« Angela, tes amis turcs sont des gangsters »

0
1158
Une analyse des aveux du chef de la mafia turque Sedat Peker qui dévoile les liens entre l’État turc et la mafia, ainsi que les groupes terroristes en Syrie (des liens qui seraient connus de l’Occident) par le journaliste kurde Firaz Amargi.
 

Les proverbes sont des expressions d’expériences sociales profondes. Ils contiennent le pouvoir et la sagesse des connaissances acquises au cours des siècles et des millénaires. Cela s’applique également au proverbe si souvent utilisé : « Dis-moi qui sont tes amis et je te dirai qui tu es. »

Récemment, la presse internationale a également repris ce qui a été intensément discuté en Turquie depuis plus d’un mois : les aveux du fasciste et chef de gang Sedat Peker. En huit vidéos, Peker – lui-même partisan déclaré de l’idéologie panturque Turan, qui a passé plusieurs années en prison en tant que membre d’Ergenekon – a une fois de plus mis en lumière le vrai visage de l’État turc. Il a identifié quels députés, membres du gouvernement et bureaucrates de l’État ont violé des femmes, organisé le trafic de drogue en Turquie ou fourni des armes à l’EI et à Al-Nosra en Syrie ces dernières années.

Ce qui est particulièrement intéressant dans les confessions de Sedat Peker pour le public international, c’est qu’il tient également un miroir pour les gouvernements d’Allemagne, d’Angleterre et des États-Unis. Quels mots peut-on utiliser pour décrire les personnes qui entretiennent des relations étroites avec des violeurs, des meurtriers, des trafiquants de drogue et des islamistes ? Alors quand Angela Merkel ou Heiko Maaß voyagent en Turquie ou reçoivent Erdogan et Cavusoglu à Berlin, quels mots peut-on utiliser pour en parler ?

Sedat Peker parle d’une jeune femme de 21 ans du Kazakhstan qui a été violée et assassinée par un cadre de l’État turc. Il mentionne une marina dans le centre touristique de Bodrum, dans le sud de la Turquie, par laquelle des tonnes de drogues sont introduites en Turquie en provenance d’Amérique du Sud. Cette liste pourrait être continuée presque à l’infini. Exactement avec cette Turquie – une structure étatique composée de gangs fascistes, qui cachent leur vrai visage sous des noms de parti et des titres de fonction à consonance officielle – depuis plusieurs mois maintenant, les représentants du gouvernement allemand et de l’UE insistent sur un « agenda positif ». Dans quelques jours, Erdogan rencontrera Angela Merkel, Joe Biden et Boris Johnson au sommet de l’OTAN à Bruxelles et s’assurera de leur soutien au fascisme et à la guerre en Turquie. Plus particulièrement, il insistera pour obtenir encore plus de soutien militaire et économique à l’occupation turque du Kurdistan du Sud. Car malgré les armes chimiques, des milliers de frappes aériennes et l’utilisation de mercenaires islamistes, les attaques turques là-bas, qui durent depuis six semaines, progressent lentement ou pas.

Alors si les amis d’Angela Merkel sont des gangsters, des violeurs, des meurtriers et des trafiquants de drogue, qu’est-ce que la chancelière allemande ? Pour le dire un peu plus généralement : si la nature de l’État turc est telle, qu’en est-il de la culture d’État de son proche partenaire, l’Allemagne ? Un bref aperçu de l’évaluation d’Abdullah Öcalan des relations historiques entre l’Allemagne et la Turquie peut aider : « Une pratique similaire à celle des soi-disant « Turcs blancs » peut être observée en même temps dans les nations (nations étatiques, nations développées par les États , et les États qui ont émergé sur la base du nationalisme) qui ont tardé à faire partie de la modernité capitaliste – en particulier l’Allemagne, l’Italie et le Japon. Les cadres bureaucratiques du mouvement « İttihat et Terakki » voulaient également former un État à partir du nationalisme turc Ce faisant, ils considéraient leurs partenaires allemands de la Première Guerre mondiale et leur nationalisme et militarisme allemands comme leur fondement. Ils étaient non seulement très similaires ou congruents avec le nationalisme nazi, mais faisaient pratiquement partie de ses membres fondateurs. Lorsque Hitler a commencé le génocide juif, il a directement admis qu’il s’appuyait sur l’expérience du génocide arménien commis par le gouvernement « İttihat et Terakki » [Comité Union et Progrès, dirigé par les Jeunes Turcs].  Si l’on suit le bilan d’Abdullah Öcalan, on peut ainsi diagnostiquer une similitude essentielle entre la culture d’État turque et allemande. La volonté d’Angela Merkel ou de Heiko Maaß de considérer les membres du système de gangs turcs comme leurs partenaires et amis est ainsi l’expression actuelle d’un longue tradition historique.

Si nous rappelons encore une fois le proverbe mentionné au début, nous pouvons arriver à la conclusion suivante : Si vous ne voulez pas être condamné et ostracisé par la société, vous devez choisir judicieusement vos amis. Après tout, quelle société peut accepter d’être gouvernée par des gens qui considèrent les fascistes, les meurtriers, les violeurs et les trafiquants de drogue comme leurs amis ?

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici