Que signifierait la reconnaissance officielle du Rojava pour la Syrie du Nord et de l’Est?

0
383
L’Administration autonome du Rojava recherche une reconnaissance internationale dans le but de consolider son règne dans le nord-est de la Syrie, une demande [légitime] vue d’un mauvais œil par ses détracteurs locaux, sans parler de la Turquie et d’autres États régionaux agissant activement pour mettre fin à l’autonomie kurde…
 
Dimanche soir, des responsables de l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES), dominée par les Kurdes, ont appelé l’ONU à reconnaître l’organisme politique naissant en tant qu’entité politique autonome.
 
Elham Ahmad, la présidente du conseil exécutif du Conseil démocratique syrien (CDS) qui gouverne l’AANES, a demandé que l’AANES soit incluse dans tout dialogue concernant l’avenir politique du pays.
 
Les militants ont également lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour soutenir l’appel à la reconnaissance de l’AANES sous le hashtag #Status4NorthAndEastSyria.
 
L’appel à la reconnaissance internationale est venu alors que l’AANES célébrait le 9e anniversaire de ce qu’elle appelle la Révolution du Rojava, lorsque les Kurdes syriens ont formé ce qui deviendrait bientôt l’Administration autonome.
 
Implications internationales
 
L’AANES, bien que ne jouissant d’aucun statut officiel dans la communauté internationale, joue un rôle important en Syrie et dans les calculs géopolitiques de la région.
 
L’organe politique contrôle environ un tiers du territoire syrien, dans lequel plus de 70 pour cent des récoltes de blé de la Syrie sont cultivées et la grande majorité du pétrole du pays est concentrée. L’AANES, par l’intermédiaire de son bras militaire, les Forces démocratiques syriennes (FDS), a également mené la charge pour reprendre le nord-est de la Syrie à l’ État islamique (EI), et continue de mener des raids anti-EI aux côtés de la coalition anti-EI dirigée par les États-Unis.
 
Pourtant, le manque de reconnaissance officielle de l’AANES crée des défis considérables pour l’autorité. Le principal d’entre eux est le manque de capacité à rapatrier ou à juger les quelque 43 000 anciens membres étrangers de l’EI et les membres de leur famille qui croupissent dans des camps et des prisons dans le nord-est de la Syrie.
 
La détention de ces dizaines de milliers d’individus est non seulement une préoccupation pour les droits humains en raison des conditions de vie désastreuses des camps dans lesquels elles sont détenues, mais aussi un énorme fardeau financier pour l’autorité politique de plus en plus à court d’argent.
 
L’AANES a demandé que ces étrangers soient rapatriés par leur pays d’origine, mais à quelques exceptions près, les États ont pour la plupart refusé les demandes de rapatriement. Plusieurs de ces États ont justifié l’absence de rapatriement en expliquant qu’ils n’ont pas de relations officielles avec l’AANES et que si leurs citoyens demandent le rapatriement, ils devront le demander à l’ambassade la plus proche, qui se trouve en Irak.
 
L’AANES a appelé à un tribunal international pour juger les anciens combattants de l’EI – étrangers et locaux – en vain. L’un des principaux obstacles à un futur tribunal est le fait que l’AANES est un acteur non étatique . Tout tribunal de ce type se déroulant sur le territoire syrien aurait besoin de l’autorisation de Damas – qui ne coopérera probablement pas sans des concessions importantes de la communauté internationale.
 
Implications locales
 
Tout aussi important pour l’impact que la reconnaissance officielle aura sur les relations de l’AANES avec les acteurs externes est la façon dont elle affectera ses relations avec les autres acteurs révolutionnaires syriens et Damas elle-même.
 
L’AANES et tous ses organes politiques affiliés ont été sensiblement exclus du comité constitutionnel de l’ONU, qui est une série de dialogues entre l’opposition et le régime syriens destinés à produire une nouvelle constitution.
 
Le comité constitutionnel, bien que désormais considéré comme mort à l’arrivée après cinq séries de discussions non concluantes, est en théorie le fondement de toute solution politique de la guerre civile syrienne en vertu de la résolution 2254 de l’ONU sur la sécurité.
 
L’exclusion de l’autorité politique dirigée par les Kurdes est principalement due à deux facteurs.
 
Le premier est la mésentente entre la Coalition nationale des forces de la révolution et de l’opposition syriennes et l’AANES.
 
Le premier considère que l’autorité politique dirigée par les Kurdes compromet les objectifs révolutionnaires de l’opposition syrienne pour assurer sa propre autonomie, tandis que l’AANES considère que l’opposition syrienne coopère avec la Turquie pour affaiblir l’autorité. L’AANES considère également qu’une grande partie de l’opposition est infiltrée par des groupes islamiques radicaux, comme Hayat Tahrir al-Sham (HTS).
 
Le deuxième facteur est l’objection turque à l’inclusion de l’AANES dans le processus de dialogue de l’ONU. Ankara considère l’AANES comme étant dominé par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui a mené une guerre séparatiste intermittente avec la Turquie au cours des 40 dernières années. Une grande partie de la Coalition nationale est basée en Turquie et suit donc la ligne d’Ankara en ce qui concerne l’AANES et les FDS.
 
Dans les deux scénarios, une reconnaissance politique officielle de l’AANES rend plus probable leur inclusion dans les futurs pourparlers du comité constitutionnel.
 
La reconnaissance de l’autorité « mettrait certainement l’Administration autonome dans une position plus forte dans ses négociations avec le régime », a déclaré Bazad Amou, un employé du bureau des médias de la DDC, au New Arab.
 
L’AANES négocie actuellement avec Damas pour obtenir son statut d’autonomie au sein de la Syrie, bien que les négociations n’aient pas sensiblement progressé depuis les efforts renouvelés à l’automne 2019 à la suite de l’opération turque dans le nord-est de la Syrie.
 
« Le régime considère la solution comme la réconciliation et l’acceptation de ses conditions sans céder à aucune des exigences du peuple syrien. La reconnaissance internationale empêche le régime d’aller trop loin et de réaliser son ambition militaire de reprendre le contrôle [dans le nord-est de la Syrie] », a expliqué Amou.
 
L’AANES est-elle la représentante de la Syrie du Nord et de l’Est ?
 
Bien que les militants et les responsables militant pour la reconnaissance de l’AANES en tant qu’entité politique aient chanté ses louanges en tant qu’autorité politique démocratique et multiethnique qui respectait les droits des différentes populations ethniques et religieuses vivant sous son contrôle, l’appel à la reconnaissance n’est pas venu sans sa controverse.
 
« Les FDS sont contrôlées par les Kurdes sans aucune participation réelle des autres communautés, et jusqu’à présent, la plupart des projets de services dans la région étaient mis en œuvre par des ONG, pas par [AANES] », Hussam Hammoud, journaliste et militant de Raqqa.
 
L’AANES administre le nord-est de la Syrie à travers un réseau de conseils de gouvernance locaux et de ministères. À chaque niveau de gouvernance, les instances politiques doivent adhérer au système de co-présidence paritaire, assuré par un.e Arabe et un.e Kurde.
 
Selon Hammoud, une grande partie des dirigeants arabes de l’AANES sont « des façades engagées pour fabriquer la participation arabe à l’AANES », alors qu’en fait « elles n’ont rien à voir avec la prise de décision ». Il a souligné une enquête qu’il a menée, qui allègue que le PKK et les FDS contrôlent des éléments clés de la vie civique et politique de Raqqa en nommant des Arabes comme façades d’organes civiques et politiques alors qu’ils dirigent toujours le spectacle dans les coulisses.
 
Il existe depuis longtemps des tensions entre les AANES et les populations tribales, majoritairement arabes, du nord-est de la Syrie.
 
À l’été 2020, ce conflit a éclaté au grand jour après l’assassinat d’un certain nombre de cheikhs tribaux de la province de Deir az-Zour. La tribu touchée, les Aqidat, a menacé d’une guerre ouverte contre les FDS s’ils ne se retiraient pas de la province orientale.
 
Pour apaiser ces tensions, l’AANES a organisé une série de consultations avec les éléments tribaux sur l’ensemble du territoire, qui ont abouti à une liste de réformes. En outre, il a promis une certaine forme d’autonomie politique pour Deir az-Zour, bien que l’on ne sache toujours pas en quoi consiste cette décentralisation en pratique.
 
Bien que l’AANES et ses partisans la décrivent comme « protégeant » les droits et assurant l’égalité de tous les constituants du nord-est de la Syrie, comme l’a dit Amou, ses détracteurs détesteraient qu’elle devienne l’autorité internationalement reconnue de la région.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici