. Ils n’ont pas de signal pour leurs téléphones ou le pouvoir d’utiliser un ventilateur, même dans la chaleur étouffante, alors ils passent le temps pendant leurs jours de congé, loin de la ligne de front, à se battre dans l’eau, à fumer en chaîne et à boire du café et du thé sucrés.
 
Pourtant, la bataille est toujours dans leurs esprits. Viyan Rojava, un combattant plus aguerri que Serekaniye, parle de reprendre Afrin. En mars 2018, la Turquie et les rebelles de l’Armée syrienne libre qu’elle soutenait, ont lancé l’opération Olive Branch pour capturer le district du nord-est apprécié pour ses champs d’oliviers.
 
Khatoon Khider dans l’uniforme de son unité peshmerga se tient au milieu des décombres du marché de Sinjar.
Femmes guerrières : l’extraordinaire histoire de Khatoon Khider et de ses Filles du Soleil
Lire la suite
Depuis l’occupation turque d’Afrin, des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées – dont la famille du Rojava – et plus de 135 femmes sont toujours portées disparues, selon les médias et les groupes de défense des droits humains . « Si ces personnes viennent ici, elles nous feront la même chose », déclare le Rojava, tandis que d’autres combattantes acquiescent de la tête. « Nous n’accepterons pas cela, alors nous tiendrons nos armes et nous nous dresserons contre elles. »
 
Serekaniye écoute attentivement pendant que Rojava parle. Depuis cinq mois qu’elle a rejoint les YPJ, Serekaniye s’est transformée. Lors d’un entraînement militaire en janvier, elle s’est cassée une jambe en essayant d’escalader un mur ; maintenant, elle peut facilement manipuler son arme.
 
Pendant que Rojava parle, le talkie-walkie assis à côté d’elle crépite. Les femmes de la base étaient appelées au front, non loin de Ras al-Ayn. Il y a peu de combats actifs ces jours-ci, mais ils maintiennent leurs positions en cas d’attaque surprise. Serekaniye enfile sa veste pare-balles, attrape sa kalachnikov et une ceinture de balles. Puis elle monte dans un SUV en direction du nord et s’éloigne à toute vitesse.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici