TURQUIE. Attaque armée contre une famille kurde à Ankara: 4 blessés

0
437
ANKARA – Il ne passe pas une seul jour sans qu’on assiste à des attaques fascistes visant les Kurdes en Turquie. Même quand il y a des morts ou des blessés côté kurde, la police et la « justice » turque protègent les criminels, mais jamais les victimes car ils sont Kurdes donc « terroristes ».

4 Kurdes ont été blessés lors d’une attaque armée contre une famille kurde devant l’autel d’Ankara / Altındağ où la famille sacrifiait un animal pour l’Aïd al-Adha. 2 des blessés sont dans un état grave. La famille kurde a subi des violences policières devant l’hôpital et empêchée d’entrer dans le village.
 
Une bagarre a éclaté entre deux familles dans l’autel du village Altındağ, à Ankara. 4 personnes de la famille Boztaş ont été blessées dans l’attaque menée par 150 fascistes turcs. Ferit et Feyyaz, Tuncer et Halis Boztaş qui ont été grièvement blessés à la suite de l’attaque, ont été hospitalisés. 
Les assaillants ont été protégés par la police
S’adressant à l’agence Mezopotamya, Ferhat Boztaş, un membre de la famille kurde, a déclaré qu’une bagarre avait éclaté avec une famille originaire de Kırıkkale après avoir disposé du fumier dans une zone située entre leur ferme et l’autre famille. Déclarant que la famille de Kırıkkale les a insultés et attaqués, Boztaş a déclaré : « Au moins 150 personnes nous ont attaqués. 4 d’entre eux ont tiré sur nous. 4 de mes frères ont été blessés. Ils sont remplis de haine. Tuer tous les Kurdes ne leur suffirait pas. »
Boztaş a déclaré que bien que 4 membres de sa famille aient été blessés, la police a protégé la famille qui les a atatqués.
Des proches des victimes ont été attaqués par la police turque
Déclarant que la police leur a dit de se disperser alors qu’ils attendaient devant l’hôpital leurs proches, Boztaş a déclaré qu’ils avaient été à nouveau attaqués devant l’hôpital, cette fois par les forces de l’ordre. Boztaş a déclaré : « Mon frère était assis sur un banc devant l’hôpital. Ils ont d’abord essayé de retirer mon frère du terrain et ont attaqué alors qu’il ne bougeait pas. Nous avons participé à la bagarre afin de protéger mon frère. Police nous ont attaqués avec des gaz lacrymogènes et des matraques. J’ai encore des bleus sur le corps. Ensuite, plusieurs membres de ma famille ont été arrêtées par la police. »
La famille a été empêchée d’entrer dans le village
L’un des témoins, Aydın Yıldız, a déclaré qu’après l’attaque, les proches de la famille kurde ont été bloqués à l’entrée du village par la gendarmerie et ils n’ont pas été autorisés à entrer dans le village. 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici