« Le bombardement d’Afrin avant la réunion de l’OTAN est un complot de l’Etat turc »

0
685

SYRIE / ROJAVA – La politicienne kurde, Ilham Ahmed a expliqué qu’avant la réunion de l’OTAN, la Turquie a voulu créer un nouveau complot en bombardant la ville d’Afrin mais qu’elle n’a pas réussi, ajoutant que la Turquie souhaite exploiter les événements de Manbij et le bombardement d’Afrin pour réintroduire son projet de zone tampon en Syrie lors de la réunion de l’OTAN.

Commentant les récents événements tels que le bombardement de l’hôpital de la ville d’Afrin, les événements dans la ville de Manbij, les menaces turques et le retour des tensions et des combats sur le front d’Idlib, Ilham Ahmed a déclaré qu’ils faisaient partie des plans de la Turquie visant à réintroduire la « zone tampon ».

Membre de l’organe exécutif du Conseil démocratique syrien, Ilham Ahmed a répondu aux questions de l’agence ANHA.

« Une attaque planifiée d’Afrin entre la Turquie et le gouvernement de Damas pour accuser les FDS. La ville d’Afrin a été ciblée avant la réunion de l’OTAN et l’État turc n’a pas atteint ce qu’il veut occuper plus de terres syriennes dans le nord et l’est de la Syrie jusqu’à la ville d’Alep, mais ses plans n’ont pas réussi à atteindre ce qu’il voulait, Erdogan cherche par des déclarations à construire une « zone tampon » dans le nord de la Syrie pour ramener ce dossier sur la table de l’OTAN, et pour accepter cette demande, il a lancé une attaque sur la ville occupée d’Afrin.

Cela a été convenu entre le gouvernement de Damas et la Turquie, ou entre les mercenaires et le gouvernement de Damas, et le résultat est l’attaque planifiée pour accuser les Forces démocratiques syriennes d’avoir ciblé l’hôpital, et pour utiliser ce dossier à la table de l’OTAN en essayant d’arrêter les États-Unis et les forces de la coalition leur soutien aux FDS, et c’est ce que la Turquie vise.

L’État turc insiste pour accuser les FDS d’avoir lancé ces attaques pour dire que les zones contrôlées par les FDS ne sont pas sûres, que les civils sont pris pour cible, et que ces zones doivent donc être remises à la Turquie », a déclaré Ahmed.

La Turquie cherche à réintroduire le projet de « zone tampon »

Parlant des récents événements à Manbij et du retour du président turc Erdogan, Ahmed a déclaré que « ses menaces d’occuper Manbij ont confirmé que « la Turquie souhaite jusqu’à présent occuper Manbij et, d’autre part, le gouvernement de Damas cherche à contrôler Manbij.

Le gouvernement de Damas a cherché, à travers le dossier des élections, à gagner la cordialité du monde, mais pas à atteindre ses moyens, et à gagner sa légitimité dans la région, à récupérer les zones qui échappent à son contrôle.

Le gouvernement de Damas et la Turquie ont également cherché à s’appuyer sur les récents événements à Manbij, cette dernière essayant apparemment de qualifier ces événements de » soulèvement civil contre l’administration de Manbij, « ainsi que de les utiliser comme une feuille de pression lors de la réunion de l’OTAN, et de dire que la population de la région ne souhaite pas prendre le contrôle des Forces démocratiques syriennes. »

Ilham Ahmed a noté que « lors des réunions entre la Russie et son homologue américain dans les prochains jours, il y aura des discussions sur divers dossiers et questions, qui sont des comptes et des cartes sur les zones administrées par AANES et les Forces démocratiques syriennes.

Ces parties cherchent à acquérir le dossier en faveur de son bénéfice, en frappant la stabilité au contrôle de la région officiellement. »

« L’attaque du front d’Idlib est un avertissement pour la Turquie »

Quant à la résurgence des tensions, des bombardements et des combats sur les fronts de la province d’Idlib, Alham a déclaré : « Une grande partie de la ville d’Idlib est sous le contrôle d’Al-Qaïda, et une grande partie de la population civile n’est pas loyale à Al-Qaïda, tout en rejetant le contrôle du gouvernement de Damas et de l’État turc, tandis qu’une autre partie lui est loyale.

Il y a eu des accords entre la Russie et la Turquie sur la ville d’Idlib, et l’Amérique et l’Europe ne peuvent être exclues de ces accords, jusqu’à présent aucun cessez-le-feu n’a été déclaré. »

Ilham a souligné qu’avant la réunion de l’OTAN, le gouvernement de Damas et l’État turc avaient ravivé ce front, alors que la Turquie se trouve désormais sur deux fronts, d’un côté face à l’OTAN et de l’autre contre son allié russe.

Ilham a déclaré : « Les seules victimes de ces conventions sont les civils innocents, et pour mettre un terme aux politiques de vente et d’approvisionnement, il faut que les guerres et le ciblage des civils cessent. »

Elle a conclu en disant : « S’il s’agit d’Idlib ou de toute autre zone, les civils doivent être protégés, tout comme le retour des habitants de la Ghouta dans leurs zones et ainsi assurer le retour des habitants d’Afrin dans leurs foyers. »

ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici