Il y a 106 ans, l’Empire ottoman massacrait plus de 500 000 Chaldéens, Syriaques, Assyriens et Araméens

0
422
LE GENOCIDE DE SEYFO – Entre 1914 et 1915, les Ottomans ont massacré plus de 500 000 Chaldéens, Syriaques, Assyriens et Araméens (en plus du génocide des Grecs Pontiques et celui des Arméniens qui a été reconnu par certains États récemment). Les descendants de ces peuples massacrés demandent à la communauté internationale de reconnaitre le génocide de Seyfo (ou Sayfo) plus de 100 ans après les faits.
 
A partir de 1914 et dans les années suivantes, les peuples chaldéen, syriaque, assyrien et araméen de l’Empire ottoman ont été soumis au génocide, aux massacres, aux déportations et à l’islamisation forcée. En outre, des centaines d’églises, de monastères et de lieux saints ont été pillés et détruits, des biens culturels, sociaux et économiques ont été saisis et changés de main par la domination ottomane et turque et leurs alliés locaux, et le génocide se poursuit sur les populations autochtones.
Pendant le génocide de 1915, les Arméniens, les Pontiques grecs et les peuples chaldéens-syriaques-assyriens et arabes, à savoir les entités chrétiennes, ont été pris pour cible et leur présence millénaire a été démolie. Le génocide de 1915 connu sous le nom de « Sayfo » qui signifie « épée » en araméen) et a causé la mort de 500 000 Chaldéens, Syriaques, Assyriens et Araméens, notamment des femmes, des enfants et des civils innocents. En commençant par les dirigeants communautaires et les intellectuels, un génocide a eu lieu dans les région de Tur Abdin, Hakkari, Van, Adiyaman et Ourmia, essentiellement dans les régions kurdes de l’Empire ottoman.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici